14/08/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Eurasie: le retour du Docteur Folamour…

Deux avions bombardiers SU-25 de l’armée de l’air ukrainienne ont été abattus hier au dessus de Novorossya alors que des des bombardiers stratégiques russes Tupolev Tu-95MS se sont entraînés à porter des frappes contre des navires d’un ennemi virtuel dans le cadre d’exercices interarmes de la Flotte russe de la mer Noire. 

L’artillerie ukrainienne a pilonné des positions séparatistes à 20 kilomètres de Donetsk. 

Concernant le vol MH17 de la Malaysian Airlines, Washington n’a rien pu dire ou révéler si l’on excepte les inepties de la porte-parole du Département d’Etat qui s’est basée sur des rumeurs urbaines collectés sur les réseaux sociaux. 

Par contre, les russes disposent de preuves, bien que certaines souffrent de quelques lacunes comme celles ayant présenté l’avion de combat ukrainien Sukhoï Su-25 ayant volé à 5 kilomètres du Boeing 777 malaysien peu de temps avant sa destruction comme une variante du F-111 US destinée à la guerre électronique. A moins que cela ne soit une indication délibérée…

Moscou a également fourni des images satellite clouant le bec aux néoconservateurs US qui se voyaient déjà en pleine guerre mondiale contre les rouges comme au bon vieux temps…Ambiance décrite de manière caricaturale, subliminale et flamboyante par un film de Stanley Kubrik datant de 1963: Dr. Strangelove (Dr. Folamour en version française). D’ailleurs toujours d’actualité…

Au delà de certains titres racoleurs et va t-en guerre comme celles du journal britannique The Sun (le missile de Poutine), les pays occidentaux semblent se figer dans une hésitation assez surprenante si l’on prend en compte l’exploitation politique et médiatique qu’ils escomptaient de ce drame. 

A Washington, on tend à accuser des rebelles pro-russes, voire des déserteurs de l’armée ukrainienne ayant rejoins la partie adverse. 

A Moscou, on insiste avec le doigt pointé vers Kiev sur la necessité d’une enquête internationale menée sous l’égide de l’Organisation internationale de l’aviation civile. Non sans faire grincer des dents la Maison Blanche dont le locataire a tenté de faire un show sans lendemain sur cette tragédie. 

L’enquête confiée à la Hollande, et donc forcément à la Grande Bretagne et sans le dire à Israël s’avère compliquée d’autant plus qu’il s’agit moins de faire aboutir la vérité qu’à inventer le support d’une nouvelle guerre de l’information visant Moscou. 

Ce qui est certain est l’avenir désormais incertain de la Malaysian Airlines. 

Affaire à suivre! 

Stats

  • 6 039 342 Hits
360TotalSecurity WW
%d blogueurs aiment cette page :