Des émissaires de deux pays arabes ont approché les représentants du Hamas à l’étranger et leur ont proposé des milliards de dollars US d’aides et de dons en échange d’un désarmement du bras armé du Hamas, les brigades du Qassam et un ban sur les autres factions de la résistance palestinienne.

La multiplication des initiatives diplomatiques internationales visant à aboutir à un cessez-le-feu à Gaza et surtout à faire accepter le plan égyptien, initialement refusé par la résistance palestinienne, risque de donner une autre dimension au conflit et compliquer les jeux d’influence au sein de l’autorité palestinienne.

Des pays arabes influents ne cachent pas leur agacement de ne pouvoir constater sinon une destruction du Hamas, du moins une humiliation des factions palestiniennes à Gaza. Israël n’a pour l’instant atteint aucun objectif et pis, peine à remonter le moral de ses propres troupes.

Le Président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a subitement durci le ton en adoptant un discours de défiance à l’égard du régime de Tel-Aviv que l’on a pas entendu depuis des années. Son attitude semble être dictée par la découverte de plans secrets concoctés par l’Arabie Saoudite et Washington avec l’approbation du Caire visant à le remplacer par le très controversé Mohammed Dahlane, ancien ministre de l’intérieur de l’autorité palestinienne soupçonné d’avoir un lien dans ce qu’il faut bien appeler l’assassinat du dirigeant historique palestinien Yasser Arafat en 2004.

Sur le terrain à Gaza, c’est le pourrissement. Malgré une trêve, l’artillerie lourde israélienne pilonne des quartiers entiers de Gaza. Paradoxalement, aucun soldat israélien n’a pu pénétrer à Gaza (360 km²) au 20e jour d’un assaut généralisé.

Publicités

5 commentaires

  1. La désinformation confinant à la cécité idéologique.
    Bien sûr, le hamas l’a souvent prouvé, toutes ses informations sont « sûres ».Mi pipeau, mi conspirationnisme, bref , la totale.

    1. Au cas où vous connaissez pas ce blog, on s’insère en aucun cas dans les conflits idéologiques opposant les différents courants politiques palestiniens ou l’un de ces derniers et l’état sioniste d’Israël. On s’intéresse plutôt à la dimension stratégique des aspects de ce conflit.
      Quant à se poser la question de qui croire. Ma foi, en matière de propagande et de désinformation, Israël l’emporte et de très loin. Et ce n’est pas une raison pour ne pas écouter les voix que l’on écoute jamais. Merci de votre intérêt.


  2. A reblogué ceci sur salimsellami's Bloget a ajouté:
    Faut-il que le bras armé suive les politiques dans le cas ou ces derniers seraient tentés par ces alléchantes propositions, ce que moi je doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.