Publicités

Guerre au Moyen-Orient/Gaza: à court de missiles AT, les factions palestiniennes tentent des opérations commando

Le massacre continue à Gaza, en pleine fête musulman de l’Aid avec la poursuite d’ intenses pilonnages d’artillerie lourde et des bombardements aériens sur des quartiers entiers. Loin de l’image qu’ils tentent de faire prévaloir dans le monde via leurs puissants réseaux dans le monde, les militaires israéliens ont mis les enfants en tête de liste des cibles symboliques prioritaires. Et  C’est loin d’être fortuit.

La guerre d’Israël à Gaza est surtout une guerre contre les enfants.

Malgré un déluge de feu israélien, l’hostilité de la Ligue arabe, de l’Egypte et des pressions multiformes pour qu’elle cède, la résistance palestinienne jure de continuer à se battre. Mais les stocks limités de missiles antichars commencent à s’épuiser en raison d’un usage intensif. Des informations provenant de milieux proches du terrain évoquent l’usage en moyenne de trois missiles  pour arrêter un char israélien et surtout le choix des missiles AT pour détruire les véhicules blindés de transport de troupes.

Pour tenter d’économiser les missiles antichars les plus récents, Les palestiniens tentent d’utiliser des tactiques dans lesquelles ils tentent d’attirer les blindés israéliens au moyens de feux d’armes légères vers des mines antichar. En vain. Ils ont également utilisé des obus de mortiers contre les blindés avec des résultats très mitigés. Ils ont utilisé ar deux fois des drones piégés mais les charges explosives emportées sont trop faibles pour endommager les blindés israéliens.

Face à cette situation, les factions de la résistance palestinienne ont eu recours à des actions commandos utilisant des tunnels souterrains. Non sans un succès certain. Après avoir réussi à deux reprises un débarquement derrières les lignes ennemies, des commandos palestiniens sont parvenus à intervenir à l’intérieur d’une colonie israélienne en dehors de Gaza, infligeant des pertes aux à l’armée israélienne. Les factions du Qassam revendiquent la mort de 16 soldats israéliens tandis que la censure militaire israélienne ne parle que de cinq soldats tués.

Contrairement aux missiles AT, les factions de la résistance palestinienne semblent garder intact leur potentiel de lancement de roquettes et de missiles, allant jusqu’à cibler une nouvelle fois Tel-Aviv et Haifa, mettant en échec l’ensemble de l’opération israélienne.

Les israéliens aussi sont à court d’argent. Le massacre de civils palestinien coûte cher et Tel-Aviv vient de demander à Washington de lui octroyer en extrême urgence une enveloppe de 260 millions de dollars US pour continuer l’effort de guerre.

Sur le plan politique, Washington et les pays arabes veulent un désarmement unilatéral de la résistance palestinienne. Chose qui semble impensable à Gaza à la vue de tous ces enfants déchiquetés par les bombes israéliennes. Il n’est pas du tout exclu que des épouvantables tueries commises devant le monde entier à Gaza puisse surgir à l’avenir un mouvement plus radical et jusque-boutiste. Car personne à Gaza ne veut penser aux conséquences psychologiques d’un tel massacre sur des enfants.

C’est des décombres de l’invasion israélienne du Liban en 1982 qu’est né le Hezbollah. Et c’est des dures leçons d’un siège de plus de huit années ponctuées par des assauts généralisés que la résistance palestinienne est parvenue à faire sa mue, arrivant à mettre en échec une invasion israélienne.

Publicités

5 thoughts on “Guerre au Moyen-Orient/Gaza: à court de missiles AT, les factions palestiniennes tentent des opérations commando

  1. Je ne vois pas ce qu a a gagne Israel de cibler specifiquement les enfants. Quand tu ecris « La guerre d’Israël à Gaza est surtout une guerre contre les enfants. » ca ressemble plus a une opinion a l emporte piece qu a une information.

    1. Et pourtant c’est une des neuf recommandations de l’état- major israélien visant à détruire le moral des civils palestiniens. On a rien inventé. Ils s’inspirent de précédents de la seconde guerre mondiale, notamment le bombardement criminel de la ville allemande de Dresde.

  2. Une des conditions sine qua non que demande Tel-Aviv au Hamas afin d’arrêter les massacres est la reconnaissance de l’Etat juif…
    Autant dire que ce n’est pas demain la veille.

    Pour en revenir à la France, elle vient de débloquer – dans un élan irrépressible de solidarité (!) – la somme colossale de huit millions d’€. À mettre en opposition avec les donations à l’Etat hébreux.
    De plus, le président normalement mou a déclaré vouloir accueillir sur le sol national des chrétiens irakiens persécutés par l’EI (comme Mme Mitterrand l’avait fait avec la communauté kurde irakienne) et il a dit un truc du genre: « la France doit aider les peuples persécuter du Moyen-Orient! »
    Mouais…et si on commençait par les gazaouis? Je ne dis pas que les chrétiens d’Irak ne sont pas à plaindre, mais je ne pense pas qu’ils soient les seuls…

    Encore une fois, l’homme au scooter nous régale d’une connerie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :