On s’est retrouvé devant un véritable dilemme. Nos sources à l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) sont terrifiés par la propagation incontrôlée de la nouvelle souche du virus d’Ebola en Afrique occidentale. Mais en même temps, nous ne voulons pas participer à un quelconque sentiment de panique (laquelle a bien gagné des équipes de l’OMS)

Qu’en est-il?

Le Sierra Leone, pays d’Afrique de l’Ouest où le virus a étrangement et subitement réapparu-modifié, vient de déclarer l’état d’urgence pour tenter de faire face à cette épidémie d’un genre nouveau.

Nos sources au sein de l’OMS ainsi que des médecins sur site se plaignent d’une sorte de censure établie par des instances internationales visant à cacher au grand public la réalité et l’ampleur de la gravité de la situation, que l’on peut qualifier maintenant de menace biologique de niveau 1.

Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement de l’Ebola. Du moins officiellement. Car des indications laissent entendre que des grandes compagnies pharmaceutiques détiennent beaucoup d’informations sur la première souche du virus tel qu’il est apparu dans la région des Grands Lacs.

Des fonctionnaires internationaux de l’OMS soucieux de garder l’anonymat ont laissé entendre que des recherches de nature indéterminées sur ce virus entreprises par deux puissances ont abouti à la création d’une nouvelle variante de ce virus. Reste à savoir comment et pourquoi il est arrivé en Afrique Occidentale, la partie la plus peuplée du continent africain.

La question qui se pose également est celle-ci: qui a tenté d’utiliser le virus Ebola à des fins militaires?

Ceci n’est pas une nouvelle théorie du complot mais des questions que se posent des officiels des Nations Unies en privé.

Sur fond d’un gigantesque conflit d’ingénierie économique entre Washington et Moscou, susceptible d’aboutir au retour de la guerre en Europe, la maîtrise de nouveaux vecteurs biologiques en usant et abusant de l’ingénierie génétique est un plus. Sauf que personne n’est capable d’en maîtriser les conséquences.

Complot ou pas. Pour l’instant, la situation est hors contrôle. Humains, on vous ment de bout en bout!

Personnel médical à Libéria, Sierra Leone, faisant face à une terrible épidémie du virus Ebola
Personnel médical au Libéria, faisant face à une terrible épidémie du virus Ebola
Publicités

6 commentaires

  1. Je pense que ceux qui ne font rien pour ralentir la maladie type air France qui maintien ces vols vers les pays a risque n ont rien a reprocher a hitler qui pour le pouvoir et le profit a tué des millions de personnes ils devraient jugés et condamnés comme tel

  2. je pense que dieu qui est maitre de tout saura maitriser le virus afin de sauver la population mondiale restante


  3. Quand allez vous comprendre ce qu’il se passe ?
    Êtes-vous aveugle à ce point ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.