Publicités

Washington intensifie son soutien militaire et économique à Tel-Aviv en lui octroyant en urgence une aide évaluée officiellement à 225 millions de dollars US (à multiplier par deux) pour le développement du système de défense balistique pompeusement dénommé « Coupole de Fer » (Iron Dome), lequel a démontré ses limites lors de la guerre en cours à Gaza. Officiellement, les Etats-Unis ont alloué 30 milliards de dollars US à ce projet controversé.

Les deux pays alliés ont également activé une autre clause secrète prévoyant l’acheminement de renforts militaires US en Israël. Des informations font état de la mobilisation permanente de 6000 Marines US pour la sécurité d’Israël depuis le début de la guerre en Syrie. Officiellement, la présence de soldats US en Israël se limite à la maintenance des batteries anti-missiles de type « Patriot ».

Le refus de plus de 800 militaires israéliens d’aller se battre à Gaza où les unités Golani ont subi de lourdes pertes ont contraint Tel-Aviv à envisager de faire appel à 2000 Marines US. Cette information est démentie par de nombreux experts à Washington mais l’usage intensif par les israéliens de militaires bi-nationaux est de nature à induire en erreur nombre d’observateurs.

Des pays comme l’Argentine ont décidé de retirer la nationalité à leur bi-nationaus qui se sont rendu en Israël pour rejoindre l’armée sioniste.

La stratégie israélienne à Gaza est simple et ne poursuit aucun objectif réaliste ou réalisable: il s’agit de faire subir aux populations civiles un châtiment d’airain afin d’obtenir une révolte contre le Hamas. Echec, puisqu’il semble que les horreurs infligées aux civils palestiniens au moyen d’armes prohibées aient renforcé l’adhésion à la notion de la résistance armée et incité une partie de la population jusque là politiquement neutre à soutenir le Hamas même si elle ne partage pas son idéologie.

Dans les faits, les factions de la résistance palestinienne ne pourront plus céder aux pressions Arabes leur enjoignant un désarmement unilatéral. Malgré des insuffisances avérées, les factions palestiniennes ont pu maintenir une cadence de tir de roquettes inaltérée par les bombardements israéliens. Mais la grande surprise de la résistance fut l’usage de missiles antichar et antiaérien ayant totalement interdit à Israël l’usage de ces hélicoptères d’attaque et rendu difficile l’incursion terrestre israélienne à Gaza.

L’image d’Israël dans le monde est anéantie malgré les milliards de dollars US dépensés dans la promotion de la propagande officielle sioniste sur tous les supports possibles. Les dirigeants israéliens le savent et ne s’embarrassent plus de faux scrupules à l’égard d’une certaine opinion.

Comme il est d’usage quand un américain ose aller un peu loin, le Secrétaire d’Etat US John Kerry a fait les frais de l’arrogance israélienne. L’homme est un vétéran de guerre et il semble mal à l’aise dans l’adoration malsaine que doivent adopter les officiels US à l’égard de tout ce qui est lié de près ou de loin à Israël. Culte que l’ex-Secrétaire d’Etat Madeleine Albright a érigé en art déviant. Kerry n’a pas trop le choix: soit il rentre dans les rangs et continue à jouer la comédie, soit la mise à l’écart et le lynchage médiatique.

Netanyahu s’est lancé dans une nasse dont les conséquences sont désastreuses. Son opération militaire est un échec complet à moins que le massacre de civils ne soit considéré par l’état-major israélien comme un exploit per se. L’armée israélienne, trop confiante dans son propre mythe crée de toutes pièces par un gigantesque travail de propagande, se découvre incapable de faire face à une petite guérilla ayant appris à s’adapter sous les bombes à phosphore et réussir à survivre. Face à l’horreur du massacre, à tant de sang d’innocents versé, les factions palestiniennes n’exigeront pas moins que la levée du blocus et plus question de désarmer face à un ennemi implacable n’ayant aucune notion d’éthique ou d’humanité.

Indubitablement, comme de par le passé, lors des guerres de 1967 et de 1973, Tel-Aviv cherchera son salut auprès de Washington. Mais jusqu’à quand?

Publicités

14 thoughts on “Conflit au Moyen-Orient/Gaza: Washington à la rescousse…

  1. Pour commencer, ce que je vais dire ici ne prouve en aucune manière que je sais mieux que vous. Je ne suis pas plus intelligent, il se trouve que je vais ajouter des éléments d’informations que pour la plupart d’entre vous connaissaient déja où peut être pas. Je les connais parce que je m’y suis interressé, et certains domaines m’ont interressé plus que d’autres.

    Il n’y a pas si longtemps que ça, je suis tombé sur un article de Yahoo qui parlait que B. Obama avait donné son aval à IDF pour l’utilisation des stocks d’armes US-officielement ça serait des munitions, en réalité tout de ce dont Israel a besoin, y compris le cas échéant, des avions de combat, des hélicoptères des blindés- stationnés en Israèl. Revelant par la même que l’idée même que l’on se fait des guerres israèlo-arabes n’est qu’une vaste fumisterie. Depuis le début de la création d’Israèl-on va le voir-, jusqu’à aujourd’hui, les USA ont toujours été derrières. Il n’y a jamais eu de guerres israèlo-arabes, mais bien americano-arabes.

    Ceux qui connaissent le moyen orient et ses conflits récurrents savent trés bien que jamais l’armée US n’a été trés éloignée d’IDF. Il est point nésséçaire de s’apensantir sur l’origine des armes d’IDF, que cela soit l’armée de l’air, de terre, où la marine israèlienne, tout étant en grande majorité du matériel US où du matériel occidental modifié. Il est arrivé dans l’histoire d’Israel que du matériel non US fût utilisé. C’était le cas pour le trés célébre Mirage III, avion produit par Marcel Ferdinand-Bloch-Dassault qui a été utilisée avec une redoutable éfficacité en 1967, de même que les avions de chasse Mystère.

    1948. Lorsque la première guerre israèlo-arabe a éclaté les choses tournèrent rapidement au vinaigre pour la jeune IDF, le salut est venu grace à un pont aérien US et également une aide massive venue de Tchécoslovaquie sauva Israèl d’une défaite assurée.

    1956. C’est la France et le gouvernement de gauche avec le gouvernement britanique qui ont aidé Israèl. Toutefois, la jeune armée égyptienne n’en était qu’à ces tout débuts, elle ne pût pas faire grand chose contre des armées modernes occidentales.

    1967. Je ne vais pas m’apensantir davantage, ce fût une incontestable victoire israèlienne -qui n’est pas prêt à se renouveler- sur tous les plans, cependant, cette victoire fût la conséquence d’une attaque surprise qui a pris au dépourvu une armée égyptienne désorganisée. Le fer de lance était le Mirage III. Donc pour les USA embourbés en pleine guerre du Vietnam, ils n’eurent pas besoin d’intervenir. Mais beaucoup affirment -je n’ai aucunes preuves, c’est des rumeurs- qu’Israèl fût aidée via le renseignement par satelite US.

    1973. Cette guerre fût une toute autre paire de manche, c’était la première vraie guerre qu’Israèl du mener. Les résultats fûrent catastrophiques, il faut savoir que durant ce conflit Israèl a tout simplement failli disparaître- contrarirement à une idée répandue-. Et c’est là que l’armée US va intervenir de façon massive, infanterie, blindée, et surtout aviations pour essayer d’endiguer l’armée commandée par Chazli, on parle bien d’endiguement, et pas d’équilibre. La situation israèlienne et US était tellement désespérée que Tel Aviv mit en état d’alerte ses missiles nucléaires Jericho, de même que les US vont déclencher l’alerte nucléaire numéro 3. Il y avait réellement péril en la deumeure. Je parle bien de soldats US qui se battaient au coté d’Israèl, et pour Israèl. Cependant même avec l’aide US la situation ne se modifia pas de façon décisive. En effet les -canassons volants- Phantom II -qui était le meilleur avion US de l’époque- faisait pâle figure face aux redoutables et trés agiles Migs et Sukhoi. Pour information, les US ont perdu plus de 1000 Phantom au dessus du Nord Vietnam, dont beaucoup fûrent abattus par des Mig 17, Mig 19, et Mig 21.
    En 1973, la technologie US était tellement à la traine par rapport à la soviétique-contrairement dailleur à cette autre idée faussement répandue -, que les US se devaient de réagir. Voyant que l’aide US à Israèl n’était pas décisive, les autorités de Washington se devaient de réagir. C’est là que le volet politique entra en scène, et les US se sont mis à en discuter avec les soviétiques.
    La seule façon d’arreter les arabes c’était de demander aux soviétiques de ne plus livrer d’armes. Le politburo soviétique s’y resolut. C’est ainsi que le président Boumedienne se rendit à Moscou, et voulut acheter pour l’égypte -l’Algérie était engagée aux cotés de l’Egypte- pour 200 millions $ d’armes.Brejnev refusa. Alors que les stocks US afluaient en Israèl,i les arabes privés d’armes ne purrent pas enrayer l’avance israelo-US. Ca c’est terminé comme vous le savez, négociations au km 101, visite de Sadate à Jerusalem, et pour finir le tout, les accords de Camp David. Tel fut les décisions de la direction égyptienne. Cependant le coup porté contre Israèl était tel, qu’il faut savoir qu’à ce jour le traumatisme y est encore trés vivace. Il faut noter que l’Egypte et la Syrie fûrent aidés également par la Corée du Nord qui a envoyé d’excellent pilotes, le Pakistan, le Maroc, bien entendu l’Algérie. Il est à remarquer que Josip Broz Tito va envoyer des centaines de chars yougoslaves équipés avec des soldats de l’armée yougoslaves. Es ce la raison qui a fait que le la Yougoslavie l’a pas payé cher en 1992?

    1982. L’objectif israèlien de remodelage du Liban se heurte à la farouche résistance syrienne. C’est là que les US et leurs alliés occidentaux -la France, la Grande Bretagne, l’Italie- sont intervenus pour sauver Israèl une nouvelle fois. Cependant dés 1983, le nouveau secretaire général du parti communiste soviétique, Youri Andropov frappa du poing sur la table et fournit à la Syrie des systèmes de défense anti-aériens ultra performants, et nouveaux avions de combats -nouveaux radars soviétiques, livraison de SAM 5, et les trés redoutables Mig 23 ML, qui dans bien des aspects surclassaient les F15 israèliens. Il faut savoir qu’à ce jour, les US ont toujours peur du Mig 23 ML, et bon nombre d’avions de la coalition en 1991 contre l’Irak fûrent abatuts par des Mig 23 ML- qui fîrent la différence. De surcroit l’attentat contre la force multinationale qui tua 245 soldats US et 58 français accéléra le retrait des armées occidentales du Liban.

    1991. Cette année pour le Moyen Orient est une année noire, puisqu’elle marque le début d’un nouveau cycle de recolonisation où à défaut de déstabilisation massive de la région. Le premier des faits étant bien entendu l’éffondrement de l’URSS, et par conséquent son désengagement de la région au profit des USA qui a encore à ce jour des conséquences catastrophiques. La guerre contre l’Irak était le prélude à un nouvelle campagne de destruction de tous les pays qui résistaient au bloc occidental, ainsi que la sacralisation d’Israèl via l’aide inconditionnelle des USA. « Desert Storm » était une opération militaire de la coalition occidentale dirigée par les USA avant tout pour protéger Israèl, et faire de ce pays la première superpuissance de la région. En l’absence de l’aide soviétique, la coalition occidentale mis facilement à genoux l’Irak, et s’installa durablement dans la région. C’est encore le cas aujourd’hui.

    2003. L’invasion de l’Irak n’était que la suite logique de la première campagne de l’Irak initiée en 1991, l’objectif à la base étant l’accélaration de l’implémentation -par les USA- du grand moyen orient qui avaient pour dessein de morceller tous les pays de la région et ne laisser qu’Israèl la seule puissance de la région pour s’occuper de l’énergie fossile avec l’aide de régimes fantôches, et surtout empecher toute réemergence de la Russie, et accéssoirement de la Chine.

    En résumé comme je viens de vous le dire l’armée US n’a jamais été trés éloignée des combats d’Israèl, et au besoin elle est intervenue directement. Sauf qu’aujourd’hui ça se fait au grand jour.

    1. Cet exellent article de Thierry Meyssan contient des informations interessantes:

      Israêl: QUI EST L’ENNEMI?

      http://www.voltairenet.org/article184968.html

      « …Pourtant, en 1979, l’ayatollah Rouhollah Khomeini expliquait à ses fidèles iraniens qu’Israël n’était qu’une poupée dans les mains des impérialistes et que le seul vrai ennemi était l’alliance des États-Unis et du Royaume-Uni.  »

      L’ELITE ANGLO AMERICAINE PAR EXCELLENCE: LA PILGRIM SOCIETY

      Franck du Faubourg
      09/05/2009
      ..dont la présidente actuelle est la reine d’Angleterre, et le vice président Kissinger

      Thierry Meyssan l’avait incidemment relevé dans un article par ailleurs intéressant, récemment:

      http://www.voltairenet.org/article159805.html

      Les réseaux du Pouvoir Anglo américain sont surprenants. William Engdahl nous en avait donné un bon avant-gout avec son livre « a century of war », mais n’avait pas mis l’accent sur cette Pilgrim Society dont les membres sont pratiquement tous liés à l’Histoire de ces 2 derniers sciècles!

      Un site intéressant:

      http://www.isgp.eu/organisations/Pilgrims_Society02.htm

      http://inormous.net/ISGP/organisations/Pilgrims_Society02.htm

      juste un extrait des réseaux liés à ce Club:

      « …Leading Pilgrims have been among the founders and leaders of the Royal Institute for International Affairs, the Council on Foreign Relations, the Atlantic Councils, Bilderberg, the Trilateral Commission, the Atlantic Institute of International Affairs, the International Institute of Strategic Studies, the Carnegie and Rockefeller Foundations, the U.S.-U.S.S.R. Trade and Economic Council, the U.S.-China Business Council, the America-China Society, the Americas Society, the OECD, the Institute for International Economics, Ditchley, Brookings, the British Invisibles, LOTIS, etc., etc. The absolute core of the globalist movement largely consists of Pilgrims…. »

      Groupe fondamental également dans la finance!
      (voir la liste dans l’article de l’ isgp.eu)

      Merçi à Philippe Grasset de rappeler l’article de Nick Cook!
      La Pilgrims Society, littéralement « la société des pèlerins », née en 1902, est une société secrète anglo-américaine qui d’après les mots de l’homme politique américain Joseph Choate a pour but de promouvoir la paix éternelle et l’entraide entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Elle est connue pour organiser des dîners de bienvenue lorsque il y’a des changements d’ambassadeurs anglais aux Etats-Unis ou d’ambassadeurs américains au Royaume-Uni. La société est actuellement dirigée par la reine Élisabeth II[réf. nécessaire].

      Dans la seule période 1924-1926, Wall Street et la City de Londres, c’est à dire la National City Bank, la Chase Manhattan Bank, la Morgan Bank, la Kuhn and Loeb Bank, la Standard Oil (Rockfeller), la General Motors, la Paul Warburg transféreront à l’économie allemande 975 millions de dollars, dont 170 pour la création de trois grands cartels :
      – Vereinigte Stahlwerke (acier)
      – I.G. Farben (chimie), dirigé par la puissante famille juive des Warburg, qui, à elle seule, contrôlait en 1938 en Allemagne plus de 380 entreprises.
      – A.E.G. (secteur électrique)
      En 1939 les deux premiers assureront de 50 à 95% de la production de guerre allemande dans leurs secteurs d’activité respectifs, tandis que l’A.E.G. (homologue allemand de la General Electric américaine) fournira la partie électromécanique. Adolf Hitler, pour son accession au pouvoir, recevra de la Pilgrim’s Society, rien qu’entre 1929 et 1933, trente-deux millions de dollars

      La suite :

      http://inormous.net/ISGP/organisations/Pilgrims_Society02.htm

      http://www.isgp.eu/organisations/Pilgrims_Society02.htm

  2. « Le problème avec Israël », par Jeff HALPER
    mercredi 29 novembre 2006

    http://www.europalestine.com/spip.php?article2423

    Une analyse de Jeff halper, coordinateur du Comité Israélien contre la destruction des maisons (ICAHD), qui fait parfaitement le point sur la politique israélienne de refus systématique de toute perspective de paix, avec l’énumération de toutes les offres de paix rejetées par Israël depuis 1948.

  3. Le Hamas possède désormais l’arme ayant permis au Hezbollah de vaincre Israël

    RESEAU VOLTAIRE 21 mars 2009

    De fabrication russe et mis en service pour la première fois en 1994, le missile antichar lourd Kornet est une arme mobile et fiable permettant de détruire à distance tous les types de blindés modernes, de jour ou de nuit et dans n’importe quelles conditions météorologiques. Son système de guidage laser permet même d’atteindre les hélicoptères volant à basse altitude.
    On rapporta son utilisation par la Résistance irakienne lors de l’invasion états-unienne en 2003, mais il s’avéra plus tard que les blindés en question avaient été détruits par des tirs amis.
    Il est en revanche certain qu’il contribua largement à la défaite d’Israël au Liban en 2006, au point que les responsables de l’entité sioniste s’en plaignirent ultérieurement auprès du Kremlin. Ils accusèrent alors la Syrie de les avoir livrés au Hezbollah.
    Le Réseau Voltaire a appris de source sure que des missiles Kornet ont été livrés au Hamas. Ceux-ci sont arrivés à Gaza deux jours avant la fin de l’opération israélienne « Plomb durci ». Les envoyés spéciaux du président-élu Obama ayant exigé la fin des hostilités avant le début des cérémonies d’investiture du nouveau président US, Israël et le Hamas ont chacun annoncé un cessez-le-feu unilatéral sans avoir le temps de conclure une trêve.

    Le Hamas a décidé de ne pas utiliser ces missiles au cours des deux derniers jours de combat de manière à ne pas gêner la Russie et à disposer d’une surprise stratégique lors d’une prévisible reprise des hostilités

  4. L’objectif, bien que difficilement identifiable (pour une écrasante majorité), est parfaitement atteint, et ne visait donc pas du tout la destruction du Hamas: pourquoi éliminer un adversaire qui vous sert (inconsciemment) ?
    L’objectif (intermédiaire), est de façonner/fabriquer un certain « état d’esprit » propice à quelque chose…

    Par ailleurs, sachez que les mêmes contrôlent et la GB et l’US et I’entité.

      1. Les ténèbres ont une utilité. Elles permettent d’apercevoir la moindre lueur…
        Même s’il s’agit de l’aura ténue que peut produire une plante lumineuse… 😀

    1. Le Hamas ne sert pas inconsciemment Tel-Aviv; il est sa raison de vivre, sa condition sine qua non, son objectif mais aussi son excuse. Je parle d’un point de vue israélien, bien entendu.
      Certes, si le Hamas n’existait pas, Bibi se trouverait un autre adversaire à sa hauteur (mais pas trop quand même, faudrait pas qu’il se prenne une déculottée); et pour un gars qui voit des terroristes partout, le choix est vaste…

      Mais cet état de fait est valable pour tous les Etats. Du coup on est pas prêt de voir la fin du terrorisme (d’autant plus qu’il a une certaine tendance à se multiplier – comme par enchantement – en Chine). Imaginez un peu si le terrorisme (sous toutes ses formes) venait à disparaître, les Etats seraient dans l’obligation de se désarmer! Le pied! Mais je ne pense pas vivre assez vieux pour voir ça…

      Dommage

      1. Vous ne répondez pas du tout à la question de fond: quel est l’objectif de ces horribles (faut qu’elles le soient, horribles, pour être efficientes) et multiples interventions sur Gaza ?
        Et dites-vous que le Hamas est la raison de vivre de l’entité, sa condition.., son objectif, etc…? – dois-je vous prendre au sérieux ?

        Quant à l’imagination: elle n’a aucun intérêt pour moi..Seule compte la réalité.
        D’ailleurs vous assisterez/vivrez bien des événements qui, malgré tout votre talent à imaginer (ce que vous ne pouvez voir, forcément), sont proprement inimaginables !

        Enfin et surtout, encore faut-il pouvoir reconnaître les ténèbres pour reconnaître la lumière et réciproquement.

  5. La méthode employée par Israël à Gaza était tellement immonde que même Fabius himself a parlé de « massacres »; c’est dire…
    Finalement, en France, le seul qui ait tiré son épingle du jeu au sein de la majorité, c’est Valls. Si au début du conflit il a hurlé avec les loups, il a vite mis un bémol à sa chanson…Cela est aisément compréhensible, car pour être présidentiable en 2017, il vaut mieux pour lui être du côté du peuple, peuple de France qui est en grande partie – pour ceux que ça intêresse, bien entendu – contre Tel-Aviv. À moins qu’il ne soit en instance de divorce, puisqu’il est « éternellement lié à Israël par sa femme ». De là à penser qu’il va divorcer pour épouser une palestinienne, faudrait pas exagérer… Quoique! Ils sont capables de tout pour le poste suprême…

  6. Les US et Israel ne forment qu’une seule et même entité finalement.Le happy tax payer américain prendra-il conscience que ses impôts servent à financer les massacres?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :