Connaissez-vous l’expression: « Couper l’herbe sous le pied« ? C’est ce que vient de faire le régime syrien. Le ministre des Affaires Étrangères, Walid Mouallem, lors d’une conférence de presse a fait cette déclaration:

La Syrie est prête à une coopération et à une coordination sur le plan régional, international et bilatéral pour lutter contre le terrorisme dans le cadre de la résolution 2170 du Conseil de sécurité de l’ONU

La résolution 2170 a été adoptée le 15 août à l’unanimité, elle vise à empêcher le recrutement et le financement des jihadistes en Syrie et en Irak. Le texte est placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies, ce qui permet de recourir à des sanctions, voire à la force, pour le faire appliquer mais n’autorise pas pour l’instant d’opération militaire. Les sanctions possibles consistent notamment en un embargo sur les armes, des gels d’avoirs et une interdiction de voyager. Pour ce qui est de l’embargo sur les armes, je ne suis pas certains que les USA, la Grande-Bretagne, la France et tous les autres se sentent visés.

Cette déclaration du ministre syrien est déjà un pied de nez à l’Occident. Celui-ci fait des pieds et des mains depuis plus de trois ans afin de trouver des prétextes – plus ou moins bien ficelés, cf le reportage du Monde d’Août 2013 sur l’utilisation du gaz sarin – pour pouvoir lâcher quelques bombes sur l’armée syrienne; mais la Chine et la Russie veillent et l’Occident se contente de voir ses plans échouer les uns après les autres.

Mais le clou de la conférence de presse est à venir; puisque à la question d’un journaliste « Y compris avec les États-Unis et la Grande-Bretagne ? » la réponse a fusé: « Ils sont les bienvenus! »

« Ils sont les bienvenus! » Diable! En voilà du grand art diplomatique! Inviter son ennemi à lutter dans le même camp…
D’un autre côté, c’est un juste retour des choses, puisqu’il y a quelques jours le chef de la diplomatie française – Laurent Fabius – avait invité tous les pays limitrophes de l’Irak et de la Syrie à lutter contre l’EI y compris…l’Iran! Nous assistons donc à une déclinaison de la maxime « L’ennemi de mon ennemi est mon ami » à toutes les sauces.

Mais cela ne s’arrête pas là. Walid Mouallem a aussi eu cette phrase:

Nous sommes d’ici et savons quand les raids sont utiles ou pas. Nous saluons tout effort dans la lutte contre le Front al-Nosra et contre l’Etat islamique mais la vraie question est: les raids sont-ils efficaces pour les liquider? Je ne le pense pas

Il a prôné l’assèchement des sources du terrorisme, notamment le financement et l’armement avec le contrôle des frontières par les pays limitrophes et un échange de renseignements (ce qui n’est pas le cas actuellement).

Le contrôle des frontières et un échange de renseignements? Rien que ça. Autant dire la fin des djihadistes et des rêves occidentaux.
Pour résumer, la Syrie invite les pays voulant lutter contre al-Nosra et l’EI à former une coalition ayant Damas pour centre, mais elle invite aussi ces mêmes pays à coordonner leurs actions avec l’etat-major syrien afin d’éviter qu’un chasseur américain (ou autre) ne soit abattu par la défense anti-aérienne…

Certains pensent que cette invitation est une façon de faire entrer le loup dans la bergerie. Certes, cela est possible; mais avouons quand même que cette invitation est du grand art…du très grand art diplomatique.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.