Publicités

Contre-offensive rebelle en Syrie, signe précurseur du nouveau plan US?

Quasiment passée sous silence par les médias dominants, la contre-offensive de l’ensemble des factions de la rébellion syrienne contre l’Etat syrien.

Etrangement, une partie de cette contre-offensive a visé l’axe s’étendant du Golan à l’entrée Ouest de Damas, la capitale. Soit l’un des secteurs les mieux défendus de Syrie. Les rebelles d’Ahrar Sham (les hommes libres de Syrie) et d’Ennosra s’y sont heurtés à la troisième et à la seconde ligne de défense de la capitale.

Les unités de l’armée syrienne dans cet axe sont parmi les meilleures et les mieux pourvues en équipement. A Damas, on soupçonne que les attaques de rebelles sur cet axe, en provenance du Golan occupé par Israël ciblerait moins un assaut sur la capitale syrienne qu’un sondage des défenses syriennes actuelles dans la perspective d’une attaque US sous le couvert fallacieux de lutte contre l’Etat Islamique (Daesh)

Autre contre-offensive rebelle, celle de Hama (centre) s’est heurtée aux milices de la défense populaire et semble sans lendemain. Mais la situation est assez critique dans la province d’Alep et au Golan, l’armée syrienne fait face à un brouillage électronique et radio-électromagnétique d’une très grande intensité.

Pis, des images prises par des amateurs montrent des rebelles d’un groupe islamiste radical pénétrant en Syrie à partir de la ligne bleue marquant la ligne de démarcation avec le territoire du Golan sous contrôle israélien. La Syrie est techniquement en guerre avec Israël depuis 1973.

L’Etat Islamique se bat à l’Est et au Nord-Est de la Syrie. . Mais pas uniquement contre l’armée syrienne. Il se bat également contre les autres groupes rebelles. A l’exception de ceux qui ont fait allégeance et l’ont reconnu comme suzerain.

Pendant ce temps, Damas attend ce fameux plan d’Obama que l’on soupçonne être une légère modification du plan du Nouvel Grand Moyen-Orient. C’est dire le degré de méfiance à l’égard de Washington. Et en effet, ce dernier prépare un mauvais coup avec comme jocker, l’Etat Islamique. La contre-offensive rebelle en cours en est le signe précurseur.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :