Gas buyers switch to long term contracts to avoid volatile prices--The so-called green energy was a marketing hype. Fossil energy will be used beyond 2150
06/07/2022

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

La Russie face à plusieurs fronts

Le Pape vient de se rendre compte qu’on est en pleine troisième guerre mondiale. Il était temps. Celle-ci, comme la précédante en  1940,  fait rage actuellement.  Les gens s’imaginent faussement qu’une guerre mondiale est une suite initerrompue de combats et de batailles. Or, non. Lors de la seconde guerre mondiale, des gens habitant des pays touchés par le conflit n’ont assisté à aucun fait violent et ont continué à vivre normalement, des restrictions en plus, leurs vies.

La Russie fait face à une multiplication des zones de conflits, marque de la nouvelle stratégie US. Non seulement en Ukraine mais en Syrie où Moscou vient de mettrer en garde Washington contre une intervention militaire dans ce pays sous couvert de lutte contre ce que l’on appelle l’Etat Islamique en Irak et au Levant.

Il devient clair que les Etats-Unis et leurs alliés veulent moins un règlement pacifique en Ukraine qu’une aggravation du conflit. C’est la stratégie du pire.

Moscou le sait bien et s’est efforcé de déployer toute son ingéniosité pour maintenir ce conflit à un niveau de basse intensité.

Pour la Syrie, Washington semble avoir trouvé la parade en usant de son vieil outil “islamiste” lequel a été amélioré pour atteindre le niveau du “Califat”. L’acronyme anglais de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie ou au Levant (ISIS) n’est pas exempt de références religieuses antiques (ISIS, le nom d’une ancienne déesse de l’Egypte antique mais également le nom de code d’un plan israélien visant à noyer dans le chaos tout le Moyen-Orient) ou de liens assez cocasses mais assez vrais avec Israël (ISIS est parodié comme un acronyme signifiant Israel Secret Intelligence Service)

Damas avait timidement affirmé que toute intervention de l’aviation US en Syrie sans une coopération préalable serait considéré comme un acte de guerre hostile. L’Iran par la voix de son chef d’état-major a déclaré quant à lui que Washington allait commettre la plus grande erreur de son histoire.

La Maison Blanche qui ne sait même pas que l’Arabie Saoudite, son plus gros allié arabe, ne dispose pas de frontières avec la Syrie, son plus grand ennemi arabe, semble naviguer à l’aveugle mais toujours vers l’accentuation des conflits.

L’Otan vivait une crise existentielle depuis des années et plus particulièrement depuis sa faillite totale en Afghanistan. Or, revoilà que Washington lui redonne un nouveau rôle similaire à celui qu’il a toujours eu depuis 1949: contrer l’ours russe.

En Ukraine, les occidentaux font tout leur possible pour que la Russie intervienne en Ukraine. Ils ne ménagent également aucun effort pour déclencher un conflit mondial “chaud”. Est-ce la banqueroute financière qui les motive à aller vers un chaos généralisé?

Cette offensive à outrance ne concerne pas seulement la Russie mais s’est étendue à tous les membres du groupe des BRICS (Brésil, Inde, Chine et Afrique du Sud) et chacun en prend pour son grade. Le Brésil est mis à terre et une opération de reprise au niveau politique est entamé. L’Inde est visée par une guerre économique et sa posture est jugée fort aléatoire. L’Afrique du Sud fait les frais d’une guerre économique intense et commence à couler. Demeure la Chine. L’empire du Milieu s’arme à une vitesse prodigieuse; il vient de créer une cinquième force armée: celle de l’espace.

Moscou a affirmé via un think-tank que la Russie n’est pas une république bananière mais une grande puissance et qu’elle est capable de mener plusieurs conflits sur plusieurs fronts et d’intervenir sur n’importe quel points dans le monde. Cela semble exagéré mais démontre que les russes dont une majorité de la population est désormais convaincue qu’elle est considérée par Washington et l’Union Européenne comme l’ennemi ne vont pas baisser les bras.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :