Publicités

Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ?

Le Département d’État a reconnu que l’équipage du destroyer USS Donald Cook est gravement démoralisé depuis qu’il a été survolé en Mer Noire par un chasseur-bombardier russe Sukhoï-24 (Su-24) qui ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement un dispositif de guerre électronique.

Le 10 avril 2014, le destroyer USS Donald Cook arrivait en Mer Noire et le 12 avril un chasseur-bombardier russe Su-24 survolait ce vaisseau au cours de l’incident qui, d’après plusieurs medias, aurait totalement démoralisé l’équipage du navire US, à tel point que le Pentagone a émis une protestation [1].

L’USS Donald Cook (DDG-75) est un destroyer lanceur de missiles de quatrième génération dont l’arme fondamentale sont les missiles de croisière Tomahawk, ayant une portée maximale de 2 500 kilomètres et étant capables de porter des ogives nucléaires. Dans le cadre d’une mission de routine, l’USS Donald Cook est porteur de 56 Tomahawk mais en configuration d’attaque il est muni de 96 de ces missiles de croisière.

Ce destroyer US est équipé du système de combat de dernière génération Aegis. Il s’agit d’un système intégré capable de relier entre eux les moyens de défense antimissile de tous les navires où il est embarqué créant ainsi un grand réseau qui garantirait la détection, la poursuite et la destruction de centaines de cibles en même temps. L’USS Donald Cook est muni aussi de 4 énormes radars, dont la puissance est comparable à celle de plusieurs stations. Pour assurer sa protection, il est porteur en plus d’une cinquantaine de missiles antiaériens de divers types.

Or, le Su-24 russe qui survola l’USS Donald Cook ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement un nacelle, installée sous son fuselage, qui, selon la publication russe Rossíyskaya Gazeta [2], contenait un dispositif russe de guerre électronique dénommé Jibiny.

Quand l’avion russe a entamé la phase d’approche, ce dispositif de guerre électronique aurait inutilisé tous les radars, circuits de contrôle, systèmes de transmission d’information, etc. embarqués à bord du destroyer US. Autrement dit, le tout-puissant système Aegis, aujourd’hui incorporé – ou en phase d’installation – aux systèmes embarqués de défense des navires les plus modernes de la OTAN, a été tout simplement déconnecté comme un poste de télé qu’on éteint avec une télécommande.

Le Su-24 russe a ensuite simulé une attaque au missile contre l’USS Donald Cook, déjà rendu littéralement sourd et aveugle. Comme s’il réalisait un exercice d’entraînement, l’appareil russe – non armé – a répété la même manœuvre d’attaque au missile à 12 reprises avant de s’éloigner du destroyer US de quatrième génération.

Après cela, l’USS Donald Cook a tout de suite mis le cap sur un port en Roumanie.

Depuis cet incident, qui reste soigneusement occulté par la presse atlantiste malgré le foisonnement de commentaires parmi les spécialistes du secteur de la défense, le navire US n’a plus approché les eaux territoriales russes.

Selon quelques media spécialisés, 27 marins de l’USS Donald Cook auraient demandé à être relevés du service actif.

Le directeur du centre de recherches sur la guerre électronique et d’évaluation des moyens dits de « réduction de la visibilité » de l’Académie de l’aviation militaire russe, Vladimir Balybine, a émis le commentaire suivant :

« Plus un système radio-électronique est complexe, plus simple il devient d’interrompre son fonctionnement par l’utilisation de moyens de guerre électronique. »

 

Voltairenet

Notes:

[1] Pentagon Protests Russian Jet Buzzing Antimissile Ship in Black Sea, Global Security Newswire, 15 avril 2014.

[2] Rossíyskaya Gazeta, édition du 30 avril 2014.

Publicités

11 thoughts on “Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ?

  1. Avant ici, il y avait surtout des faits, difficilement verifiable, mais qui avec le temps, pouvait se verifier ou combler les blancs intelligemment C est vrai il y avait peu de posts. Maintenant, c est devenu un newsthread d opinion au mieux et au pire une caisse de résonance pour tout ce qui est oppose a USA et l occident en general. Bizarrement cette « info » datant d avril et ressorti sur tous les medias peu fiable, ces dernieres jours et strategika51 a suivi… Quand je vois un troupeau de moutons, je me dis qu il y a un berger.

    1. Nous avons suivi parce que nous avons eu l’information en son temps mais qu’il nous a été impossible d’en dire quoi que ce soit; notre source était tenue par le devoir de réserve.

      Ceci dit, nos détails diffèrent sensiblement de celle qu’à publié Voltairenet.

      Pour le reste la machine de propagande de l’empire a reconnu officiellement que le SU24 russe a survolé d’une manière très provocatrice l’USS Donald Cook plus d’une douzaine de fois.

      Même CNN a repris l’info et surtout la protestation du gouvernement des Etats-Unis après cette affaire.

      Pour votre info, nous avons un américain WASP dans l’équipe mais qui se révèle un peu trop radical et dont le site débute invariablement et systématiquement par un « Fuck the Jews! » …

      Ceci pour dire que nous sommes bien modérés et surtout gentils face aux vilénies que commet la clique de loosers qui dirige le monde.

      Bien à vous!

      1. Et pour la énième fois, nous répétons encore que le concept d’Occident n’existe pas. Pas plus que n’existe un certain Orient mythique. C’est l’une des supercheries du 20e siècle.

        1. Tous les concepts sont faux…Artificiels…
          Quand le soleil se lèvera à l’Ouest…Qu’il se couchera à l’Est…

      2. Non. le SU24 n’a pas survolé le destroyer américain, car sinon il aurait été abattu. Lisez le lien qui est cité ; l’avion est passé « près » du bateau 12 fois, et « près » en langage militaire ça veut dire à portée de tir de missile, donc pas mal de kilomètres quand même.

        Il n’est pas question non plus de brouillage de radar ni de manœuvre de tir.

        1. @Roc: Je connais la théorie de l’algorithme occidental. Et le site que nous apprécions et pas que peu. Mais le problème se pose toujours pour la Grèce antique. Celle-là même qui est à l’origine du nom Εὐρώπη qui serait d’origine sémitique et dont une de ses significations déclinantes donnent Occident, le Couchant, le Ponant, l’Ouest, là où le soleil se couche. Possible déclinaison Goroba ou Ghoroba.

          Inutile de cacher le fait que j’aime bien les théories, d’autant plus lorsqu’elle semblent limpides. Mais le principe de réalité nous rappelle parfois à l’ordre. Rien n’est vraiment simple.

          Au final, l’histoire humaine est incroyablement complexe et infiniment plus riche que ce que nous pouvons imaginer. Nous savons très peu de choses et c’est ma conviction. Salutations!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :