Stats

  • 6 706 815 Hits
12/04/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Coalition occidentale antiterroristes VS coalition terroriste antioccident

Llutte contre le terrorisme voit aussi l’émergence d’une “internationale jihadiste”. D’un peu partout sur la planète, des groupes islamiques prennent fait et cause pour l’Etat Islamique, Boko Haram, AQMI… Le plus “ironique”, dans cette histoire étant que la coalition internationale semble n’avoir pas prévu une telle action. Si on part du principe que les USA et leurs alliés sèment des graines jihadistes depuis les fameux “Printemps Arabes”, on se doute bien qu’ils vont avoir un récolte un jour ou l’autre, et celle de cette fin d’année s’annonce prolifique.

Certains commencent à s’en inquiéter; oh, je vous rassure, ce n’est qu’une mise en scène devant les caméras, un dialogue digne d’un scénariste US de série B (je vous laisse choisir laquelle, l’offre ne manque pas). Comme dans un épisode de ces séries, le héros (les Etats-Unis, bien entendu) se bat avec l’énergie du désespoir pour restaurer la paix, la justice et l’espoir; pour arriver à ses fins, il devra faire preuve de courage, car il sera seul (ou presque) et lorsque le rideau tombera il sera acclamé par les foules en délires (au Moyen-Orient, j’ai des doutes) alors qu’il aura été obligé de faire des sacrifices.

Ce scénario vient juste d’être révélé devant la Commission sur la sécurité intérieure de la Chambre des représentants aux USA. Pour cette scène, les héros sont au nombre de trois:
1- James Comey, le patron du FBI;
2- Matthew Olsen, directeur du Centre national antiterroriste;
3- Jeh Johnson, le ministre de la Sécurité intérieure.

Ce trio nous a fait un jeu shakespirien, avec de la hargne (à faire pâlir d’envie un trader), de la peur et un peu de mélodrame, histoire de faire larmoyer la ménagère de quelques pays qu’elle soit. En voici des extraits:

James Comey: “L’usage étendu des médias sociaux par l’EI (le groupe de l’Etat islamique) et le soutien grandissant en ligne (dont il bénéficie) se sont intensifiés depuis le commencement des frappes américaines en Irak le 8 août (…)”

Matthew Olsen: “Le nombre des combattants de l’organisation jihadiste en Syrie et en Irak se situe entre 20.000 et 31.000 hommes (soulignant que) ce chiffre reflétait globalement une progression des effectifs, en particulier depuis les récentes frappes américaines (…) Avec un revenu d’un million de dollars par jour tiré du marché noir du pétrole ou du paiement de rançons, le groupe jihadiste a mis en place une propagande très sophistiquée qui dépasse celle d’autres organisations et est susceptible d’avoir un impact sur le recrutement, (estimant que) la Syrie était le principal lieu de recrutement des extrémistes (…) Bien supérieur à l’Afghanistan, à l’Irak, au Yémen ou à la Somalie au cours des dix dernières années, le flux de plus de 15.000 combattants étrangers en Syrie, avec un accès varié à l’Europe et aux Etats-Unis, accroît notre inquiétude, car ces individus pourraient finir par retourner dans leur pays d’origine durcis, radicalisés et déterminés à nous attaquer.”

La palme de l’interprétation revient au duo Jeh Johnson-James Comey. Quel numéro de duettiste! A faire se damner Laurell et Hardy:
Jeh Johnson: “L’EI se bat pour devenir l’organisation terroriste la plus importante sur la scène mondiale…”
James Comey: “Or on ne peut pas devenir le leader sans frapper l’Amérique.”

Autant dire tout de suite que si les USA sont frappés prochainement, c’est uniquement parce qu’ils sont les chevaliers blancs. Et en cas de gros attentats, Washington pourra toujours laisser les bombardements à ses alliés, la France en tête, puisque Hollande semble être devenu le chef de guerre de l’Europe. A ce propos, suite au discourt de Manuel Valls devant le parlement (où il a été question de la situation en Irak); certains parlementaires ont clairement parlé du déploiement de troupes françaises.

Mali, Centrafrique, Irak (?) les légionnaires vont réellement sentir le sable chaud…

%d blogueurs aiment cette page :