Publicités

Loin du matraquage propagandiste des médias dominants, lesquels semblent avoir découvert une nouvelle narration des faits, la question se pose: que visent les raids américains et arabes en Syrie?

Pour les non-initiés, les mêmes puissances et vassaux ayant déclenché puis entretenu la guerre civile en Syrie sont maintenant en train de mener des frappes en Syrie sous le prétexte de viser l’Etat Islamique en Irak et au Levant ainsi qu’une ou deux organisations similaires. Seul problème: Ces organisations ont bel et bien bénéficié de l’appui actif de pays comme l’Arabie Saoudite ou les Emirats Arabes Unis. Ils suffiraient à ces pays de couper la ligne de crédit et ISIS en seraient réduite à faire du racket.

Passons sur les gros bidouillages en matière de propagande tels que la diffusion publique de photographie  d’un prince saoudien à bord d’un F-15 ou d’une femme pilote emiratie sur un F-16. Opération PR par excellence. Mais depuis quand un prince saoudien dont la famille royale considère la Syrie d’Al-Assad comme un danger existentiel et le pire ennemi ayant jamais existé, part en guéguerre au dessus de la Syrie avec son zinc de fabrication US pour soi-disant bombarder une organisation terroriste hostile au pouvoir de Damas? On remerciera jamais assez certains grands bureaux de la pub d’une certaine avenue à New York.

Revenons à la réalité. Washington prépare un très mauvais coup en Syrie tout en accélérant l’aide et l’entraînement destinés à ce qui reste de l’armée syrienne libre, qualifiée par les atlantistes d’opposition modérée. Cete démarche vise aussi à prévenir un éventuel effondrement de régime en Arabie Saoudite puisque ce pays essentiel à ce que certains appellent « Occident » vit la plus grave crise existentielle de son histoire. La récente percée des Houtis au Yémen ne sera pas sans conséquences sur le flanc méridional du royaume.

Petit à petit, en faisant semblant de bombarder les positions de l’EIIL ou d’El-Nossra, les américains préparent la mise en place d’une zone d’interdiction aérienne qui priverait Damas de son arme la plus redoutable contre la rébellion: l’armée de l’air.

Un pays ennemi de la Syrie n’a pas attendu. Israël a de facto imposé une No Fly zone au dessus de la partie syrienne du Golan où l’armée syrienne se bat contre trois organisations terroristes.

Les syriens sont conscients de ces enjeux. Les iraniens encore plus. On a utilisé la maillon faible qu’est l’Irak pour rendre possible une intervention. Des pays comme le Danemark ou la France peuvent y envoyer des appareils de combat et bombarder Mossoul. Cela a très peu d’intérêt pour le Pentagone. La véritable cible n’est pas tant le pseudo Etat Islamique que la Syrie elle-même.

L’animosité et l’hostilité qui anime certains pays du Golfe à l’égard de la Syrie ne seraient pas tributaire du type de gouvernance ou de la religion mais relèvent d’une profond ressentiment ancien. A étudier si possible.

Des raids aériens menés sans grande conviction peuvent’ils détruire l’organisation de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie? Non. Revoici donc le fameux cheval de Troie.

D’où l’incrédulité de la Chine, de la Russie et des autres pays oeuvrant ouvertement pour un monde multipolaire.

Que peut faire Damas en cas de l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne au dessus d’une partie de son territoire où l’EI sera remplacé par une rebellion plus acceptable pour Washington et ses alliés? C’est la question qui taraude le plus le Président syrien et ses conseillers cette semaine.

En attendant, l’opinion est manipulée à souhait. Détournée des vrais enjeux vers des sujets presque puérils dignes du ministère de la peur tel que décrit dans certaines dystopies. On sait que lors des période de décadence ou de crise, les extrémismes se déchaînent et l’ignorance également. L’ingénierie de la peur fait prendre le doigt du sage qui désigne la lune pour l’objet sui généris.

Publicités

3 thoughts on “Syrie: quel est l’objectif réel de Washington?

  1. Dans un précendant article vous avez écrit ceci :
    Plus encore, les russes viennent d’être déçus par les capacités du F-22 Raptor en matière d’attaque au sol. User d’un appareil aussi coûteux pour tirer des munitions intelligentes coûtant au bas mot 200 000 USD sur-au mieux-un 4X4 japonais si ce n’est de la rocaille est, d’un point de vue économique, une aberration.

    En fait le F-22 Raptor est un appareil à géométrie fixe, bi moteurs, ²empennages bi derives, d’un poids maximal de 38 tonnes, avec un rayon d’action pouvant dépasser les 3.000 km. Sans entrer dans la frénétique propagande ce chasseur bombardier est incontestablement une prouesse technologique. C’est en gros à lui tout seul un concentré d’awacs + elint + chasseur bombardier furtif. Par ailleurs il dispose de deux puissants moteurs Pratt & Whitney F119-PW-100 chacun pouvant atteindre les 17500 KN. De sucroit, équipé du radar AESA AN/APG-77 propablement ce qui faisait de mieux à l’époque. C’est en gros plusieurs supercalculateurs assemblés dans un avion.
    http://en.wikipedia.org/wiki/Active_electronically_scanned_array
    http://en.wikipedia.org/wiki/AN/APG-77
    C’est une vraie bête de course, cet avion a été conçu dans l’optique de neutraliser, voir de foudroyer toutes les défenses anti aériennes d’origine russe où chinoise, de même que tous type d’AWACS disponible à l’époque. La furtivité qui carractérise cet avion lui permet concretement de s’attaquer aux systèmes SAM dont les radars fonctionnent en band X, et S. En outre cet avion est capable de diriger non seuleument un groupe de chasseur bombardiers, mais aussi de prendre la direction de toute une série de missiles tirés d’autres avions.
    A l’époque où cet avion a été conçu, l’URSS était en phase d’éffondrement, la Chine sortait à peine de l’age de pierre, et aucun pays européens ne pouvait rivaliser. Les Etats Unis avaient de solides informations sur tous les systèmes SAM en service dans le monde tel que les Roland, Rappier, SA-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15, mais également des données précises sur les carracteristiques techniques des radars embarqués dans les AWACS russes tupolev 126, Illyushin 76 Mainstay, KJ chinois, ainsi que les radars des Mig 19-21-23-25-29-31-33, les Su-7-9-11-15-19-20-22-24-27-30-32, les Rafales, tous les mirages, les Typhoons. Les américains disposaient également des informations sur tous les RWR, et les IRST -systemes alertants les avions d’un chasse d’un danger imminent comme par exemple un missile qui arrive – éxistant dans le monde, le tout inséré dans une gigantesque Base de données que le F-22 Raptor incorpore, via ses énormes calculateurs. De plus le chasseur F-22 est à même de combatre en mode supercruise
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Supercroisi%C3%A8re
    conférant à cet appareil une manoeuvrabilité exceptionnel. Ajoutés à toutes carractéristiques son point fort reste et demeure l’utilisation de missile air air Aim 120c AMRAAM : http://fr.wikipedia.org/wiki/AIM-120_AMRAAM
    Par ailleurs son équipement air sol -afin de favoriser la furtivité, et sans doute la maneuvrabilité si besoin en était- est somme toute modeste, cependant suffisante pour pulvériser quelques radars.

    Ceci étant les carractéristiques de l’avion, dans divers exercices menés tambours battants, Lockheed-Martin affirme que le Kill-ratio du F-22 Raptor contre des F-15, et F-16 avoisinnait les 108-1, vous lisez bien cent huit contre 1.
    Il faut rappeler que cet avion a été conçu à un moment où l’URSS s’est éffondré, il n’y avait personne en face. C’est ainsi que le gouvernement US a consacré depuis 1995, jusqu’en 2010 prés de 15.000 milliards de dollars, vous lisez bien quinze mille milliards de dollars pour sa machine de guerre. Ils se sont par ailleurs offert à cet époque les meilleurs chercheurs du monde entier. Dans la décennie noir des 90’s, tout le monde voulait aller aux USA. L’objectif étant la conquete du monde et en premier lieu l’Eurasie, et surtout la Chine, la Russie à l’époque étant presque conquise grace à la sinistre gouvernance des Yeltsine-Gorbatchev. Pour la maitrise du ciel le pentagone s’est donné des moyens gigantesques, le programme F-22 Raptor a couté au bas mot au moins 70 milliards de $-si ça n’est pas le double-. Ce qui signifie que cet avion est un redoutable chasseur bombardier. Aucun pays à travers l’histoire ne s’est offert une telle machine de guerre.
    Le but de ce commentaire n’étant pas de faire écho à la propagande, et encore moins de sous estimer l’ennemi-par ennemi j’entends explicitement le régime nord américain de Washington et les oligarques qui l’ont nommé et pour lesquels les leaders americains travaillent, et ce au détriment du peuple américain- mais d’essayer d’apporter un point de vue objectif au regard de la situation.

    Il apparait qu’au regard de l’investissement colossale engagé pour le F-22, à l’évidence son utilisation ne peut concevoir que contre des cibles hautement stratégiques. Sans quoi son utilisation n’a pas de sens. Ca n’est pas un F-15 E, un EF-18 ni un F-16 D, et encore moins F-111. Son but étant d’ouvrir la voie pour ses chasseurs bombardiers. Alors maintenant nous dire que le gouvernement US a/où aurait utilisé des F-22 c’est soit un mensonge, soit ceux qui en ont décidé de l’utilisation du F-22 sont des imbéciles. C’est la raison pour laquelle je pencherai pour la première hypothèse.

  2. Bonsoir,

    Si les USA et leurs alliés Arabes bombardent les raffineries syriennes tombées aux mains de l’EIIL – et si cette information est vrai – cela pourrait avoir des conséquences pour Damas. Effectivement, même si l’armée nationale syrienne parvenait à reprendre ces raffineries, elles seraient inutilisables.

    Or, tout le monde connait l’importance vitale des carburants, en cas de guerre. Lors de la seconde guerre mondiale, en Allemagne, les dépôts d’hydrocarbures et les usines fabricant des carburants synthétiques ont été les premières cibles des bombardements anglais et américains.

    Si la Syrie tombe en panne sèche, l’armée ne pourra plus faire grand chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :