Stats

  • 7 070 402 Hits
21/09/2021

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

Un peu de détente en cette fin de semaine

Voici deux infos qui concernent le France et qui pourraient faire en sorte d’alléger un peu notre week-end…

La première fait suite à l’affaire des drones, ceux qui survolent nos belles centrales nucléaires. La ministre de l’écologie – Ségolène Royal – était invitée à l’émission Grand Rendez-vous Le Monde/i Télé/Europe1, et durant sa prestation, elle a dit:

En aucun cas je ne laisserai quiconque, parce que j’entends déjà les déclarations d’un certain nombre d’associations, porter atteinte à la crédibilité et à la réputation de sûreté de nos centrales nucléaires.

Il faut savoir raison garder: ne pas minimiser, mais ne pas dramatiser non plus.

Nous ne dramatisons pas parce que les survols de centrales aujourd’hui ne font peser aucun risque sur ces centrales, qui sont construites pour résister aux secousses sismiques et même aux chutes d’un avion sur une centrale.

Ahhhhh! Quel humour!
La crédibilité et la réputation de sûreté de nos centrales nucléaires, tout un programme. Je ne sais par où commencer; par mai 2012, ou un militant de l’ONG avait survolé la centrale du Bugey à l’aide d’un parapente à moteur, avant d’atterrir sur le site ou par l’occupation de la centrale de Fessenheim en mars de cette année par des militants de la même organisation… Bref, la sécurité des centrales n’est pas aussi absolue que la ministre veuille bien le dire.

Quant à la résistance des centrales aux chutes d’avions, il faut mettre cette déclaration entre guillemets; car pour ce qui concerne les centrales nucléaires françaises, seuls les dômes résistent à une telle chute, et encore n’est-elle valable que pour les petits avions du type monomoteur. Et les secousses sismiques sont elles aussi à prendre avec des pincettes, puisque si les centrales peuvent – en théorie – résister à un tremblement de terre de moyenne intensité, quid des infrastructures annexes? Surtout que lors de la tempête de 1999, n’était-ce pas la centrale de Blayais (Sud-Ouest) qui avait connue une inondation (mineure d’après EDF)?

Notre ministre de l’écologie parle encore – et toujours – trop vite. C’est une maladie, chez elle; comme lorsqu’il y a quelques semaines elle avait lancé l’idée de la gratuité des autoroute le week-end, idée aussitôt démentie par le premier ministre, himself, qui lui avait gentillement (mais fermement) demandé de s’occuper de ses affaires. La seule fois où on ne l’a pas entendue, c’est lors des échauffourées qui ont coûtées la vie à un militant qui manifestait contre le barrage de Sivens. Elle vient cependant de confesser que le projet avait été une erreur d’appréciation… Mais que pense-t-elle de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes? Pas grand chose, sûrement…

La deuxième info concerne le nec plus ultra des écrivains penseurs français: Bernard Henry Levy (BHL pour les intimes). Lors d’un déplacement en Tunisie, il a eu droit à un comité d’accueil à sa descente d’avion, par pour saluer la fin des représentations de sa pièce de théâtre – faute de spectateurs – mais pour lui rappeler que sa présence n’est pas souhaitable dans tous les pays. C’est aux cris de “BHL dégage!” et “Non aux intérêts sionistes en Tunisie” que certains tunisiens ont accueilli le chantre de la pensée moderne post-apocalyptique. Les manifestants bloquant la sortie de l’aéroport, la police a dû le faire sortir par une porte dérobée.

Les tunisiens auraient-ils tiré des leçons de sa dernière visite en Libye?…
Tout ceci n’est certes pas méchant, mais cela aurait pu très mal tourner, imaginez un peu si un des manifestants était venu avec une tarte à la crème dégoupillée?

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :