Il semble que les avions de la coalition dirigée majoritairement par les États-Unis ne soient pas les seuls à lancer des raids sur les positions de DAECH en Irak et en Syrie puisque pour la première fois Téhéran vient de confirmer ce que l’on chuchotait depuis un certain temps au sujet de l’implication de son aviation en Irak. Des avions de combat de l’armée de l’air iranienne bombardent des positions en Irak sans coordination avec Washington.
Un peu plus à l’Ouest, en Syrie, l’aviation syrienne mène des raids sans discontinuer sur quasiment l’ensemble des localités tenues par DAECH ou l’une des nombreuses factions rebelles avec une focalisation sur Deir Ezzour près de laquelle une importante base aérienne subit un assaut révèle généralisé.
Nous avons de ce fait un schéma assez étrange où les américains bombardent l’extrême nord de la Syrie et l’Irak, tandis que l’aviation Syrienne et son homologue irakienne continuent à lancer des raids sur les localités perdues et faisant désormais partie d’un territoire gris. Les iraniens ne sont pas en reste et ont engagé pour la première fois depuis la fin de la guerre Iran-Irak en 1988 un nombre conséquent d’appareils de combat au dessus d’Irak et il n’est pas du tout exclu au vu du développement de la situation de voir l’aviation iranienne étendre ses opérations jusqu’en Syrie.

Mais ce n’est pas tout. Nous tenons de source très sûre que les américains s’apprêtent sérieusement à bombarder la Cyrenaïque en Libye et plus particulièrement la ville de Derna, nouveau bastion de DAECH en Afrique du Nord. La Libye dans laquelle se déroule une guerre civile entre deux gouvernements rivaux, dotés chacun d’un parlement et d’un État-major, est devenue un terrain de prédilection pour l’intervention d’aéronefs de guerre non-identifiés mais l’on sait que l’aviation égyptienne y intervient depuis quelque temps aux côtés du général Khalifa Hefter et que souvent des avions venus des Émirats Arabes Unis pallient au manque de pièces de rechange dont souffrent les F-16 égyptiens.

Sans évoquer quelques avions de l’OTAN lesquels interviennent ponctuellement sur le littoral libyen.

Il faut dire que l’Egypte redoute au plus haut point la formation d’une armée affiliée à DAECH sur son flanc occidental (on évoque entre 25000 et 40000 combattants) dont le but serait d’abattre le régime du Caire. Mais pas seulement car il semble que cette armée de l’ombre aurait bien d’autres visées sur la région avec notamment un œil sur l’Algérie et donc forcément la France.

Un beau cirque que tout cela. Des A-10 Warthog et des F-15 américains en Irak et en Syrie, côtoyés par des Sukhoi Su-25 syriens et irakiens en plus d’appareils iraniens…Sans compter des Mirages Emiratis en Libye et un ou deux F-16 égyptiens…Sans parler également des drones qui survolent toute la région de Tripoli au Yémen. Drôle de « printemps » ayant donné lieu à une intense activité militaire aérienne…en hiver!

La danse continue. A trois temps cette fois!

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.