Publicités

Moyen-Orient: Les liens entre Israël et les factions rebelles syriennes de plus en plus probants

De plus en plus d’indices probants démontrent clairement une implication active de l’armée et des différentes branches des services de sécurité du régime israélien aux côtés des factions les plus radicales de la rébellion syrienne, en l’occurrence le Front Ennosra, une émanation d’Al-Qaïda Inc. et de ce que l’on appelle l’Etat Islamique en Irak et au Levant.

Les observateurs de l’UNDOF (The United Nations Disengagement Observer Force) présents sur le plateau du Golan depuis 1974, ont remis au Conseil de sécurité de l’ONU un rapport circonstancié à ce sujet et dans lequel ils affirment que des officiers de l’armée israélienne et des chefs opérationnels de la rébellion syrienne ainsi que de divers groupes terroristes entretiennent des échanges « directs » et « permanents » à la frontière syrienne depuis au moins 18 mois.

Capture d'écran d'une vidéo sur laquelle on voit des soldats israéliens et des blessés du front Ennosra (Front des partisans), l'un des groupes les plus radicaux de la rébellion syrienne. Ces derniers se replient souvent sur la frontière israélienne lorsqu'ils sont en difficulté face à l'armée syrienne.
Capture d’écran d’une vidéo sur laquelle on voit des soldats israéliens et des blessés du front Ennosra (Front des partisans), l’un des groupes les plus radicaux de la rébellion syrienne. Ces derniers se replient souvent sur la frontière israélienne lorsqu’ils sont en difficulté face à l’armée syrienne.

Israël a admis pour sa part à plusieurs reprises que ses forces ont procédé à des évacuations sanitaires de rebelles syriens et étrangers vers des hôpitaux militaires sis à l’intérieur d’Israël.

Un des terroristes de l’Etat Islamique en Irak et au Levant a même reçu la visite de l’inamovible Premier ministre israélien Benyàmin Netanyahu.

Cependant, les israéliens ne se sont pas contenté d’évacuer les blessés des groupes rebelles. A différentes reprises, des rebelles en difficulté avec les unités de l’armée syrienne autour de la ville de Qunaïtra ont reçu un appui feu de la part de l’artillerie israélienne. Le plateau du Golan est survolé par une multitude de drones israéliens et il n’est un secret pour personne que la rébellion radicale bénéficie d’un échange d’information dans ce domaine avec Israël.

Enfin, Tel-Aviv a démenti qu’un de ses drones aurait été abattu par les syriens au dessus de la zone sous contrôle syrien du plateau du Golan. Bien que Damas ait présenté des débris de ce qui pourrait être comme une variante améliorée de l’UAV Machatz (Heron).

Quoi qu’il en soit, l’évidence des liens entre Israël et les groupes radicaux usant d’un couvert religieux islamique est de plus en plus patente. Cette conjonction d’intérêts entre deux extrémismes n’étonne guère.

Un proverbe ibérique ne dit-il pas que « les extrêmes se touchent ou se rejoignent »?

Publicités

1 thought on “Moyen-Orient: Les liens entre Israël et les factions rebelles syriennes de plus en plus probants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :