Publicités

Guerre au Moyen-Orient: Israël craint des représailles du Hezbollah libanais

Les opérations militaires israéliennes en territoire syrien-plus de 18 en moins de deux ans-visant officiellement à empêcher toute unification du front adverse, c’est-à-dire une intégration avancée du Hezbollah libanais avec l’armée régulière syrienne et les conseillers militaires iraniens, sont intervenus après sept mois d’une intense guerre secrète entre l’ensemble des protagonistes.

Cela fait une année en effet que le Hezbollah tente de débusquer des taupes en son sein. Le Mossad israélien aurait réussi à inflitrer l’unité 910, le service des opérations du Hezbollah, qualifié de sanctuaire des sanctuaires et il apparaît que le chef de cette unité aurait été recruté en 2008 par les services secrets israéliens lors d’un déplacement en Europe via une jeune femme européenne.

Depuis sept mois, plusieurs agents doubles furent arrêtés par le Hezbollah et ce dernier a même été contraint de dissoudre l’unité 910 puis son service secret en obtenant d’abord l’aide des services secrets syriens puis ceux de l’Iran.

C’est l’Iran qui a propagé de fausses informations selon lesquelles il serait en train de transférer des armes et des missiles au Hezbollah via la Syrie pour débusquer les taupes au sein du Hezbollah. Et de facto, les israéliens avaient mordu à l’hameçon à trois reprises. Leurs frappes aériennes contre ce qu’ils croyaient être des convois de missiles avaient visé des leurres. Il s’avéra ainsi que des hauts cadres chargés des renseignements au Hezbollah travaillaient pour le Mossad.

La réorganisation des opérations spéciales du Hezbollah fut alors confiés à des experts iraniens, les syriens étant trop occupés à tenter de noyauter les différents groupes armés rebelles soutenus par l’Occident et des pays Arabes ainsi que des organisations kurdes. Le démantèlement des cellules d’agents doubles par les iraniens a conduit Tel-Aviv à frapper directement des convois d’officiels du Hezbollah accompagnés par des conseillers venus de Téhéran en plein territoire syrien.

La situation actuelle n’est pas seulement tendue mais Tel-Aviv redoute des représailles de l’axe Hezbollah-Damas-Téhéran d’autant plus que deux généraux des renseignements iraniens ont péri dans des raids israéliens en Syrie en moins d’un mois.

Au discours du secrétaire général du Hezbollah traçant la ligne rouge et annonçant une fusion des efforts de l’axe dit de la résistance, Israël a frappé très fort. Mais le prix à payer est trop élevé. Israël est en état d’alerte maximum et s’attend à tout moment à une contre-attaque balistique sur le Golan, la Galilée et l’ensemble de la Palestine. Car il est fort probable que le Hezbollah aurait à mener une action pour le compte de Damas et de Téhéran avec un appui massif de ce dernier.

Armageddon? Pas encore mais on en est plus bien loin. L’équation est bien simple: pour Tel-Aviv, toute attaque contre Israël signifierait la chute de Damas. Mais Damas n’est pas prête à tomber comme ça car le chemin de Damas passe par Tibériade et une confrontation avec le Hezbollah libanais aussi bien au Liban qu’en Syrie.

Publicités

7 thoughts on “Guerre au Moyen-Orient: Israël craint des représailles du Hezbollah libanais

    1. Pire que les titres raccoleurs, il y a les commentaires hautement philosophiques que l’on peut lire sur les articles d’Alain Julles. Je cite:
      « Prem’s! »

      N’estl-ce pas digne d’un BHL ou d’un Lao Tse?

      1. l’un étant la résultante de l’autre… au diable les stats! et en parlant de commentaire jme suis régalé à lire les votres sur hacking social, une belle equipe ^^

  1. Depuis plus de 20 ans je pense que Imad Moughnieh, chargé des renseignements et des achats d armes du Hizbollah, avait été hameçonné très tôt par le Mossad qui a du le faire contacter par une couverture de marchand d’armes et lui proposer un compte personnel secret en Suisse et ne commission sur les achats. Procédé de bonne guerre des « services », qui permettait aussi aux services israéliens de connaître à l’avance les livraisons, ce qu on a pu constater plusieurs fois quand un navire a été dénoncé voire arraisonné.
    A la fin des années 2000, Imad Moughnieh lui-même et/ou d’autres au sein du Hizbollah ont du commencer à comprendre, d’où la « suppression de témoin » par l’assassinat de Imad Moughnieh à Damas …., comme celui du complice et exécutant libanais des massacres de Sabra et Chatila, au lendemain de sa déclaration à des sénateurs belges venus l’entendre à Beyrouth confirmer qu’il était prêt à témoigner en Belgique, où la justice belge avait ouvert une action en justice contre Sharon, au nom de la loi belge de compétence universelle. Vite contrecarrée par des pressions des USA, qui ont menacé le gouvernement belge de sortir le siège de l’OTAN de Bruxelles! pas moins….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :