Publicités

Syrie : Comme un vent nouveau…

Lorsque John Kerry a annoncé, il y a quelques jours, que la fin du conflit en Syrie passait par un dialogue avec Bashar al-Assad; je suis resté dubitatif, pour le moins. Je n’ai pas osé y croire, les coups tordus dans cette guerre ont été si nombreux et si vils que j’y voyais plutôt une sorte de piège. J’attendais donc la suite, l’information qui pourrait me faire espérer… Et aujourd’hui je suis tombé sur deux infos, plus ou moins complémentaires.

La première émane de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH) et reprend une nouvelle de la télévision officielle : « Au moins 12 personnes ont été tuées et 30 blessées lundi par des obus tirés par les rebelles sur des zones contrôlées par les forces gouvernementales à Alep. »
Certes, l’OSDH n’est pas ce qui se fait de mieux en matière de pertinence des informations, mais ce qui peut paraître étonnant c’est le fait qu’elle reprenne une info de la chaine de télévision officielle. Plus stupéfiant encore, ladite info tire à boulets rouge sur la rébellion. Bon, l’OSDH ne donne pas de nom. Mais il faut quand même saluer le geste qui consiste à dénoncer la rébellion comme étant responsable d’atrocités et de tirs de roquettes en aveugle; après cinq années à agonir le régime pour les mêmes crimes, c’est une nouveauté.

Plus fort encore, la deuxième dépêche nous vient tout droit de New-York et est signée Human Rights Watch (HRW); ONG présente sur tous les conflits où les USA ont un intérêt quelconque. La voici : « Des groupes d’opposition attaquent sans distinction des civils ». Et, cerise sur le gâteau, parmi les groupe rebelles dénoncés (Front al-Nosra, Daech) figure la très officielle Armée Syrienne Libre (ASL pour les intimes).
Diantre! La rébellion numéro un, celle-là même qui a les faveurs des occidentaux, celle qui – il y a encore quelques mois (avant l’apparition de l’EI) – trustait toutes les aides létales ou non, celle dont les dirigeants passaient leur temps dans avions qui les transportaient aux quatre coins du monde afin de réclamer plus de moyens financiers et surtout humains… Bref, LA Rébellion, avec un « R » majuscule.

Mais au juste, de quoi est accusé l’ASL? D’avoir tué des civils dans le but de créer la terreur, et ce à l’aide de voitures piégées. Mais pas n’importe où, uniquement dans des zones dont l’armée syrienne (la vrai) était absente. Du terrorisme de bas étage…

Je tiens quand même à vous rassurer, HRW n’est pas devenu pro Assad – pas encore, mais si Barack Obama ou John Kerry le leur demandaient, cela pourrait arriver – il n’empêche que la rébellion en prend pour son grade; car d’après l’ONG : « Nous assistons à une véritable course à l’abîme avec des rebelles qui s’alignent sur la cruauté des forces gouvernementales« . Gouvernement coupable (toujours selon HRW) de bombardements aveugles, d’actes de torture et d’utilisation d’armes chimiques, encore et toujours…

Je peux me tromper (des évènements pas toujours heureux m’ont tenu éloignés de mon clavier durant quelques semaines (mois?), j’espère que vous me pardonnerez…), mais je vois une sorte de vent de changement qui passe sur les médias. Car après tout, après avoir soutenu pendant des années que l’homme à abattre était Bashar al-Assad, il faut bien que le citoyen moyen soit au courant – à partir d’aujourd’hui – que le président syrien fait partie du paysage géopolitique, comme Vladimir Poutine, et que même si on ne l’aime pas il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur et négocier avec lui…

PS. En parcourant le site de l’OSDH, je suis tombé sur ceci : « About 2000 including women and children, killed and wounded in 6 months of coalition air strikes » (Environ 2000 personnes, femmes et enfants compris, ont été tués et/ou blessés durant les six mois de frappes aériennes de la coalition)
La question est de savoir si ces victimes sont comptabilisées parmi les plus de deux cent mille morts de la guerre syrienne.

Publicités

11 thoughts on “Syrie : Comme un vent nouveau…

  1. Difficile de croire à cette nouvelle.

    La question qu’il convient de se poser c’est pourquoi ce changement de cap ?
    Il ne faut pas oublier à la base que l’intervention en Irak il y a maintenant 12 ans c’était pour remodeler tout le Moyen orient, peninsule arabique, machrek et maghreb inclus. A défaut de réaliser ce grand projet, il était acquis pour les USA qu’ils ne quitteraient pas la région sans détruire au préalable la Syrie, et bien sûr in fine l’Iran. C’était pas dans les cartons, mais bien ce qui était prévu à minima. C’était un projet qui tenait à coeur l’administration US d’autant plus que ce profile à l’horizon une crise energétique pour les USA, étant donné qu’il est acquis aujourd’hui que les shistes n’ont été qu’une vulgaire bulle
    http://www.crainscleveland.com/article/20150208/SUB1/302089982/shale-is-suffering-declining-oil-and-natural-gas-prices-have-led-to
    Il ne va pas sans dire que l’éclatement de cette bulle, va déclencher une trés violente dépression aux Etats Unis, qui aura des repercussions géopolitiques trés importantes, dont la diminution de façon spectaculaire du format de leur armée.
    Dans les coulisses de la CIA, du Pentagone, de la NSA, tout le monde le savait, d’autant qu’au large de la Syrie, ils viennent de découvrir d’immenses reserves energétiques, l’Iran, aprés la Russie, a les les plus grandes réserves de gaz. Ce qui va placer le Qatar, allié des USA dans une situation marginale. Ainsi, la géopoitique du Gaz sera définivitement aux mains de Moscou, avec des Etats Unis assoiffés par l’energie.

    Alors qu’es ce qui s’est passé ?
    – La crise de 2009 ?
    – L’armée et son matériel totalement innéficace ?
    – L’une des raisons, si ça n’est pas la principale, c’est sans doute l’engagement de la Russie, et de la Chine décidés à stoper une bonne fois pour toute à la vague deferlante US.
    Le régime nord-américain de Washington a sans doute pris acte, d’où sa volte-face.

    1. Le gaz de schiste est une donnée qui me laisse perplexe. Surtout le fait que la chute des courts du brut amorcée il y a presque un an par l’Arabie Saoudite (alliée inconditionnelles des USA) n’arrange pas les choses.

      Cette semaine une info rendait compte des difficultés rencontrées par les majors du schiste aux USA. Elles sont à la limite de la faillite, l’une d’entre elles s’est même mise sous la protection de la loi anti-faillite. Les autres, quand à elles, sont obligées d’emprunter à des taux prohibitifs (plus de 10%) pour garder la tête hors de l’eau.

      Le pire est que le gouvernement US a coupé les ponts avec ses anciennes filières énergétiques (Nigéria, Venezuela, Moyen-Orient) et que si le gaz de schiste venait à retomber, je ne donnerai pas cher de leur peau….

      Pour ce qui est des gisements découverts en méditerranée orientale, deux états commencent à se disputer les concessions: la Turquie et Israël. On peut rajouter Chypre aussi et le gouvernement grec qui voit une opportunité de faire de l’argent.
      Ceci étant dit, lorsque je dis que deux états se disputent, j’exagère un peu, lorsqu’il s’agit de piller les ressources d’un pays en guerre, on peut compter sur la Turquie et Israël pour faire la paix…

    1. Bien entendu que Assad n’a pas à négocier avec qui que ce soit (à part peut-être avec l’opposition, mais comme celle-ci ne veut rien entendre…); cependant, il n’est pas suicidaire. Les USA entrouvent une porte de sortie de crise, je pense qu’il va tenter l’expérience.

      Avec des garanties solides, pour sûr. Mais on peut compter sur Moscou et Pékin pour mettre un peu de poids en sa faveur.

    1. Tout est relatif. Pour moi ce n’est pas terrifiant, juste inique; mais pour ceux qui vivent cette guerre au jour le jour, là oui, on peut dire que c’est terrifiant…

        1. « Les comm. st fermés ? »

          J’ai peur de ne pas comprendre.
          Je me réveille d’un long hiver, je suis un peu rouillé…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :