Stats

  • 6 239 376 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
28/10/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Plus que quelques formalités et le projet de force militaire conjointe des pays arabes sera entériné. Pour l’heure, les chefs de diplomatie arabes, réunis jeudi en Egypte, ont réussi à se mettre d’accord sur le principe. Le texte sera présenté au sommet de la Ligue arabe qui s’ouvrira samedi dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh.

Cette force militaire conjointe aura pour but de combattre les groupes terroristes, d’après le patron de l’organisation panarabe – Nabil al-Arabi. De plus, le projet de résolution indique que cette force devra conduire des interventions militaires rapides pour parer aux menaces sécuritaires auxquelles pourraient être confrontés les pays arabes. Champs d’application des plus flous, s’il en est.

Cependant, l’Arabie Saoudite nous a donné un exemple assez frappant de ce que pouvait être une « intervention militaire rapide pour parer aux menaces sécuritaires ». Suite à l’appel à l’aide du président (en exil dans son propre pays) yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, Riyad a envoyé ses chasseurs, de nuit, bombarder les positions des rebelles Houthis (chiites) qui menacent Aden. Mais l’Arabie Saoudite n’était pas seule, une dizaine de pays ont participé aux frappes; parmi eux l’Egypte, le Maroc et les pays du Golfe.

On notera que pour l’instant, seuls les rebelles chiites sont considérés comme étant une menace. D’un autre côté, on n’en attendait pas moins de la part des Pays du Golfe et de l’Arabie Saoudite. Mais tout ceci ressemble à un mauvais film. Car le « problème yéménite » n’est pas nouveau, durant les désormais fameux « Printemps Arabes » le peuple de ce petit pays perdu au Moyen-Orient avait tenté de faire entendre sa voix, mais sa libération n’étant pas à l’ordre du jour, la seule réponse qu’il reçu fut de servir de terrain d’exercices US pour pilotes de drones débutants.

La rébellion chiite a-t-elle profité d’un coup de pouce de l’Iran? Mystère. Mais Téhéran est certainement la seule capitale à avoir condamner les frappes saoudienne au Yémen.

L’action militaire va encore plus compliquer la situation, étendre la crise et faire perdre les chances d’un règlement pacifique des divergences internes au Yémen.
Cette agression ne donnera aucun résultat, sauf qu’elle provoquera une propagation du terrorisme et de l’extrémisme, et une augmentation de l’insécurité à travers la région
, a déclaré la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzieh Afkham.

Le président de la Commission de la sécurité nationale et politique étrangère au Parlement, Alaeddine Boroujerdi qualifie l’Arabie Saoudite d’irresponsable et lui reproche d’avoir attisé les flammes d’une nouvelle guerre dans la région; selon lui « La fumée de ce feu entrera dans les yeux de l’Arabie saoudite car la guerre ne se limite jamais à un seul endroit. »
Il a en outre pointé du doigt les États-Unis et les accuse d’avoir soutenu ces frappes.

Cette force militaire conjointe des pays arabes était un vieux serpent de mer, un peu comme la force de défense européenne. Mais il existe un point commun entre les deux, il y a quelques temps, les USA ont (re)demandé à l’Union Européenne de réfléchir à la création d’une force militaire commune. En attendant, ils ont exhorté les pays membres à augmenter leurs crédit militaire à hauteur de 2% du PIB. Car pour Washington, l’OTAN ne saurait remplacer une force commune.
Tout ceci ressemble à une défection de l’État américain pour ce qui concerne leurs forces militaires basées en Europe et au Moyen-Orient. Dans quel but? Économiser quelques milliards de dollars, où recentrer les troupes et équipements plus près de leurs côtes? Mystère là encore.

Mais la création de la force militaire conjointe des pays arabes risque de devenir une pièce de plus sur l’échiquier – déjà bien garni – du Moyen-Orient. Gageons qu’Israël saura s’en servir à bon escient; un chasseur israélien qui survol la Syrie pour aller bombarder un hypothétique convoi d’armes à destination du Hezbollah est une casus belli. Si c’est un chasseur saoudien qui fait la même chose, c’est de la lutte anti-terroristes…

%d blogueurs aiment cette page :