Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

150 personnes ont perdu la vie dans le crash de l’Airbus A320 de la compagnie Germanwings assurant une liaison entre Barcelone et Düsseldorf. L’enquête se dirige vers l’hypothèse d’un acte délibéré de destruction de l’appareil et de ses passagers par le co-pilote, un certain Andreas Lubitz. 

Suicide spectaculaire, attentat terroriste, homicide, massacre… Au delà du choix des mots, il s’agit là d’un cas d’école et d’un dangereux précédant. 

Indubitablement, les médias aux ordres ont tenté d’exploiter ce drame pour leur propre agenda. D’autres pour plaire à une certaine opinion formatée ne voulant entendre que ce qu’elle veut croire. 

Si les médias ont réussi à imposer aux masses un usage péjoratif à des termes aussi anodins et neutres que ´machos’ ou ‘Djihadistes’ , il ne faut point s’étonner de constater que certains cherchent des circonstances atténuantes à l’extrême lâcheté criminelle d’un homme n’ayant pas hésité à assassiner 149 personnes. 

Certains veulent écarter l’usage du terme terrorisme dans ce cas précis, prétextant une définition rigoureuse du phénomène du terrorisme pour lequel aucune définition consensuelle n’existe jusqu’à l’heure actuelle.  D’autres souligne l’absence de motivations ou de revendications politiques et/ou idéologiques. Peu probant et à voir. 

Les raccourcis sont faciles au demeurant. “Si c’est un Allemand, il avait certainement des motivations idéologiques, avec ou sans dépression” ou alors une profonde insatisfaction avec le modèle de société dans laquelle il vivait; ” un suicidaire est toujours un velléitaire en puissance qui s’ignore…”

Tout cela inquiète. Et si des personnes responsables de la gestion de centrales nucléaires ou de sites de lancement de missiles à têtes non-conventionnelles ou encore des gens travaillant dans laboratoires biologiques sur des virus mortels décident de passer à un acte désespéré en voulant entraîner dans leur mort le maximum d’autres humains? Est-ce une nouvelle forme de terrorisme du culte de l’individualisme et de l’égoïsme? On pourrait le penser. 

Nous ne sommes pas sortis de l’auberge…! 

42 thoughts on “Tragédie du vol 4U9525: en finir avec les arguties inutiles

    1. Donc? mensonge? tromperie? duperie? il est descendu à l’insu de son plein gré? le copilote atteint de Virenquilose? de Cahusaquette aigue? si tout ces bruits sont impossible à entendre pourquoi le proc raconte des bobards?

      1. Donc… je suis embrouillée et dans l’expectative. Je n’ose en tirer une conclusion trop vite bien que les votres soient tentantes… mais pour quoi au juste ? Cacher quoi, ce que tt le monde sait déjà ? ou des maneuvres secrètes de l’otan ? sans preuve : comment en faire une affirmation ? on suppute rien de plus, si ? Une “naïve sur pattes” c’est mimi, non ? mais blague à part, il est difficile de s’engager sur un chemin miné d’incertitudes…
        Je n’ai pas été trop docte là ? Trop… ou trop… 😉

  1. …en finir avec les arguties inutiles…mouais… c’est pas gagné.
    Viendra le jour ou le père Dupont qui se sera fait renverser par une bagnole au passage clouté, deviendra une affaire National.
    Le média spectacle ou l’art de détourner l’attention.
    Parler de l’accident ok, mais le délayer jusqu’à la non-info…c’est tout de même “strange”…
    En fin de compte je crois que nous gagnons notre pari, si il en est un, celui de davantage parler de comment est traiter l’info, que du sujet traité lui même. Ca avance…courage…:) Arguties mais de moins en moins stérile en somme.

  2. bonjour
    quelqu’un a-t-il entendu parler de manœuvre de L’OTAN au dessus de l’Europe le jour du drame ? ? ?

  3. Je me suis pas penché sur les diverses théories concernant ce vol, tout ce que j’ai vu c’est que les médias et les politiques se sont accaparés de cette histoire comme si c’était une tragédie ultime qui méritait toute notre attention. Et ça c’est inquiétant.

    Soit ils désirent cacher d’autres évènements bien plus importants ( ce qui me semble être l’hypothèse la plus probable, et des choses à cacher il y en a je crois, bien que je ne sois pas calé du tout dans le domaine vu que jusqu’à présent je n’ai bouffé que du Google Actualités en Français ) ou alors… “insert theories here ”

    On vit à une époque où les politiques (je pense que c’est eux) peuvent faire pression aux enquêteurs de façon à ce qu’ils divulguent des éléments cruciaux de l’enquête avant compte rendu officiel, et je sais pas si ça a déjà été vu dans l’histoire de l’aviation moderne. Bizarre.

    Et si la thèse du suicide du copilote est confirmée, alors je partagerais l’avis de Dominique. Dans les métiers à haute responsabilité, un passif psychiatrique ou judiciaire est à proscrire ( ce serait tellement beau si on appliquait ça aux politiques )

    Maintenant, après ce qu’il s’est passé en 2001 ( ce ne sont certainement pas quelques “terroristes” qui ont précipités ces avions comme ça, d’ailleurs les avions qui se sont crashés ne sont pas ceux qui ont décollé avec les passagers, ce qui implique qu’ils aient été échangés en l’air ), et, comble, la disparition du vol MH370 ( Freescale Semiconductor… ), je me méfie des versions officielles concernant les sujets épineux.

    Pourtant j’suis un passionné d’aviation et j’ai regardé tous les Mayday! Danger dans le ciel ^^ mais ça change rien au fait que la vérité peut nous être cachée s’ils le désirent, et ils doivent bien se délecter du fleurissement des théories du complot.. y a pas mieux pour nous diviser et pour éloigner le débat.

    1. “Soit ils désirent cacher d’autres évènements bien plus importants”

      Le second tour des élections départementales, par exemple. Surtout ne pas réveiller des instincts bleus marines. Elle arrive troisième – coup de bol – tout en faisant 25% et tous les politiques sont contents. C’est quand même 10% de plus qu’il y a dix ans… C’est énorme, non?

      Le chômage et sa hausse n’ont pas accaparé l’attention des médias très longtemps, tout au plus une journée. Un tel accident (le crash, pas le chômage) aide bien les politiques. S’il est bien géré cela fait qqs points en plus dans les sondages. De là à penser que les politiques ont écrasé l’avion eux-même, il y a une barrière que je ne suis pas prêt de franchir…

      Bienvenue sur ce blog.

      1. Héhé merci 🙂
        J’avais même pas pensé aux départementales tellement ça ne signifie plus rien pour moi ( la montée du FN est quelque chose que j’ai vu venir gros comme une maison depuis quelques années déjà et ça m’apparait comme inéluctable tant qu’une majorité de gens regardent la TV / écoutent les politiques – mais j’ai une vision très orientée j’avoue ) mais bon ça pourrait effectivement expliquer pourquoi Merkel, Hollande et Rajoy jouent la carte du traumatisme national.
        M’enfin, j’ai l’impression que la surenchère du traitement de ce crash au niveau politique / médiatique saoule beaucoup de gens. Comme si on était un peu moins dupes. Enfin j’suis utopique aussi, depuis plus d’1 an je saoule mes proches en disant que le début de la prise de conscience / de l’indignation “globale” aura lieu cette année.
        Bref du coup, je suis pas sûr que ça marche, si c’est effectivement leur “manoeuvre”.
        Enfin on verra ça demain soir… Jpronostique rien, il fait beaucoup trop froid pour se mouiller ^^

      2. Le chômage en hausse est plutôt une bonne chose,
        Si les emplois perdus ou pas créés permettent à la terre de retrouver un peu de santé, aux animaux de vivre, et aux “chômeurs/humains” de penser, de se mettre en état de prendre conscience, c’est même une excellente information.
        Au risque de choquer les gens qui liront mes quelques phrases.
        Ne pas être salarié d’une entreprise ne veut pas dire glander toute la journée. C’est une chance inespérée de réfléchir à un autre modèle de vie qui respecterai les principes même de la vie:
        Respect du vivant, respect de l’environnement, introspection profonde d’où émergeront les projets d’épanouissement de la personne dans son environnement économique, sociale, environnemental, éthique et culturel.
        Et puis si le chomeur ne peut pas s’acheter le dernier IPhone, ou le dernier papier peint à la mode présenté par des médiamerdiques, Est-ce une catastrophe?
        La désintoxication est une phase douloureuse, mais nécessaire pour recouvrer sa liberté.
        Et liberté ne veut pas dire simplicité. Loin de là, très loin même.

        1. On est bien d’accord.
          Mais le quidam moyen qui va voter, lui, passe son temps à regarder la courbe du chômage des fois qu’elle s’inverse – on ne sait jamais, sur un malentendu…

          Mais le quidam devrait s’apercevoir que les embauches ne retrouveront jamais leur niveau d’avant 2008, ou alors uniquement sous la forme de contrats dits précaires. Pour le moment il n’est pas encore l’heure de dégainer l’arme de la réforme des contrats de travail, il faut pour cela que le chômage atteigne des taux records et sur le long terme. Alors à ce moment là oui, le gouvernement pourra modifier la loi; et ceux qui seraient descendus dans la rue pour défendre becs et ongles l’ancien système seront les premiers à applaudir…

          Il me semble que c’est Valery Giscard d’Estain qui avait promis un lopin de qqs m² à tous les français. Cela partait d’une bonne intention, hélas on connait la suite…

        2. Non le chômage n’est pas “une bonne chose” ! C’est la révision du temps de travail qui en serait une bonne ! Quand vous êtes un chomeur les premiers temps : oui vous réfléchissez, faites une introspection, refaites le monde etc. mais quand arrive le temps où vos droits sont coupés : adieu la culture (qui a un prix) et les projets d’épanouissements qui ne peuvent pas aboutir pour des causes financières (car TOUT à un prix !). des chefs de familles au chomage se font du soucis pour la nourrir, pour les études des enfants etc. D’où viennent beaucoup de sdf, si ce n’est du chomage ds un premier temps ? Vous les trouvez heureux ? en bon état ? peuvent-ils encore réfléchir sainement ?
          C’est vous qui m’avez traitez de “connasse” ds un de vos commentaire ? Introspection svp !!

          1. Bonjour, j’ai lu votre commentaire et j’ai trouvé ce qui me dérange dans chaque réponse apportées: Vous décrétez.
            Peut-être que c’est votre style d’écriture qui donne cette impression?
            Peut-être ne maitrisez vous pas certaines subtilités dans la construction des phrases? Cela donne un style péremptoire à vos propos.
            Par exemple: Introspection SVP… quid?… vous dites cela sur un mode impératif… l’introspection ne se décrète pas, néanmoins vous l’écrivez sur un mode impérieux…c’est un peu comique.
            Je vous invite, si vous voulez, à relire ce que j’ai écris dans mon commentaire précèdent,
            Je suis bien d’accord avec vous qu’il faut de l’argent pour payer les factures et que cet argent nous l’avons en travaillant, en ayant un emploi, mais il y a une énorme différence entre avoir conscience de ne pas bien faire mais y être obligé, et ne plus avoir conscience de mal faire.
            En ce qui concerne l’amalgame chômeur/sdf/rue, la problématique de la rue n’est pas que lié au chômage, elle est multifactorielle, le chômage ne mène pas forcément à la rue sinon il y aurait quasiment dix millions de sdf en France.
            Et lorsque j’évoque la “désintoxication” ce sont aussi les amalgames/réflexes qui en sont à l’origine. Vous en donnez l’exemple dans votre réponse.
            Je ne cherche pas à vous convaincre, la solution je ne l’ai pas, l’autre jour j’entendais à la radio un type qui était questionné sur la problématique des énergies renouvelables, sans en rapporter ici tout le propos, la journaliste disait à ce monsieur, je cite ” mais les énergies renouvelables ça va créer des emplois, ça va relancer l’économie…et tatati et tatata,”
            le type en question lui à répondu ceci: je cite, “c’est bien le problème, on arrive pas à penser autrement qu’en terme de production-consommation”,
            Ceci nous amènera toujours et encore aux mêmes souffrances, aux mêmes personnes qui pédalent pour faire avancer “l’empire” et aux mêmes intermédiaires, vendeurs d’espoirs, (qui se servent au passage en faisant croire que lorsqu’ils le pourront, ils partagerons, et qu’aucune autre vie n’est possible hors de leur giron)
            Voilà en gros ce que je voulais dire.
            PS: je ne perds pas mon temps à expliquer mon point de vue à des “connasses” 🙂

        3. @ Caligula.

          Bon, je vois que l’on n’est pas sur la même longueur d’onde. Je vois plus le côté humain et vous politique pure.

        4. Dominique,

          Le problème humain, de nos jours, est étroitement lié à la politique.
          Bien entendu que le chômage engendre des difficultés qui peuvent sembler insurmontables (et qui le sont dans quelques cas). Mais le chômage permet une remise à plat des priorités.

          Je ne suis pas un intégriste de la décroissance, mais je vis assez simplement avec ce que j’ai. Certes, j’ai un travail et ma compagne aussi (quoiqu’elle soit en arrêt en ce moment; d’ailleurs, à ce titre, je tiens à remercier toutes les personnes qui travaillent en milieu hospitalier et plus généralement dans le secteur de la santé; et je dis ça sans vouloir vous plaire, uniquement parce que je le pense); ce qui nous permet de vivre tranquillement; mais sans démonstration de richesse extérieure. Nous ne sommes pas propriétaires, pour la bonne et simple raison que ce n’est pas possible financièrement; reste la solution du crédit, mais c’est moins une solution qu’une arnaque sur 25 ans.

          Des chômeurs, j’en connais. Et pour chaque personne que vous pourriez me citer et qui galère, je pourrai vous donner deux ou trois exemples de famille vivant bien. Ô certes pas dans l’opulence, mais l’opulence n’est qu’une question de point de vue; pour certains il s’agit d’avoir les derniers bijoux technologiques ou alors la dernière voiture à la mode; pour d’autres c’est d’élever sa famille dans la dignité et la joie, malgré le manque d’argent (qui peut être compensé par la débrouille). Sûr que les chômeurs ne vont pas en vacances tous les ans, mais lorsqu’ils le font ils l’apprécient d’autant plus. Et pour certains d’entre-eux, ils se débrouillent très bien, même sans les aides de l’État, mais en général, ils habitent à la campagne ou pas très loin de la côte.

          L’Humain est une de mes priorités. Cependant, contrairement à l’alcoolisme, le chômage n’est pas une maladie. C’est un état, mais il peut devenir une forme de “sens de la vie”. Mais je comprends que certaines personnes ne seront pas toujours d’accord avec ça, je ne vous case pas dans cette catégorie, bien entendu, vous êtes juste une personne qui s’inquiète pour l’Humain en général; une sorte d’empathie sur pattes, si je puis me permettre et sans vision péjorative de ma part. 🙂

          C’est mignon, une empathie sur pattes. J’en ai une à la maison…

        5. Ce doit être ma façon d’écrire, les mots ne se modulent pas comme la voix. Sinon c’est plus le fond que la forme qui compte, même si elle a son importance…

        6. “Ce doit être ma façon d’écrire, les mots ne se modulent pas comme la voix.”

          Heureusement pour nous, les chantres de l’informatique ont inventé un système pour moduler les mots: 🙂 😉 😀 :p
          Sana oublier le fameux :mrgreen:

  4. “les médias aux ordres ont tenté d’exploiter ce drame pour leur propre agenda”
    Y’en a au moins un de lucide.
    Je substituerais cependant drame par évènement; vous comprendrez pourquoi.

  5. Lorsqu’une personne en arrive a mettre fin a ces jours elle se trouve coupé du monde et se fiche totalement de savoir si elle embarque avec elle d’autre personnes , d’ailleurs ce n’est pas le premier accident de ce type …

  6. On voir fleurir diverses théories; prompt à le faire en général, il me semble qu’il n’y ait pas à chercher midi à quatorze heures sur ce coup .. J’espère avoir juste.

    Sinon une “coquille” : “D’autres souligneNT l’absence ..”

  7. Quelle est la part de la compagnie au final ? Elle embauche des pilotes malades ? Un dépressif comme un alcoolique, le restent leur vie entièrede façon latente). Pas d’examens ? pas de décellement de traitements médicamenteux ?) Pour les pilotes alcooliques hors travail, il suffit qu’ils soient à jeun 8 h. avant la reprise de leur travail. Que se passe-t’il en vol dans le cockpit ?
    Je suis très fâchée et bouleversée par ce drame.

    1. Hum Dom, si tu veux bien : une personne malade alcoolique, une personne dépressive. J’ai un peu de mal avec les adjectifs qui deviennent des noms communs et réduisent les personnes à une caractéristique. Merci !

      1. Selon la presse, le jeune pilote a été TRÈS malade (d’une profonde dépression) il y a 8 ans. La preuve qu’il n’était pas guéri, et toujours sous traitement. Mais je ne galvaude pas les termes, tu me connais. Par contre on ne peut pas confier la responsabilité d’un avion à un jeune homme qui a subi un traumatisme de ce genre, il reste fragilisé à vie, tout comme un alcoolique. J’ai connu un alcoolique qui pilote, mais il est ds le privé. Longtemps je ne l’ai pas cru à cause de cela. Je n’ai pas cru qu’une compagnie puisse engager un tel homme ! Il travaille toujours. No comment.

        1. La dépression…l’alcoolisme, sont des pathologies et non des tares. On sent de la colère dans vos propos. Peut-on être en colère contre un malade? Malade atteint de n’importe quelle maladie, bien sur. Ce monsieur n’était pas alcoolique apparemment.
          Sa dépression soignée.
          Après, toute les hypothèses sont permises : il peut tout aussi bien avoir eu un épisode schizophrénique, avoir fait une décompensation brutale, malheureusement si c’est le cas, cette personne pilotait un avion de ligne avec beaucoup de personnes sous sa responsabilité, avec beaucoup de personnes dont ce monsieur avait leur vie entre les mains. Dans ce genre d’accident, ce genre de circonstances on à envie de trouver une explication, un sens à ce qui c’est passé, mais si il n’y avait pas d’autre explication qu’un pic psychotique?
          Je crains que personne ne sache…
          Le deuil risque d’être difficile pour les proches des victimes…
          Mais je pense aussi aux parents de ce jeune pilote, ce drame mérite un recueillement silencieux, emprunt de la plus grande prudence dans le choix des mots pour l’évoquer.
          Cordialement Dominique.

        2. Bonjour cher anonyme.

          Tout d’abord, je ne me vois pas ds mon commentaire où j’aurais parlé de tare en ce qui concerne la dépression ou l’alcoolisme. D’ailleurs ce n’est pas le sujet du débat.

          D’autre part ma colère va à l’encontre des DRH de la compagnie d’aviation et nulle part ailleurs.

          Non cher anonyme la dépression du jeune homme n’était pas guérie puisqu’il était toujours sous traitement.

          Dominique
          (aide-soignante)

          1. DRH…direction des ressources humaines…on est pas des gisements…Bon, La guérison, la dépression n’entraine pas forcément un état suicidaire.
            (je suis personnel soignant dans un service hospitalier de psychiatrie)

        3. Dans ce cas nous savons tous ls deux de quoi il retourne, et je ne comprends pas votre intervention à mon endroit.
          Non : l’un n’entraine pas (forcément l’autre), mais dans ce cas précis, il faut croire que oui.

          Franchement : laisseriez-vous votre enfant avec un ancien pédophile (c’est aussi d’actualité) qui serait son éducateur de colo ?

          Voilà le fond du problème !

          1. Votre endroit…Vous ne comprenez pas pourquoi… Vous savez que… Il est pas…Il est… Voilà le fond…
            Pourquoi j’ai envie de vous dire “ta gueule connasse?”. et bien vous avez raison. Voilà.
            Vous pouvez désormais passer une soirée sereine dans l’illusion de votre vérité.

        4. J’ai dû mal m’exprimer : je préfère que l’on dise “une personne malade alcoolique” plutôt que “un alcoolique” et ce appliqué à tout ce qui se galvaude : un sdf, un séro po etc… Un point de détail qui n’a rien à voir avec cet horrible drame.

        5. Tu sais Lo, quand je réponds sur un blog, c’est du rapide, j’essaie d’aller à l’essentiel, alors j’abrège les termes. D’autant plus que le détail de ces maladies n’était pas le sujet, je les citais en exemple de cas qui devraient être observés à la loupe quand on confie d’autres personnes à ces anciens malades qui restent malheureusement TRÈS fragiles leur vie durant.
          Mais promis je tâcherai si l’occasion se reproduit, d’ajouter “malade” devant l’adjectif. Pour moi ça coule de source !
          Bonne journée Lo !

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :