Stats

  • 6 715 511 Hits
16/04/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Guerre au Moyen-Orient: la cote du F-16 en net déclin

L’avion de combat léger très agile General Dynamics F-16 Fighting Falcon a toujours bénéficié d’une réputation surfaite. Son efficacité dans le combat aérien n’a jamais été éprouvée hors simulation et ses capacités de survie en milieu hostile caractérisé par la présence même sporadique de moyens antiaériens semblent sur le déclin.

Depuis décembre 2014, deux General Dynamics F-16 Fighting Falcon ont été abattus en opération d’attaque au sol (et non de reconnaissance comme pudiquement annoncé officiellement):  Le premier appartenant aux forces royales jordaniennes, au dessus de la Syrie orientale; le second, des forces armées Royales du Maroc, au dessus de Ouedi Nushur, dans la province de Saada, au Yémen septentrional.

A ce rythme, La cote du General Dynamics F-16 Falcon rejoint celle d’un avion de combat comme le vieux Mikoyan-Gurevitch Mig-23 dont on a vu  plusieurs exemplaires se faire abattre presque en direct au dessus de la Libye ou de la Syrie depuis 2011.

Au Yémen, les forces tribales des contreforts montagneux de la province rétive de Saada ont abattu un F-16 C/D Block 52+ des forces royales marocaines en le surprenant par des tirs de canons antiaériens de 23 mm postés sur des crêtes. Il faisait partie de l’escadron Spark formé de six appareils similaires envoyés par le Maroc en Arabie Saoudite dans le cadre d’une coalition militaire sous supervision saoudienne menant une guerre aérienne depuis le 26 mars 2015 contre le Yémen.

Aucune information n’est encore fournie sur le sort du pilote dont le site marocain le 360 affirme qu’il serait originaire de Marrakech et qu’il appartenait au 6e BAFA (Bataillon aérien des forces armées) basé à Benguérir.

Aveuglé par son obssession anti-iranienne et motivé par de l’arrogance non dénuée de racisme, Ryad s’est précipité à guerroyer avec l’aide d’alliés intéressés ou prébendés contre son pauvre voisin méridional sous prétexte de danger chiite. Dans la foulée, les saoudiens ont oublié que le Yémen, pays pauvre parmi les plus pauvres, est quand même peuplé de 30 millions d’habitants et que certaines tribus montagneuses de ce pays sont particulièrement guerrières. Cette perception stratégique biaisée risque de coûter très cher aux Saoudiens même si Washington continue de fournir l’essentiel en matière de logistique et en information.

Photographie prise le 24 décembre 2014 montrant un jeune combattant de Daech debout devant les débris d'un F-16 jordanien appartenant à la coalition internationale menée par les Etats-Unis, près de Riqqa en Syrie.
Photographie prise le 24 décembre 2014 montrant un jeune combattant de Daech debout devant les débris d’un F-16 jordanien appartenant à la coalition internationale menée par les Etats-Unis, près de Riqqa en Syrie.
Capture d'écran d'une vidéo diffusée par une chaîne satellitaire yéménite montrant un débris d'aile de l'appareil marocain abattu.
Capture d’écran d’une vidéo diffusée par une chaîne satellitaire yéménite montrant un débris d’aile de l’appareil marocain abattu le 11 mai 2015 au dessus de la province de Saada au Yémen septentrional.
Houthis miliciens 02052015
Miliciens Houthis sur un Technical (un pick-up modifié pour l’emport d’une arme lourde) équipée d’une variante du ZSU-23-2 (bitubes calibre 23mm), Sanaa, 02 mai 2015. C’est probablement avec des moyens similaires que les tribus des montagnes de Saada ont pu abattre le 11 mai 2015 un F-16 marocain de la coalition saoudienne.
%d blogueurs aiment cette page :