Archives mensuelles : mai 2015

Nos satellites n’ont rien vu…

En  février 1991, une bataille de chars opposant des M1 Abrams US et des T-72 irakiens a lieu au Sud de la ville de Bassorah et se termine sans aucun résultat, malgré la supériorité aérienne américaine et l’appui d’hélicoptères d’attaque dotés de missiles antichar. 

Un accord de cessez-le-feu est conclu entre les commandements US et irakien prévoyant entre autre un retrait sécurisé des forces irakiennes du Koweït. 

Mais les américains et leurs alliés ne respectent pas leurs engagements et bombardent les colonnes blindées et d’infanterie mécanisée de l’armée irakienne lors du retrait, provoquant une véritable hécatombe. 

24 ans plus tard, des convois de Daech sillonnent la moitié de l’Irak et de la Syrie sans pour autant alerter les satellites d’observation US. Washington fait semblant de bombarder un ou deux pick-up pour la forme mais rien de plus. 

“Nos satellites n’ont rien vu…” est la phrase la plus commune au Pentagone depuis un certain temps en ce qui concerne le Moyen-Orient. 

Voilà à quoi sert un outil géostratégique. Encore faut-il eviter que ça se retourne contre vous. Avec une arme nucléaire en sus…

Afghanistan: irruption de Daech à l’Ouest du pays

Pour la première fois depuis l’annonce de sa création, Daech investit l’Afghanistan à partir de la province occidentale de Farah frontalière avec l’Iran. Des combats opposent depuis trois jours des éléments de l’organisation terroriste Deach et les Talibans d’Afghanistan du Mollah Omar, figure emblématique de la résistance contre les forces américaines et atlantiques depuis octobre 2001. 

L’enjeu des combats est le contrôle des voies de passage vers les provinces voisines d’Helmand et de Kandahar, bastion historique de l’Emirat Islamique des Talibans d’Afghanistan. De là, ils auront toute latitude à opérer de l’autre côté de la ligne Durand dans les zones tribales pakistanaises et tenter d’atteindre un des objectifs affichés de Daech: attaquer les bases militaires où est entreposé l’arsenal nucléaire pakistanais…

L’apparition soudaine de Daech en Afghanistan suscite de nombreuses interrogations. Les convois interminables de Daech ont-ils réussi à obtenir un passage à travers l’Iran et si oui, quelle est la faction du pouvoir iranien ayant intérêt à le faire et en échange de quelles dividendes? Serait-ce le résultats d’un deal secret entre une partie de néoconservateurs US et l’une des factions libérales iraniennes ou tout simplement d’un paiement de droits de passage aux réseaux de contrebande protégés par des représentants des autorités locales? 

Cependant, certains observateurs favorables à l’axe de Téhéran, l’apparition de Daech en Afghanistan met en péril les deux flancs de la République islamique d’Iran puisque celle-ci combat déjà l’armée de l’ombre en Irak et en Syrie. 

Quoi qu’il en soit, la lutte pour le contrôle des zones de production de l’opium  sera l’un des objectifs immédiats de Daech car la production afghane, la première au monde, constitue l’une des plus grandes sources de cash recyclé dans les circuits de l’économie mondiale et dont a profité en premier lieu l’économie US. 

  

Le gouvernement du président Afghan Ashraf Ghani et ses alliés Tadjiks, commandant une armée forte de 300 000 hommes formés tant bien que mal par les américains risquent de ne pas peser grand chose dans la balance.