Stats

  • 6 774 937 Hits
11/05/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Guerre au Moyen-Orient: vers une hybridation des moyens de lutte

Les informations en provenance de nos sources en Syrie ne sont pas bonne. Depuis un peu plus de trois mois, la puissance de feu des groupes rebelles telles qu’Al-Nusra (affilié à Al-Qaïda), Daech (l’Etat Islamique) et Al-Fath (la très fameuse armée de la conquête!) est désormais supérieure au sol à celle fournie par les unités de l’armée syrienne en termes de roquettes, obus et missiles antichars.

Néanmoins, les groupes rebelles se battant en Syrie sont épuisés. Des centaines de ces groupes aux noms et acronymes bizarres ont disparu. Certains ont été anéantis sous le feu de l’aviation syrienne et l’artillerie du Hezbollah; d’autres ont changé de vocation et ont décidé d’aller tenter leur chance ailleurs. Mais une grosse poignée a rejoint les grands du domaine: Al-Nusra, Daech et Al-Fath.

Attirés par de formidables incitations financières et sociale et pour les plus jeunes, une opportunité de reconnaissance, voire de jouissances sexuelles, des centaines d’ancien miliciens et de volontaires venus des quatre  horizons adhèrent à ces organisations dotées d’une logistique similaire à celle d’un Etat-Nation dont les lignes d’approvisionnements commencent en Turquie et en Jordanie.

Dans la discrétion la plus absolue, l’Iran a rapatrié de Syrie il y a deux jours la dépouille mortelle d’un officier supérieur des forces d’élite du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne. Ce général iranien aurait péri dans une bataille dans la province de Deraa, en Syrie méridionale, dans une zone adjacente au plateau stratégique du Golan. Il s’agit du deuxième général iranien mort au combat en Syrie.

En réalité, les rebelles et autres terroristes se battant contre la Syrie, l’Irak, l’Iran et le Liban se sont fédérés dans trois grands ensembles et se sont non seulement dotés d’une logistique conséquente mais d’un armement assez conséquent. Oubliez les 2300 véhicules blindés US tombés entre les mains de Daech lors de la chute de Mossoul en Irak. L’armement de Daech et d’Al-Nusra, pour ne retenir que ces deux organisations terroristes, est à proprement parler fort impressionnant.

Le commandement de Daech tient compte du feedback de ces éléments sur le terrain en ce qui concerne l’armement utilisé. Ainsi les fusils d’assaut de fabrication Allemande G-36 ont été éliminés pour non-fiabilité. Idem pour les quelques exemplaires du Famas F1 français et plusieurs variantes locales de l’AK-47 (Kalashnikov) fabriqués dans la région, préférant nettement des variantes du célèbre fusil russe fabriqués en Europe Orientale et le M4 A1 et autres HK-416.

Idem pour les missiles antichar. Avant la guerre, la Syrie figurait parmi les pays Arabes ayant le plus de véhicules blindés et certainement un nombre record de chars pour un pays relativement pauvre en ressources. Maintenant les terroristes d’Al-Nusra, non satisfaits d’avoir des TOW et des Kornet, réclament à cor et à cri des Javelin.

D’où viennent les micro-drones d’Al-Nusra? Où les puissants émetteurs à micro-ondes que Daech utilise pour désactiver les drones de fabrication iranienne utilisés par l’armée syrienne et le Hezbollah?

Des experts militaires syriens, irakiens, iraniens et libanais tentent de remédier à cette petite bifurcation ou révolution de type T (technologique) pour reprendre les termes d’un des pionniers de l’évolution revisitée.

Damas semble bien défendue pour l’instant mais la situation à l’Ouest d’Alep (Nord), à Homs (centre) et à Deraa (Sud) est en train de connaître une lente et sûre mutation pas du tout favorable à la Syrie. Situation en partie induite par l’adoption d’un nouveau plan par les sponsors de la guerre en Syrie. Il s’agit d’un cas concret d’une hybridation assymétrique des moyens de lutte contre un axe régional pris dans son ensemble. Il semble que le concept de guerre hybride à bifurcations multiples soit le nouveau modus operandi au Pentagone.

Le Secrétaire d’Etat à la Défense a récemment évoqué la possibilité d’une chute de ce qu’il appelle le régime syrien. La stratégie de la sape. Dans un conflit s’étendant du Donbass à l’Afghanistan, cela ne peut qu’accélerer une confrontation encore plus grande.

Ramadan de cette année sera plus chaud que celui de l’année dernière.

%d blogueurs aiment cette page :