Gas buyers switch to long term contracts to avoid volatile prices--The so-called green energy was a marketing hype. Fossil energy will be used beyond 2150
05/07/2022

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Guerre en Péninsule Arabique: un missile SCUD yéménite se serait abattu dans la région de Ryad

Selon des informations publiques basées sur un communiqué du ministère yéménite de la Défense, un missile balistique tactique de type SCUD (dont on ignore pour l’instant la variante) tiré depuis l’extrême Nord du Yémen par la Garde Républicaine yéménite se serait abattu sur une immense  base militaire saoudienne située dans la région de Ryad.

Le 6 juin dernier, Ryad avait annoncé que ses batteries de défense anti-balistique de type Patriot  avaient intercepté avec succès un missile balistique SCUD yéménite volant à Mach 5.

Suite à ce premier tir, l’aviation de la coalition saoudienne avait bombardé une supposée “base de lancement de missiles balistiques” à Saâda alors que les militaires fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Salah, un allié des Houthis, affirment qu’ils ne disposent d’aucune base et que les missiles sont tirés à partir de rampes de lancement mobiles.

L’efficacité du système Patriot est hautement mise en doute par de nombreux experts et depuis sa première variante apparue lors de la seconde guerre du Golfe (1991), ce système n’a pas vraiment fait ses preuves.

Il ressort de ce conflit que l’Arabie Saoudite a commis une série de grosses erreurs stratégiques en décidant de lancer une vaste campagne aérienne initerrompue depuis le 26 mars dernier contre son très pauvre voisin méridional. Outre la sous-estimation subjective de l’adversaire, les Saoudiens semblent avoir cru au mythe de la guerre aérienne telle qu’elle a été élaborée et mise en application le 16 janvier 1991 par les américains contre l’Irak de Saddam Hussein, avec le résultat fort mitigé qui s’en est suivi mais qui a été présenté par les médias comme une grande victoire. Une étude minutieuse suivie d’une analyse de ce type de guerre à l’époque a été entrepris par les théoriciens militaires chinois et leurs conclusions ont été sans appel: mauvais exemple d’un immense gaspillage de ressources pour un rendement presque nul.

Les déboires du Royaume dont l’influence sur la politique mondiale est immense, en agissant notamment sur le processus de prise de décision des Etats-Unis d’Amérique, sont autant de signaux d’alerte destinés à la Turquie, pays dont le gouvernement étudie depuis des années la possibilité d’une intervention militaire en Syrie.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :