Ionic engines or thrusters will not break the current stagnation in outer space exploration.Ion thrusters use electrostatics as ions are accelerated by the Coulomb force along an electric field.

Après le lancement d’une des plus grandes campagnes de propagande noire depuis la guerre d’Afghanistan (1979-1989), le Royaume d’Arabie Saoudite a commencé à propager des informations non officielles concernant sa capacité à se doter de l’arme nucléaire en un temps record, notamment en cas d’un éventuel essai nucléaire iranien.

S’agit-il d’une variante de la notion de l’ambiguïté nucléaire au Moyen-Orient, une politique entamée par Israël dès le milieu des années 70 et surtout après les révélations de Mordechaï Vanunu (John Crossman) en 1987?

D’après nos informations, Ryad aurait exercé depuis fin 2014 une pression croissante sur le Pakistan au sujet de son arsenal nucléaire, décrit comme étant l’un des plus “prolifiques” au monde.

Or, l’Arabie Saoudite joue un rôle de premier plan dans le financement du programme nucléaire pakistanais.

Néanmoins, la composante confessionnelle assez complexe des dirigeants de l’armée pakistanaise, très soucieux de garantir un équilibre entre sunnites et chiites ainsi que le poids de Washington,  étaient autant d’éléments susceptibles de tempérer une vieille revendication d’une partie non négligeable des factions détenant le pouvoir à Ryad.

Mais depuis une semaine, on assiste à une  multiplication de déclarations non-officielles pour le moins ambiguës concernant une éventuelle bombe saoudienne.

La tension persistente entre l’Iran et le Pakistan laisse paraître  un jeu d’ombre rétif à toute tentative d’analyse rationnelle. L’influence du royaume sur le Pakistan est telle, que certains analystes considèrent que l’arme nucléaire pakistanaise peut à tout moment être à la disposition de Ryad. Sous certaines conditions toutefois. L’une d’elles serait que l’Iran franchisse le Rubicon: un essai nucléaire en bonne et due forme…

58998

7 thoughts on “Ryad et la Bombe, une question à deux Ryals

  1. Bonsoir,

    S’il est vrai que les liens entre le Pakistan et l’Arabie Saoudite ont longtemps été fort et que ces deux pays ont collaboré en promouvant un islam radical, en finançant et en soutenant des groupes extrémistes et enfin en rendant la bombe nucléaire “islamique” réelle il me semble que ces liens se sont considérablement distendus depuis près de deux ans.

    J’y vois plusieurs raisons. La première étant la fin, ou plutôt le quasi gel, de la guerre en Afghanistan. Islamabad a longtemps rêvé d’annexer purement le territoire de son voisin Afghan. Question de profondeur stratégique mais aussi et surtout question d’accès aux colossales ressources minières afghanes restée inexploitées à ce jour.

    La deuxième raison vient du même problème que celui qu’est en train de vivre la Turquie d’Erdogan aujourd’hui: les Talibans se sont retournés contre leurs protecteurs comme Daech se retourne aujourd’hui contre Ankara.

    Et enfin, il y a le poids de la Chine sur la politique pakistanaise qui n’est pas négligeable et qui a gagné en consistance depuis que d’une part les relations Pakistan/EU ont perdu de leur importance suite au retrait partiel de l’Otan d’Afghanistan et d’autre part le fait qu’un nouvel équilibre régional formé par les axes Chine-Pakistan d’un côté et Russie-Inde de l’autre prend de plus en plus de poids.

    Si à défaut de l’approuver on pouvait comprendre la volonté du Pakistan de développer et se doter de l’arme nucléaire pour défendre un pays entouré de puissances nucléaires parfois hostiles on ne peut pas en dire autant de l’Arabie Saoudite. Riyad aura beau hurler au loup iranien elle n’en sera pas plus crédible pour autant. Et à l’instar de la Turquie tout ce soukh finira par lasser les meilleurs alliés de ces pays. Malgré la Syrie.

    1. bon heu tu fait chier diablo juste parce que j’ai voulu cliquer sur j’aime a ton commentaire , je me suis retrouver a ouvrir un compte WordPress , a choisir un logo et tout et tout . . .

      1. J’y suis pour rien. Juré-craché !

        Au fait ? Il est où ton logo ? (T’inquiètes, j’ai aussi ramé)

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :