Stats

  • 6 715 592 Hits
16/04/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Selon des estimations fournies par les Nations Unies, un peu plus d’un million de vrais faux réfugiés venus des régions kurdes de Syrie et d’Irak, d’Afghanistan, d’Irak, de Syrie, d’Égypte, de Libye et de Turquie et d’ailleurs ont déferlé sur la forteresse Europe durant l’année 2015.

Il semble que ces chiffres soient sous-evalués puisque ces formidables flux migratoires provoqués ou encouragés (voire financés) par certains pays pour des raisons géopolitiques ne cessent de s’accroître.

Des pays comme l’Italie ou la Grèce ont depuis longtemps totalement baissé les bras face à un phénomène dépassant de loin leurs capacités.

C’est dans ce contexte qu’une partie de la droite française vient de briser le consensus du silence entretenu par l’ensemble des médias sur  l’Algérie, chasse gardée de la gauche de Hollande dont l’alliance fort étroite avec Alger est devenu une curiosité en matière de science politique (plus qu’un protectorat mais moins qu’une colonie selon l’expression d’un observateur averti).

Si les motivations de telles déclarations restent discutables puisqu’elles relèvent plus de luttes politiciennes internes que d’une réelle préoccupation, il  demeure que la situation en Afrique du Nord se rapproche de plus en plus du point de non retour.

L’Algérie représente un paradoxe. Disposant d’une puissance militaire lui permettant d’intervenir dans la région, elle manque cependant de leadership car personne ne sait qui dirige réellement ce pays dont l’économie fortement dépendante des hydrocarbures est en chute libre.

En 2010, soit à la veille de ce que l’on a pompeusement appelé “Printemps Arabe”,  le pays a enregistré près de 10 000 émeutes; en 2015, l’Algérie a connu plus de  14 000 émeutes plus ou moins maîtrisées. Cependant,  la poursuite d’une politique ultra-libérale sauvage et-il faut bien oser le dire- bien pire que celles des pires régimes coloniaux classiques, risque à tout moment d’aboutir à une catastrophe. Or une déstabilisation de ce plus grand pays d’Afrique provoquera à coup sûr le démantèlement définitif de L’Union européenne.

Diverses estimations estiment qu’entre 18 et 22 millions de réfugiés issus d’Algérie, de Libye, du Maroc et de Tunisie déferleront sur l’Europe en cas d’un effondrement étatique en Algérie.

Nous avons été parmi les premiers à avoir rapporté l’activité des forces spéciales de l’Otan en Libye. Les SAS britanniques n’ont jamais quitté ce pays depuis la chute du colonel Gaddafi. Ces derniers ont été rejoint par leurs homologues US et français mais également ceux d’autres pays voisins. Une intervention militaire en Libye par les mêmes pays ayant facilité le repli de Daech de Syrie et d’Irak aura des répercussions négatives sur l’Algérie et la Tunisie.

On a vu le résultat malheureux du pseudo “Printemps Arabe” dans les rues des grandes villes d’Europe. Qu’en sera t-il si jamais le Maghreb s’effondre à son tour? Mieux vaut ne pas y penser…

%d blogueurs aiment cette page :