Stats

  • 6 978 832 Hits
05/08/2021

Strategika51 Intelligence

 Πάντα ῥεῖ…

Obama et Poutine, des hommes exceptionnels

Le 15 mars 2016, le conflit généralisé au Moyen-Orient entame sa sixième année consécutive.
Damas dispose d’une armée solide malgré de très lourdes pertes et surtout d’un impressionnant service de renseignement dont l’efficacité n’est plus à démontrer.

Ce conflit historique a vu émerger deux très grands hommes d’Etat: Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie, et, Barack Hussein Obama, président des États-Unis d’Amérique.

En dépit de tout ce qui les sépare, les deux hommes ont en commun les mêmes ennemis.

Vladimir Poutine est un maître incontesté en matière de surprise stratégique. Sa décision de mettre fin aux opérations des forces aérospatiales en Syrie ont surpris les meilleurs analystes de la planète. Il n’en est pas à son premier coup. N’a t-il pas envoyé des dizaines d’avions de combat au nez et à la barbe de dizaines de satellites-espion et des  meilleurs services de renseignements militaires au monde sans se faire repérer? Ses chasseurs de 4e génération se déplaçaient sous de gros avions-cargo ont démontré qu’au 21e siècle, on pouvait créer l’élément de surprise sans une technologie Stealth.

11001100
En quelques mois et avec quelques milliards de dollars -soit 10% de ce que dépense l’Otan dans une opération similaire, Poutine a accompli l’impossible et gagné son pari.
Aussi paradoxalement que cela puisse sembler est que Poutine à fini par découvrir un allié de tres grande valeur: Barack Obama.

Obama est subtil. Probablement le plus subtil de tous les président des États-Unis. Personne n’a réellement compris la profondeur du changement qu’il a induit au sein de l’establishment Washingtonien. Obama a écouté ses chefs militaires usés et las de l’aventurisme belliciste de civils pistonnés faisant du lobbying au profit d’une puissance étrangère et il a réussi l’incroyable pari de saboter les démarches du lobby sioniste et du complexe militaro-industriel sans se faire prendre en flagrant délit. Ce n’est pas pour rien qu’Obama fait l’objet d’une haine et d’un mépris sans bornes à Tel-Aviv et à Ryad.
Son rapprochement tactique avec l’Iran et Cuba, son approche très subtile de la guerre en Syrie laissent supposer une intelligence supérieure qui n’a rien à voir avec les rouages corrompus de ce que l’on appelle l’Etat profond à Washington. Les publicistes et autres agitateurs pro-sionistes en auront pour leurs frais.

Finalement, les deux hommes ont beaucoup de choses en commun même si leur vécu et méthodes de pensée différent. Poutine s’est d’abord battu contre les oligarques pro-sionistes qui ont mis en coupe réglée l’économie russe au temps de Boris Eltsine. Non sans succès. Ce qui explique pourquoi il est si critiqué par les médias aux ordres de la finance transnationale.
Obama ne dispose pas et aucun président US ne peut disposer d’une marge de manoeuvre comme celle de Poutine. Certains ont essayé de briser le joug: Eisenhower, Kennedy, Nixon, Carter. Le premier était trop malade et avait un passé militaire trop prestigieux pour qu’il fasse l’objet d’un assassinat; le second fut assassiné en plein Dallas; le troisième fut non seulement voué aux gémonies et poussé à la démission mais sa mémoire est toujours maudite par la magie d’Hollywood; le quatrième a fait face aux injures et à l’outrage en tant qu homme de paix. Mais Obama est différent. Face à un Netanyahu bouffi d’orgueil et d’arrogance, il garda un sang-froid exemplaire en lui rappelant que si le pistonné d’Israël devait son poste à des recommandations tribales, lui le fils d’une mère célibataire, né à Hawaï dans le Pacifique, ne devait son poste de président des USA à personne.

10000001

Les saoudiens et les israéliens détestent Obama. Ils détestent encore plus Poutine. Le duo Obama-Poutine ne plaît pas non plus aux politiciens corrompus de l’Europe. A l’exception de l’allemande Angela Merkel, Les deux hommes ont humilié, chacun à sa façon, les dirigeants des principaux pays européens.

C’est ces deux hommes d’une trempe exeptionnelle qui auront pour mission d’éviter au monde les horreurs d’une autre conflagration universelle. La tâche est d’autant plus ardue qu’ils auront affaire moins à des adversaires visibles qu’invisibles, maniant avec dextérité la planche à billets, l’arme de la dette et le chaos.

Poutine et Obama sont les révélations de ce conflit historique, probablement le plus important du 21e siècle. Car c’est de l’issue de cette guerre sur le chemin de Damas que sera déterminé l’avenir du monde pour les soixante prochaines années.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating 0 / 5. Vote count: 0

No votes so far! Be the first to rate this post.

%d blogueurs aiment cette page :