Stats

  • 6 176 331 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
28/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

De la l’insoutenable légèreté de l’être en géopolitique

Pourquoi les noms et qualité des 51 fonctionnaires du Département d’État américain ayant signé un Mémorandum interne appelant à des frappes de missiles de croisière Tomahawk contre le palais présidentiel syrien et le palais du peuple à Damas ne seront jamais rendus publics?
Cette fronde contre le président Barack Obama révèle à quel point les lobbies influents sur la politique de l’Etat « profond » à Washington sont exaspérés. Une exaspération faisant écho à celles de la famille royale saoudienne et de la mafia de Tel-Aviv.
Du coup, dans les cercles les plus bellicistes du Pentagone, on entend plus qu’un seul mot d’ordre : « attendre le départ d’Obama et l’avènement de Clinton pour redonner à l’Amérique son aura »
Les informations contenues dans le premier paragraphe de ce billet valent leur pesant d’or. Les commanditaires de la pétition ont transmis un plan selon lequel une décapitation directe de l’Etat syrien à travers l’usage de centaines de missiles de croisière Tomahawk contre les installations présidentielles syriennes conduira les chefs de l’armée syrienne à prendre le pouvoir. Il s’agit nommément du général Ayoub (patronyme coïncidant avec celui de l’illustre  Saladin du Moyen-âge) et du bouillonnant ministre de la défense Jassem Alfreidj. Deux sunnites que Washington et Ryad approcheront pour négocier.
Seul problème: ces deux hommes sont connus pour être parmi les plus déterminés opposants à Israël et aux Frères Musulmans.
On perçoit d’ici les limites et l’incompétence des diplomates US travaillant pour les intérêts israéliens ou saoudiens. Leurs noms sont connus même si les médias US se gardent bien de livrer leurs noms à une opinion plus que désabusée par un système politique très corrompu et sous influence étrangère.
Obama s’est avéré bien plus subtil et ambivalent que tous les présidents US précédents. On sait qu’il passe souvent ces nuits à écouter de la musique africaine traditionnelle. Il a évité un nouvel enlisement dans une guerre de Cent ans. Son successeur le fera à sa place.
Il va falloir passer par les rues de Moscou dixit Vladimir Poutine. Le monde a changé. Ce que ne semblent pas comprendre encore les bellicistes atlantistes et leurs cohortes de laquais serviles et intéressés.
Tant d’erreurs en géopolitique ne peuvent se justifier par une quête d’hégémonie ayant abouti à une perte d’influence et un morcellement du monde. C’est l’insoutenable légèreté de la politique de Bush père et fils et cette doxa digne de la langue de bois d’une dictature de troisième ordre animant les soutiens d’Hillary Clinton et Hollywood qui a perdu l’Amérique.

%d blogueurs aiment cette page :