Le rôle des redoutables commandos tchétchènes des bataillons ZAPAD et VOSTOK dans les combats de rue pour la capture des derniers carrés de maisons  à Alep-est aurait été déterminant dans la victoire des forces syriennes, iraniennes et russes.

Alep est pratiquement sous le contrôle de Damas mais une nouvelle offensive de l’organisation terroriste connue sous le nom d’Etat Islamique en Irak et au Levant, solidement appuyée par les bérets verts de la CIA a totalement pris au dépourvu l’armée syrienne à Palmyre (Tadmor) où une base logistique gouvernementale a été prise d’assaut par une brigade terroriste. D’après des témoignages convergents, les forces rebelles ont eu recours à une nouvelle tactique: celle des essaims par vagues successives, s’assurant toujours d’une supériorité numérique de 10 contre 1 à un point d’attaque donné.

De toute évidence, russes et américains ne cachent plus l’implication directe de leurs forces spéciales dans les combats au sol en Syrie et on y assiste à une nouvelle course entre les militaires des deux puissances, rappelant étrangement la course endiablée entre américains et soviétiques vers Berlin en 1944-45.

Publicités

6 commentaires





  1. Une petite précision historique cependant. Les alliés occidentaux ignoraient en 1945 que les allemands n’avaient plus l’intention de se battre à l’ouest afin que lesdits allés occidentaux arrivent les premiers à Berlin. Et les allemands ignoraient que les alliés avaient l’intention de respecter les zones telles que définies à Yalta, c’est ainsi que Patton a du rebrousser chemin alors qu’il était proche de Prague. Ceci ne veut pas dire que l’idée d’arriver à Berlin ne titillaient pas certains généraux alliés mais Eisenhower leur a interdit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.