14/08/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

En 1967, l’option Samson… Déjà ! 

Des informations déclassifiés à l’occasion de l’anniversaire​ de la guerre de la troisième guerre israélo-arabe de juin 1967 laissent penser que Tel-Aviv avait envisagé l’option nucléaire (l’option Samson) bien avant les combats enragés sur le plateau stratégique du Golan de la guerre suivante (octobre 1973). 

D’après ces informations, les Israéliens auraient opté pour une opération menée par une ou plusieurs unités d’élite opérant derrière les lignes égyptiennes au Sinaï pour déposer un engin nucléaire à 20 kilomètres d’une base aérienne, celle d’Abu Adjeila en l’occurrence…Cela signifie qu’en 1967 Israël possédait déjà la bombe mais pas les vecteurs balistiques pour la delivrer. 

Si les Israéliens pouvaient traîner une bombe atomique au sol (via un véhicule blindé des Sayarat Mitkal, une unité d’élite ) sur une assez longue distance pour la balancer du haut d’une montagne (drôle de scénario qui n’est pas sans rappeler certaines tactiques antiques et plus précisément celles utilisées par les assiégés de Masada), pourquoi n’avaient-ils pas pensé à utiliserla soute d’un  bombardier classique, d’autant plus que l’armée de l’air israélienne avait pu s’assurer de la supériorité aérienne dès les premiers jours du conflit? 

Cela semble incohérent. 

Ce que l’on sait de certain mais jamais reconnu  est que durant la guerre suivante, celle d’octobre 1973 ou la guerre du Kippour, les Israéliens, surpris par l’extrême férocité du front syrien et la réelle détermination de l’armée syrienne à investir la Galilée, avaient planté des mines atomiques au Golan avant de menacer via deux canaux secrets Damas et d’autres capitales Arabes d’un déluge de feu nucléaire. Sous pression des Soviétiques et constatant que l’Egypte ne faisait semblant de se battre que pour négocier en solo (Damas n’a jamais pardonné au Caire ce qu’il qualifie de trahison ultime), les Syriens abandonnèrent à leur sort leurs propres unités blindées en interrompant le soutien logistique et durent céder les hauteurs du Golan.  

Richard Nixon envoya des avions de reconnaissamce  SR-71 Blackbird survoler Israël à la recherche des silos de lancement des premiers missiles balistiques Jéricho et dut peser de tout son poids,  jusqu’à menacer le régime de Tel-Aviv, pour que ce dernier renonce à cette folie furieuse.  Un acte impardonnable car peu de temps plus tard, Nixon fut forcé de démissionner suite à l’affaire du Watergate. 

Stats

  • 6 036 753 Hits
360TotalSecurity WW
%d blogueurs aiment cette page :