Stats

  • 6 155 034 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
19/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Histoire de grosses bombes

La force aérospatiale du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne a révélé sa possession d’une arme assez rustique et un peu étrange : une bombe de plus de 10 tonnes, lancée par un Ilyushin de transport tactique modifié à cette fin. 

Le largage de grosses bombes par des avions cargo n’est pas une nouveauté, loin s’en faut, dans le domaine de la guerre aérienne. C’est même le principe primordial du bombardement aérien depuis son commencement. 

Par contre, ce qui prête au doute est la nature supposée de ce type de bombe. 

Peu après le premier essai réussi d’une bombe atomique nord-coréenne, les militaires nord-coréen avaient opté pour des avions cargo de type Ilyushin et Antonov comme vecteurs temporaires prioritaires de cette arme de destruction massive, les seconds étant des drones puis des petits bateaux de pêche et des mini submersibles en attendant le développement d’une force balistique efficiente entravée par un blocus et huit trains de sanctions. 

Pour les iraniens, il ne s’agit pas d’une bombe non conventionnelle mais d’une bombe massive faisant pendant à la bombe américaine GBU43/B dénommée la mère de toutes les bombes (MOAB). 

Cette dernière, d’un poids de 9,8 tonnes et d’une puissance équivalent à celle libérée par la détonation de 11 tonnes de TNT, a été utilisée au combat en Afghanistan (mais pas uniquement) avec des resultats assez mitigés bien que la zone touchée par le radius de destruction de la bombe se transformait en paysage lunaire. 

L’usage de ce genre de bombes, côté US, est souvent difficile à différencier de celui d’une ogive nucléaire tactique. Certains experts maintiennent que les États-Unis auraient utilisé des armes nucléaires tactiques en Afghanistan (à deux reprises à Tora Bora dont en avril 2016), en Irak (Falloudja) et au Yémen.  

Nucléaire ou pas, le vecteur choisi pour délivrer cette grosse munition pose un serieux problème de survie pour un pays comme l’Iran. Bien que plus manoeuvrable et endurant qu’un avion de ligne, un transporteur tactique ne peut operer en toute sécurité qu’en situation de supériorité aérienne, impossible à établir actuellement par les forces aérospatiales iraniennes en cas de conflit, ou encore en l’absence totale de moyens anti-aériens adverses.  

Après la MOAB US et l’énorme bombe thermobarique russe (puissance nominale de 44 tonnes de TNT soit 0.04 KT), voici venu une autre bombe dont le seul mérite est de peser plus lourd qu’un fourgon. Une histoires de bombes ayant peu d’impact sur le plan tactique mais servant une surenchère psychologique et médiatique centrée sur l’égo. Un jeu commencé par les americains en 1945. 

Cela peut paraître puéril mais l’homme a peu évolué depuis la période des chasseurs-cueilleurs jouant à qui a la plus grosse trique ou la plus grosse massue pour inspirer crainte et respect. 

%d blogueurs aiment cette page :