Analysis

Syrie: l’interception de missiles israéliens confirme l’existence d’une bulle ABM syro-russe

3432

Le commandement militaire syrien a affirmé samedi qu’au moins deux missiles Sol-Sol israéliens auraient été interceptés et détruits avant qu’ils ne touchent une installation Radar du dispositif de la défense aérienne protégeant Damas.

L’agence officielle syrienne SANA a diffusé un communiqué selon lequel la défense aérienne syrienne aurait intercepté et détruit deux missiles israéliens ayant visé « une position militaire » près de Damas.

Selon SANA, « l’ennemi israélien a tiré à OO30Z (22H30 GMT-[vendredi 01 décembre 2017]) plusieurs missiles Sol-Sol en direction d’une position militaire dans la province de Damas » avant de poursuivre que « les défenses aériennes syriennes ont pu faire face à l’agression » et de préciser-c’est là le point le plus intéressant-que deux missiles ennemis ont été détruits.

On ne sait pas s’il s’agit de missiles Delilah GL, une version d’une sorte de  missile de croisière tiré à partir d’une installation terrestre, très précis et pouvant atteindre une portée opérationnelle de 250 kilomètres ou d’une autre variante perfectionnée, modernisée ou issue du vieux missile balistique Jericho I (portée: 500km), peu précis mais  pouvant emporter une charge conséquente (à partir de 400 kg).

Delilah.jpg

Un site d’information proche de la rébellion syrienne a confirmé cette attaque en ajoutant que de puissantes explosions ont été entendues au sud-ouest de Damas dans la nuit du vendredi au samedi 01 décembre 2017. Le très fameux et non moins controversé OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l’Homme), une officine des services de renseignement britanniques a, pour sa part, précisé qu’au moins un dépôt d’armement aurait été touché par un missile mais sans pour autant confirmer cette information ou encore fournir des éléments susceptibles de déterminer si la position touchée appartenait à l’Armée syrienne ou au Hezbollah libanais.

Israël est de facto un des belligérants directs de la guerre en Syrie, même si Tel-Aviv dément toute implication explicite dans le déroulement du conflit en répétant à tue-tête qu’il s’agit d’une guerre civile interne affectant un pays avec lequel il est techniquement en guerre depuis 1973. Une version reprise par l’ensemble des médias dits « Mainstream » mais remise en cause par Damas, lequel considère Israël et ses puissants alliés occidentaux et arabes comme les principaux soutiens des groupes terroristes armés activant en Syrie.

Cette nouvelle attaque israélienne au moyen de missiles surface-surface est intéressante à plus d’un titre, dans la mesure où elle confirme en partie la montée en puissance des défenses aériennes de la Syrie et de ses alliés, la mise en place d’un système de détection et d’interception anti-balistique assez efficace pour créer un effet de dissuasion, et, enfin, l’impossibilité de lancer des raids aériens contre des positions militaires syriennes sans une riposte assurée. Cela contraste avec les traditions stratégiques au Moyen-Orient où Israël avait toutes latitudes pour mener des raids aériens au Liban, en Syrie, en Irak jusqu’en Libye sans rencontrer la moindre riposte ou résistance.

Pour le néophyte, il faut rappeler que les israéliens n’hésitent jamais à frapper massivement  quand ils sont certains que le camp adverse ne dispose d’aucun moyen de défense.

L’empreinte russe n’est pas très loin.

En réalité, la guerre en Syrie est en train de redéfinir de nouveaux pôles de puissance avec la confirmation effective de l’existence d’une bulle de défense antiaérienne dotée de moyens ABM que même le nec plus ultra des avions de combat et des moyens de la guerre électronique en usage par les israéliens n’arrivent pas à vraiment percer sans y laisser des plumes. Le cauchemar absolu de Tel-Aviv et du complexe militaro-industriel US qui le soutient serait en effet d’assister à la destruction « publique » d’un avion de combat de type F-35 au dessus de la Syrie par un système SAM de fabrication iranienne ou nord-coréenne.

Voilà où a abouti une guerre qu’on a présenté comme une simple révolution interne en Syrie: une véritable révolution géostratégique affectant l’ensemble de l’équilibre stratégique de la planète!

Publicités

Catégories :Analysis

47 réponses »

  1. Des missiles surface surface pour une distance Israël Damas, ce n’est pas crédible. Je penche plutôt pour des missiles genre missiles de croisière qui sont subsoniques. A plus grande distance genre missiles intercontinentaux, la vitesse est entre mach 15 et mach 20. Quasi inarretables.

  2. Asselineau est une grande escroquerie. Il suffit de voir la vidéo avec une carte de France pré-révolutionnaire utilisée pour argumenter sur l’élection d’Hugues Capet. Pour mémoire, le royaume de France à l’époque d’Hugues Capet n’allait même pas jusqu’à Reims, pourquoi donc utiliser une carte correspondant aux frontières nord-est actuelles ?

  3. D’apres des infos sur sputnik news, il y auraient eu six missiles sol-sol de tires, dont trois ont ete abattus.
    Information a confirme, sis c’est vrai les syriens ont boucle leur espace aerien et l’ont verouille

    • « …si c’est vrai les syriens ont boucle leur espace aerien et l’ont verouille. »

      Le fait que les aviations US, et israèliennes ne penetrent plus l’espace aérien syrien doit les les tetaniser. En plus de la bulle russe, il y a à présent un bouclier anti-missiles, ce qui doit les rendre encore plus nerveux. Ca promet à Israèl de bien funestes presages. Si guerre il y a, elle risque de se terminer en bain de sang, et ce coups ci, c’est la population israèlienne qui va en faire les frais.

      En 2007-2008 il y eût un rapport emanant de plusieur agences de renseigneemnts US. Aprés la défaite israèlienne au Liban, et l’humiliation quotidienne des troupes d’occupation US en Irak, ces agences de renseignenments avaient prédit qu’Israèl avait au maximum une durée 20 ans à vivre. Dix ans aprés tout se confirme et jour aprés jour.
      A ceci prés que la Chine n’est pas encore arrivé dans l’échiquier du Moyen Orient. Si les FC-31 sont cédés à l’Iran, la Turquie, l’Irak, et la Syrie, ça en sera fini des occidentaux dans la région.

    • SVP, Vite, vite! donnez-moi les bonnes nouvelles, que ce sont des S-300/400 qui ont fait la job et non pas les canons de DCA.

      • « ….S-300/400 qui ont fait la job et non pas les canons de DCA. »
        Qu’es ce qui te fais dire que les cannons sont moins efficaces que les missiles ?
        As tu des statistiques qui le prouvent ? En quoi un cannon est necessairement moins efficace qu’un SAM ?

        • C’est Justement cela que je veux savoir par une preuve d’infaillibilité de ces S-300/400 sur les avions modernes ricains et toutes les sortes de leurs missiles.

      • « …par une preuve d’infaillibilité de ces S-300/400 sur les avions modernes ricains… »
        Infaillibilité ? Oh là! Tu ne crois pas que tu en demandes un peu trop ? 😕
        L’ami dans ce bas monde rien n’est infaillible, absolument rien. Pour te rassurer ni les S-300, ni les S-400 ne pourront dissuader les américains d’attaquer la Syrie. Tout au plus ils peuvent entraver l’action US en multipliant peut etre les pertes de façon significative, mais ils ne seront en rien dissuasif. Le bon coté des S-300/400 c’est qu’ils contribuent à aider les russes pour se faire du beurre sur le dos des autres pays agonisants. En gros à equilibrer leur balance commerciale russe. Vu les prix de ses batteries, c’est pas à donner.
        Y a pas trés longtemps nous avions fait un sujet justement les missiles.
        Jete un coup d’oeil ici.
        https://strategika51.wordpress.com/2016/06/18/evading-air-to-air-missile/

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.