Analysis

Le secret de l’efficacité du S-200 en Syrie

Qu’est-ce qui a rendu le système de missiles Sol-Air S-200 (Sa 5 Gammon selon la nomenclature de l’OTAN), un système relativement ancien initialement conçu dans les années 60 (mis en service en 1967) redoutablement efficace contre le nec plus ultra des avions de combat comme les variantes israéliennes (et donc hyper musclées à tous les niveaux) du General Dynamics F-16 et du McDonnell Douglas F-15 et même le Lockheed Martin F-35 Lightning 2?

La réponse partielle à cette question réside dans l’usage d’un système radar VHF mobile AESA (Active Electronically Scanned Array) ou radar réseau à commande de phase à balayage actif similaire au type RLM NEBO M couplé aux batteries de missiles SAM. Ce radar est un ensemble d’antennes (pouvant atteindre 1500) sous-modules indépendantes les uns des autres et disposant chacun de sources propres et qui rend l’ensemble du système très flexible, modulable et apte à survivre même dans les environnements électromagnétiques les plus hostiles.

Un tel système peut discerner les vraies cibles des leurres ou des faux échos produits par des contre-mesures et le brouillage électroniques tout en  dirigeant les missiles S-200 vers la cible. Sans de tels système, la défense antiaérienne syrienne n’aurait jamais pu savoir où se trouve la cible réelle.

C’est la raison pour laquelle l’aviation israélienne ou US pouvaient impunément bombarder des pays tiers ne disposant pas de moyens de contre-contre mesures électroniques et encore, ils poussaient la prudence à ne jamais bombarder des cibles au dessous d’une certaine altitude où la portée des canons antiaériens pouvait s’avérer efficace (notable exception, la Libye qui ne disposait pas d’un système fiable et organisé de DCA).

L’Irak possédait beaucoup de S-200 et son efficacité de 1991 à 2002 n’a pas été du tout remarquable malgré les efforts incessants et désespérés  des ingénieurs locaux pour contrer ou feinter les mesures électroniques adverses qui rendaient leurs radars quasiment aveugles.

En Syrie, les vieux S-200 sont parvenus à abattre des F-16, des F-15 et des F-35 (avion de combat de 5ème génération) grâce à des radars AESA Multi-statiques à balayage actif. Qu’en est-il alors de systèmes SAM plus récents comme le S-300 ou le S-400, voire le futur S-500?

 

Publicités

Catégories :Analysis

13 réponses »

  1. « Qu’est-ce qui a rendu le système de missiles Sol-Air S-200 (Sa 5 Gammon … système relativement ancien … conçu dans les années 60 …redoutablement efficace contre le nec plus ultra des avions de combat… »
    Personnellement je ne le crois pas, à moins que tu l’as vue de tes propres yeux, auxquelles je te croirai sur parole. Pour plusieur raisons, Déja c’est un communiqué de guerre emanant de l’armée syrienne. Je tourne souvent en dérision les grossiers mensonges de la propagande israèlienne, et US, c’est pas pour autant que je vais ingurgiter la propagande d’où qu’elle vienne, qu’elle soit syrienne, iranienne, russe, chinoise et meme soviétique. Juste pour rappel les syriens ont l’habitude de mentir eux aussi. En juin 1982, la propagande à Damas parlait d’au moins 70 avions israèliens abattus. Alors que tout le monde savait que c’était entièrement faux.

    Autre element le SA-5 Gammon est un enorme missile sol-air de 11 metres de long, qui pese dans les 7 tonnes. Imagine ce machin entrain de faire un virage, c’est un boeuf avec sa charrue qui tourne dans un champs.
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/4d/Two-stage_V-400_%285V11%29_missile_of_surface-to-air_missile_system_%C2%ABDal%C2%BB_in_Military-historical_Museum_of_Artillery%2C_Engineer_and_Signal_Corps_in_Saint-Petersburg%2C_Russia.jpg

    Je veux bien croire que les pilotes israèliens sont loin d’etre les as que la propagande occidentale nous vend, là je suis d’accord. Mais je ne peux pas croire que tous les pilotes israèliens sont des tocards finis. Le SA-5 est faiblement manoeuvrable, en tout cas il est beaucoup moins manoeuvrable qu’un leger F-16, c’est une certitude.

    Il est possible que d’autres systèmes d’armes syriens que les russes ont livré aux syriens aient pu participer à l’action. Recemment, et trés discretement l’armée de l’air syrienne a acquis des Mig-29 au redoutable format SMT. Ca n’a pas été crié sur les toits, néanmoins c’est une réalité. De plus les Mig-31 sont dans les airs aussi.

    Autre elements, regarde la géographie qui entoure Damas, les hauteurs du Golan, et les frontières du Liban, c’est entouré de hauteurs. Pour éviter les SA-5, les F-16 n’avaient qu’à plonger à quelques centaines de metres en tout cas en dessous de l’altitude du Cheikh Jebbel, pour etre à l’abris. Alors me dire que c’est un SA-5….tu comprends…

    Si effectivement le SA-5 peut etre efficace, et meme eventuellement, je veux bien admettre qu’ils ont abattu un F-35. Par contre un F-16, à moins que je ne le vois pas de mes propres yeux, je suis désolé j’ai du mal à y croire.

    Il est possible qu’a travers de ce communiqué, l’objectif recherché étant de moquer la technoloigie occidentale, incapable de faire face à des systèmes vieux de plusieur dizaines d’années, meme si modifiés entre temps, et surtout par là meme cacher l’action d’autres systèmes plus recents dans le but d’induire l’ennemi en erreur. C’est des communiqués de guerre. Mefiance!

    • Finalement l’Irak ne disposait pas de S-200 mais de venerables S-125 (tueur d’F-117) pourtant plus anciens mais qui ont eu un palmarès tout à fait honorable durant la guerre de 91.
      C’est en revanche les libyens qui ont reçu des S-200 et qui ont systématiquement loupé tous les avions americains qu’ils ont engagé durant la deuxième moitié des années 80.

      • « Finalement l’Irak ne disposait pas de S-200… »
        Pas si sûr j’étais abonné à un forum, où Tom Cooper venait donner des réponses comme notre ami Stratégika le fait aujourd’hui sur son forum. Si mes souvenirs sont bons, parce que ça date, et ma mémoire me fait défaut, l’Irak possédait des SA-5. Néanmoins, je ne suis pas sûr. Ce forum je n’ai pas l’adresse sous la main, parce que j’ai eu recemment un crash PC qui m’a obligé à me réorganiser autrement. Le jour où je retrouverai l’adresse de ce forum je te la filerai.

        « C’est en revanche les libyens qui ont reçu des S-200 et qui ont systématiquement loupé tous les avion…. »
        J’ai pas dit que je sais tout, j’ai tout vu, tout entendu, t’en sais peut etre plus que moi. Il m’arrive au grés des discussions dans les forums de tomber sur des vrais spécialistes, que je ne suis pas.
        Aprés des recherches sur la guerre du golfe I celle de 1991, qui ont duré de trés longues années. Je me suis aperçu que ce qui nous avait été raconté était en générale sauf exception faux. Et souvent trés éloigné de la vérité.
        En regle générale quand les US où israèliens perdent où ont des avions endommagés, ils nient systèmatiquement. Quand ils ne le peuvent pas, ils attribuent les pertes dans l’ordre.
        1- Ennuies mécaniques de l’appareil, qui peut souvent etre un volatile. Des exemples recents nous le montrent 😉
        2- Erreurs des pilotes.
        3- AAA responsables de la perte.
        4- Perte due au Manpads
        5- Perte due aux Sams
        6- Rare, trés rare, pour ne pas dire inexistant, la propagande occidentale nie systèmatiquement toute perte liée à des actes hostiles emannant de chasseurs adverses. Le complexe militaro-industriel censure systèmatiquement ce genre d’argument pour des raisons evidentes de géopolitques, et d’économie.

        La Libye est vraiment le contre exemple qu’il ne faut pas prendre. Personne ne sait à ce stade ce qui avait causé la perte du F-15. Les américains nous racontent ce qu’ils veulent. Au vue de la situation qui prévallait à l’époque en Libye, il est peu probable qu’un SA-5 ait été responsable de la perte du F-15 américain.

      • Les S200 libyens ont été désactivés bien avant 2010 et n’ étaient même pas déployés. En mars 2011, les Américains avaient entamé l’EADS mais il y avait que très peu de radars actifs car des militaires rebelles ont saboté l’ensemble du système de défense et ce fut presque un jeu vidéo.
        Un F-15 a pourtant bien été abattu.

    • La souveraineté de tous les états, particulièrement les plus faibles, doit être respectée et c’est là la position de Mouscou, Pékin ainsi que celle des pays attachés aux principes de souveraineté et non ingérence.
      Mais il ne suffit malheureusement pas de le dire ! Car l’impérialisme (représenté aujourd’hui par les USA, leurs alliés et leurs vassaux) à toujours pris la souveraineté des états insoumis pour l’éternelle cible contre laquelle il deploira tous les moyens possibles. Moscou doit faire preuve de courage (de réalisme finalement) et joindre l’act à la parole en surarmant son allié syrien pour qu’il puisse faire le ménage dans ses airs et ainsi recouvrir de faite sa souveraineté.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.