Stats

  • 6 706 750 Hits
12/04/2021

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Les kurdes utilisent des Hellfire, des Tow et des Javelin contre les chars Leopard 2 A4 turcs

Outre des missiles de conception russe originaires d’Europe orientale, les combattants des YPG et des forces démocratiques syriennes kurdes utilisent des missiles antichar de fabrication américaine BGM-71 Tow, FGM-148 Javelin et des AGM-114 Hellfire (sur support terrestre) fournis par les forces US pour contrer les chars turcs Leopard 2 A4 autour de la localité syrienne d’Afrin. 

Washington tente d’établir avec l’aide de ses alliés kurdes une forme de bantoustan s’étendant de Hassaka au littoral méditerranéen d’Idlib à cheval entre la Turquie au Nord et le reste de la Syrie avec une extension au Kurdistan irakien à l’est (c’est à l’extrême nord-est de la Syrie et à partir du Kurdistan irakien qu’opèrent les forces spéciales US et leurs alliés au sein de l’OTAN dans la région)

Les services secrets de la Turquie, un pays membre de l’OTAN, ont découvert que certaines unités YPG kurdes défendant Afrin bénéficient d’un soutien logistique US. 

Ankara soutient l’Armée Syrienne Libre et des factions d’Al-Nosra, reconverties dans l’Instance de Libération du Levant tandis que Washington soutient d’autres factions d’Al-Nosra et de l’ASL aux côtés des forces Kurdes. 

Les deux pays sont alliés et partagent le même objectif final en Syrie mais leurs intérêts géostratégiques s’opposent frontalement, notamment sur la très problématique question kurde, devenue l’une des principales cartes qu’utilise Washington dans le jeu syrien. Une carte que la Turquie perçoit comme une menace existentielle majeure.  

%d blogueurs aiment cette page :