Analysis

US Accuses Russian Military of 2017 ‘NotPetya’ Cyberattack Against Ukraine

More and More Fun Coming in the Air

US Accuses Russian Military of 2017 ‘NotPetya’ Cyberattack Against Ukraine

https://sputniknews.com/us/201802161061709414-us-accuses-russia-notpetya-cyberattack/

Publicités

Catégories :Analysis

2 réponses »

  1. Salut! Je prendrai l’audace de dénoncer Philippe Ballesio pour agression sexuelle et extorsion. Il a menacé de kidnapper mon fils de 2 ans au cours de la période 2015-2016 si ce ne m’a permis d’abus sexuels à ce moment-là, je snitched après ma démission à la société où les deux laborábamos, mais pas pris en compte par défaut de preuves solides, j’ai aussi vu comment il parvient à voler de tous ses clients.

  2. traduction :
    Les États-Unis accusent les militaires russes du cyberattaque «NotPetya» de 2017 contre l’Ukraine
    00:15 16.02.2018 (mis à jour 00:47 16.02.2018)
    La Maison Blanche a accusé l’armée russe d’être l’auteur de la cyberattaque “NotPetya” de juin 2017 qui visait principalement les sites internet ukrainiens.

    Washington a prétendu que le but de l’attaque était de “déstabiliser l’Ukraine” et de rencontrer “des conséquences internationales”.
    L’allégation de Washington fait suite à celle faite jeudi par le ministère britannique des Affaires étrangères. Le porte-parole Tariq Ahmad a déclaré que le centre national de cybersécurité du Royaume-Uni avait découvert que l’armée russe était responsable de l’attaque.

    “Nous rejetons catégoriquement de telles accusations, nous les considérons comme non fondées et sans fondement, ce qui n’est rien d’autre que la poursuite de la campagne russophobe”, a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Dmitri Peskov.

    Le malware se présente comme un rançongiciel, exigeant 300 $ en échange d’un accès à des sites Web ciblés. Cependant, les experts ont signalé qu’il s’agissait d’un logiciel destructeur destiné à infliger des dommages aux sites Web infectés, et non à extorquer de l’argent.
    ESET, une société de cybersécurité slovaque, a indiqué que 80% des attaques de NotPetya étaient dirigées contre l’Ukraine. Neuf pour cent supplémentaires ciblaient l’Allemagne et les 11 pour cent restants étaient répartis entre de nombreux pays: l’Australie, la France, l’Allemagne, l’Italie, la Pologne, la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis.
    En janvier 2018, la CIA a accusé l’agence de renseignement militaire russe Main Intelligence Directorate (GRU) d’avoir conçu NotPetya. À l’époque, Moscou a nié les allégations, soulignant que les systèmes russes étaient également visés et que l’attaque coûtait environ 1,2 milliard de dollars aux entreprises russes.

    RUPTURE: La Maison Blanche accuse la cyberattaque de 2017 "NotPetya" sur l'armée russe et affirme que la cyberattaque "aura des conséquences internationales". pic.twitter.com/TphIMtGvlx
    - NBC News World News (@NBCNewsWorld) 15 février 2018
    

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.