Analysis

Londres menace de « frapper » la Syrie pour sauver ses propres terroristes

De tous les pays soutenant le terrorisme en Syrie, c’est la Grande-Bretagne qui possède le plus grand nombre d’infiltrés au sein des onze groupes terroristes se battant a la Ghouta mais également à Idlib. 

Il n’est donc guère surprenant que Boris Johnson, un clown occupant le Foreign Office de Sa Majesté, rejoigne le chorus de ceux qui menacent de « frapper » la Syrie en cas d’usage avéré d’eau de Javel ou de chlore. 

Historiquement, les menaces de Londres ont toujours eu plus de poids que les menaces proférées par Paris et l’explication est en partie psychologique. 

Les Anglais ont toujours aimé la guerre et la destruction. 

La perfide Albion n’a jamais reculé quand il s’agit de commettre des massacres. 

Les Allemands de Dresde, du moins ceux qui n’ont pas été frappés d’amnésie volontaire, en savent quelque chose.  

Pour revenir à la Ghouta orientale, Damas est déterminé à exterminer les agents du Mi6 britannique connus sous le nom des Casques Blancs (qui ont une fâcheuse propension à se trimbaler avec des masques à gaz, des produits chimiques toxiques et des caméras estampillées du logo de CNN). 

Selon des chiffres fournis par les services syriens de sécurité, plus de 1450 terroristes recherchés et retranchés dans les localités de la Ghouta orientale sont des agents du renseignement britannique. 

En attendant les Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force, les syriens sont en train de localiser les balises radio émettant sur des ondes peu usitées depuis la Ghouta orientale. Du pain béni pour les bombardiers russes et syriens. 

Publicités

Catégories :Analysis

29 réponses »

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.