Analysis

US Caught Evacuating More Daesh Leaders in Syria – State Media

US Caught Evacuating More Daesh Leaders in Syria – State Media

https://sputniknews.com/middleeast/201803191062695902-daesh-evacuation-syria/

Publicités

Catégories :Analysis

5 réponses »

  1. On prend les mêmes et on recommence, etc., etc., etc., ad nauseam
    «… Des sources civiles ont déclaré lundi aux médias syriens que trois hélicoptères américains avaient évacué des commandants présumés de Daesh (EI) du nord-est de la Syrie.
    S’exprimant à SANA, les sources ont indiqué que les hélicoptères militaires avaient atterri dans une zone située entre les villages d’al-Jissi et Kalu, à 2 km au sud du canton de Tal Hamis dans le district de Qamishli du gouvernorat d’al-Hasakah. …»

    A quand, une pluie ultra dense de missiles sur leurs sales gueules, à quand ?
    Les Hachd al-Chaabi, le Hezbollah et certains éléments de la résistance sont fin prêt eux !… Alors, quand est-ce…?

    • En fait c’est ce que souhaiteraient la coalition américano-israelo-européistes, que l’axe de la résistance perde tout contrôle, suite aux très nombreuses provocations et coups tordus, et passe à l’action… erreur fatale !

      J’écrivais cette stupidité (qui a très largement dépassé ma pensée… désolé cher(e)s lecteurs/rices de vous avoir infliger un tel débordement), après lecture d’un article fulminant au sujet de ça : « … La victoire fulgurante de l’armée syrienne dans la Ghouta orientale a fait échouer un plan américano-israélien pour cette région. C’était dans le cadre de ce plan que des éléments *israéliens, jordaniens et otaniens s’étaient déployés dans la Ghouta, avec pour mission de lancer des opérations militaires sur plusieurs fronts contre Damas. … »

      Combien étaient-ils ces éléments israéliens, jordaniens et otaniens ? (« étaient », vous saurez pourquoi ?)

      « …Une fois qu’il s’est avéré que les groupes terroristes n’étaient pas capables de résister face aux attaques de l’armée syrienne et après la chute des districts d’al-Nachabia et d’al-Mohammadia pendant les premiers jours de l’opération de l’armée dans la Ghouta orientale, la cellule d’opérations des forces américaines dans la base d’al-Tanf située au triangle frontalier syro-irako-jordanien a ordonné à sa brigade de mercenaires d’arrêter toutes les opérations qui lui avaient été confiées ; et cette brigade comprend environ 1500 effectifs militaires américains, britanniques, français, jordaniens et israéliens déployés dans la Ghouta. L’ordre d’arrêter les opérations a été décrété depuis le siège du CENTCOM (commandement central des États-Unis) à Doha.
      Le CENTCOM américain a ensuite décrété le retrait de ces forces vers Arbeen, Zamlaka et Douma et puis leur évacuation de la Ghouta, ce qui s’est réalisé avant la réussite de l’armée syrienne et de ses alliés, consistant à partager la Ghouta en trois zones séparées. … »

      Et oui ! pas des dizaines, mais des centaines !

      « … Des rapports confirment également que le commandement américain a lancé des négociations confidentielles avec les parties impliquées dans les batailles pour évacuer ces forces dont le plan avait échoué. Une entente aurait alors été trouvée entre les forces américaines et les services de renseignement militaires turcs. Mais la Turquie souhaitait aider à l’évacuation de la brigade des forces étrangères et pas les éléments du Front al-Nosra, et leur transfert vers Idlib.
      Dans l’étape suivante, suite à l’effondrement rapide du camp des terroristes dans la Ghouta où l’armée syrienne faisait preuve de progrès fulgurants, le CENTCOM craignait que les éléments terroristes ne soient capturés par les forces syriennes et leurs alliés ; ce qui aurait pu rendre la donne encore plus compliquée pour les Américains. Dans un décret direct, les Américains ont donc ordonné aux groupes terroristes dont Faylaq al-Rahmane et Jaich al-Islam de permettre aux civils habitant la Ghouta de quitter la zone. Ils cherchaient par là à mêler à la foule les éléments de la brigade de mercenaires étrangers pour qu’ils puissent quitter la Ghouta avec les civils. C’est également ainsi que les services de renseignement turcs ont procédé à leur transfert vers al-Tanf et des zones particulières sous contrôle américain dans le nord syrien.
      De cette façon à partir du 15 mars, les groupes terroristes ont commencé à appliquer l’ordre et un groupe de 960 mercenaires étrangers a jusqu’ici quitté la Ghouta, pour être transféré ailleurs. … »

      Vous aurez compris qu’une grande partie de tout cela était prémédité, pas leur propre défaite bien entendu !

      D’où ma rage…

      Les parties impliquées avaient conclu que l’évacuation de la Ghouta orientale se fasse en l’espace de 72 heures, d’autant plus qu’un grand nombre de mercenaires s’étaient déjà rassemblés aux alentours de Douma et attendaient leur évacuation vers d’autres régions.
      Les parties impliquées avaient insisté à ce que l’armée syrienne et ses forces alliées poursuivent leurs opérations militaires dans le sud-ouest de la Ghouta et sur le front de Harasta, de sorte que le déroulement des opérations ne perturbe pas le processus d’évacuation des civils, mais aussi des mercenaires étrangers par le passage d’al-Wafidine.
      Et pour terminer, l’article ajoute qu’une fois que l’évacuation des mercenaires aura été terminée, l’armée syrienne poursuivra ses opérations jusqu’au nettoyage du dernier pouce de terrain dans la Ghouta de la présence des terroristes, prévu pour fin mars.

      *les israéliens ont le même statut que les étasuniens, c-à-d aucun ! ils sont là totalement arbitrairement en dehors de toutes légalités, soit nationales (la Syrie n’a jamais demandé leur présence) soit internationales. Les Israéliens se baladent tranquillement (pas exactement) sous faux passeports étasuniens ou canadiens, en Afghanistan, en Syrie et dans certaines régions irakiennes…

  2. traduction :
    Les États-Unis ont réussi à évacuer plus de dirigeants de Daesh en Syrie – State Media
    moyen-Orient 17:03 19.03.2018 (mis à jour 17:37 19.03.2018)
    Des sources civiles ont déclaré lundi aux médias syriens que trois hélicoptères américains avaient évacué des commandants présumés de Daesh (EI) du nord-est de la Syrie.

    S’exprimant à SANA, les sources ont indiqué que les hélicoptères militaires avaient atterri dans une zone située entre les villages d’al-Jissi et Kalu, à 2 km au sud du canton de Tal Hamis dans le district de Qamishli du gouvernorat d’al-Hasakah.

    De là, des militaires ont accompagné quatre personnes d’une maison censée contenir des dirigeants de Daesh * de nationalité irakienne aux hélicoptères, qui les ont ensuite évacués de la région vers une destination inconnue.
    Damas, Téhéran et les militaires russes ont accusé à maintes reprises l’armée américaine de transactions néfastes avec le groupe terroriste.

    Fin février, les médias syriens ont rapporté que des hélicoptères américains avaient transporté les commandants de Daesh et les membres de leurs familles à Sabah al-Khair, à environ 20 km au sud d’al-Hasakah, où les forces américaines ont été accusées d’établir une base d’entraînement terroriste.

    Plus tôt ce mois-ci, un haut commandant iranien a fourni au ministère iranien des Affaires étrangères ce qu’il a dit être la preuve de la collusion américaine avec les terroristes.

    L’année dernière, le ministère russe de la Défense a accusé la coalition dirigée par les Etats-Unis d’interagir avec les restes de Daech en Syrie et d’utiliser le camp de réfugiés d’Al-Hasakah comme zone d’entraînement militante pour la formation d’une nouvelle armée syrienne. composé de centaines de militants islamistes, pour continuer la lutte contre le gouvernement syrien.

    Un groupe terroriste interdit en Russie.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.