Archives mensuelles : avril 2018

Guerre au Levant: l’Armée syrienne se bat contre les envahisseurs à Deir Ezzor

Pour la première fois depuis le début de la guerre en Syrie le 15 mars 2011, les forces régulières syriennes ont commencé à avancer vers les territoires de la province orientale de Deir-Ezzor où des forces spéciales occidentales ont été déployées et lors d’une première confrontation, le front tenu par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une milice supplétive de l’OTAN, s’est effondré et les unités syriennes ont pu investir et prendre le contrôle de huit localités.

Des avions de combat US F-15 et l’artillerie américaine ont déversé un déluge de feu sur les troupes syriennes retranchées dans ces villages sans pouvoir pour autant les en déloger.  Au cours d’un de ces bombardements,  un avion de combat syrien, probablement un vieux Mig-23, a pénétré au dessus de la zone américaine, évoluant à une vitesse supersonique sans être abattu.

Après six heures de combat, les unités syriennes recevaient des renforts de milices supplétives iraniennes et irakiennes dotées de canons anti-aériens et de missiles Sol-Air portatifs, rendant impossible l’usage d’hélicoptères d’attaque Apache par les forces de l’OTAN. Pour pallier à cela des avions d’attaque au sol A-10 basés dans le Kurdistan irakien sont appelés à la rescousse mais les mauvaises conditions atmosphériques ont retardé leur décollage. Entretemps, les forces des FDS et le forces spéciales de l’OTAN furent de nouveau attaqués avec succès par les troupes syriennes.

Les frappes aériennes n’ont eu aucun effet dissuasif sur les soldats syriens qui ont continué leur progression vers les avant-postes des SDF qu’ils ont investi sous le feu des chasseurs-bombardiers US.

Pris de panique, les SDF et les forces de l’OTAN qui les encadrent ont reculé de plus de 45 kilomètres vers le Nord et il devenait pour eux évident qu’il fallait frapper “ces mercenaires russes forcenés” et les iraniens.

En représailles, les forces US, britanniques et israéliennes ont lancé hier diverses attaques aux missiles balistiques ciblant les dépôts d’armes et de munitions de l’Armée syrienne et de ses alliés à l’est de Hama et près de l’aéroport d’Alep.

C’est la première fois que les USA utilisent des missiles balistiques pouvant emporter des charges nucléaires en Syrie.

Selon Damas, les missiles balistiques ayant frappé des sites militaires près de Hama et Alep ont été lancés depuis des bases britanniques sises dans le Nord de la Jordanie.

 

 

 

 

 

Guerre au Levant: Les SDF soutenus par l’OTAN réclament une zone d’exclusion aérienne, retour au plan initial portant invasion de la Syrie par le Nord

On s’y attendait depuis quelque temps. Les milices SDF (les Forces “démocratiques Syriennes), forces supplétives de l’OTAN dans le Nord-Est de la Syrie, appellent à l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne au dessus des territoires où sont déployés des forces spéciales US, britanniques, canadiennes, françaises, israéliennes, hollandaises et des sociétés de mercenaires internationaux privés.

Cet appel intervient peu de temps après de violents combats avec l’Armée syrienne non loin de l’Euphrate, à l’issue desquels les milices SDF ont eu à subir la perte de plusieurs villages malgré la participation active des forces spéciales occidentales, et quelques heures avant une nouvelle attaque au missiles, imputée au principal protagoniste de la guerre au Levant, Israël, ayant visé des dépôts d’armes et de munitions de la 47ème brigade de l’Armée syrienne  à l’est de Hama, ainsi qu’un dépôt militaire près de l’aéroport d’Alep, utilisé par des forces pro-iraniennes. L’une des explosions fut si violente qu’elle provoqua une secousse tellurique de 2.6 sur l’échelle ouverte de Richter.

Le message explicite des pays ennemis de la Syrie est le suivant: le Nord-Est de la Syrie et la province d’Idleb sont sous la protection de l’OTAN et Israël. Toute nouvelle avancée des forces syriennes vers le Nord sera contré par la force.

De toute évidence, les israéliens pourront toujours arguer de la nécessité de stopper le déploiement et la montée en puissance des forces iraniennes en Syrie, un fait jugé totalement insupportable par Tel-Aviv.  Ces frappes sont aussi une réponse israélienne au déploiement de batteries S-300 en Syrie.

Dans les faits, les israéliens comme les saoudiens, sont très inquiétés par l’émergence d’une force supplétive pro-syrienne dénommée “les Fatimides”. Une force hybride formée par des combattants afghans, pakistanais, iraniens, irakiens et d’éléments d’Asie centrale. Les dépôts d’armes visés par l’attaque du 29 avril 2018 auraient été utilisés par cette force.

En filigrane, les pays ennemis de la Syrie, incapables d’innovation stratégique ou tactique, ont repris un ancien plan déjà appliqué en Libye et qui devait être ré-appliqué en Syrie dès l’année 2012: l’établissement d’une tête de pont à l’intérieur du territoire syrien sous une zone d’exclusion aérienne en vue de la mise sur pied d’une armée d’invasion. Le plan a subi de profondes modifications après la perte d’Alep et la nécessité d’éviter le Golan. C’est à partir de l’extrême Nord de la Syrie que se prépare une offensive contre les forces syriennes et éventuellement les bases russes en Syrie suivant un scénario similaire à l’invasion du Vietnam du Sud par le Vietnam du Nord en 1975.

L’OTAN n’aura pas à prendre le risque d’attaquer les bases russes en Syrie puisque les terroristes s’en chargeront lorsque la province d’Idleb fera jonction avec la partie Nord-Est de la Syrie où tous les terroristes appartenant à l’ensemble des factions, Daech et Front Enosra comprises,  de la Ghouta, du Qalamoun, de Homs, d’Alep et de Deraa sont en train d’être installés après leur évacuation des zones libérées par l’Armée syrienne.

 

Un Empire-Fiction basé sur une fiction- système

8

Le système capitaliste n’a pas de bord.

C’est une machine autophage qui se nourrit même de sa fiente. Il n’y a pas de déchet. Il se nourrit du mensonge, il se nourrit de la vérité. Il se nourrit de la vie, il se nourrit de la mort. Il se nourrit de la haine, il se nourrit de l’amour….
Il est intéressant de noter comment la fiction devient une véritable matière première dans le bloc où le soleil se meurt. Est-ce le nouvel or noir mais qui existe pourtant depuis que les hommes existent mais qui aujourd’hui peut être mis à profit pour créer et fournir du travail à toute une classe d’universitaires (bac +5, bac +8) et de gens de la culture, d’intellectuels ? Car il faut bien constater que la fiction : la Russie a influencé les élections dans l’Empire (autres fictions : Skripal, la Goutha, Alep, les ADM de Sadam Hussein…), il faut bien constater que depuis plus d’un an cette matière première est travaillée par des dizaines de personnes. Beaucoup de temps a été consacré à mener des recherches, produire des rapports, écrire des articles, les publier, les lire, les discuter…
Beaucoup d’argent et d’énergie sont et on été investis dans le travail de cette matière première afin de la faire changer de niveau : passer du niveau d’énergie mensonge au niveau d’énergie vérité. Mais malgré l’implication de l’élite la mieux formée de la Nation on a toujours pas trouvé la bonne formule pour la faire passer d’un niveau à l’autre. Ce qui signifie, entre autres, que d’un point de vue sociétal, cette fiction est une bonne fiction car elle permet à l’argent de circuler, aux intellectuels d’avoir un pécule et de la reconnaissance, bref d’exister.
C’est une belle et bonne fiction car elle est vraisemblable et résistante. Il existe donc des bonnes et des mauvaises fictions. L’affaire Skripal, les ADM de Sadam peuvent être qualifiées de fictions moins bonnes par rapport à la fiction la Russie à influencer les élections. Pourquoi ? Dans le cas de Skripal et des ADM si on ne peut pas trouver les traces, les preuves matérielles, la fiction passera pour ce qu’elle est : un mensonge et la poursuite des prétendus responsables, s’ils n’ont pas été punis ou exécutés avant toute administration de la preuve, s’estompera d’elle même. On arrêtera d’écrire et de parler sur.
Quant à la fiction la Russie a… aucune preuve matérielle ne pourra jamais être fournie, démontrant sa véracité ou sa fausseté définitivement. Cette fiction qui ne s’ancre pas dans la réalité n’a pas besoin d’elle pour continuer son chemin mais seulement du désir. On aurait pu dire n’importe quoi sur la Russie pourvu que cela apparaisse suffisamment vraisemblable où que les commanditaires aient suffisamment de ressources financières et médiatiques pour l’imposer comme telle. Cette fiction appartient au domaine circulaire du langage. A l’intérieur de ce cercle, elle peut, tant que le désir de le répéter existe, se répéter à l’infini tout comme le Marquis de Sade qui a écrit la plupart de ses œuvres en prison s’est répéter tout en se renouvelant. Cette fiction appartient totalement au domaine de la fiction au même titre qu’un roman ou de n’importe qu’elle œuvre littéraire. On attend pas d’un roman qu’il soit vrai ou faux, tout au plus , on attend qu’il soit vraisemblable.
tant qu’il existera donc le désir (politique ou autre) de travailler cette matière première : la Russie a influencé les élections de la nation indispensable, on continuera à rechercher et produire des histoires. A moins qu’on ne trouve, comme le pétrole a remplacé le charbon, une meilleure fiction.
Faut-il rechercher le créateur de la la fiction : la Russie a.. afin de lui décerner un prix pour le remercier du bien qu’il a fait à la Nation indispensable et donc à l’humanité toute entière ?

Someone

Inventeur du concept BSM (Bloc où le soleil se meurt)


Nota:

Texte remarquable, initialement apparu ici sous forme de commentaire de la part d’un des contributeurs du forum connu sous le pseudonyme anonyme de Someone, inventeur du concept du BSM (Bloc où le soleil se meurt)

Nous le reproduisons in extenso sous forme de billet ou de post. Le titre est de la rédaction.

Quelque part dans ce vaste territoire du bloc où le soleil se meurt. un observateur attentif du monde a réussi à percer l’épaisse carapace du mensonge permanent et total dans lequel nous vivons.

De ce fait, l’existence même de Strategika 51 n’a plus de raison objective d’être.

Que Someone en soit remercié.

8

Un groupes composé de très grosses fortunes US a financé une enquête privée secrète sur Donald Trump

Un groupe de richissimes “donneurs” basés à New York et en Californie, a financé une enquête privée sur une prétendue connexion entre Trump et la Russie.

Ce groupe aurait dépensé 50 millions de dollars pour débusquer l’interférence supposée du Kremlin dans l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, un thème majeur du parti démocrate US (et une bonne partie des républicains) et des factions de ce que l’on appelle l’État profond US.

Ce groupe est composé des dix  personnalités suivantes:

  1. Haim Saban, philanthrope à la tête d’un empire médiatique, proche de la puissante dynastie Clinton ;

1.jpg

  1. Michael Rubens Bloomberg, septième plus grosse fortune d’Amérique du Nord, fondateur et dirigeant de Bloomberg L.P

2

  1. Richard Charles Blum, banquier et président de Blum Capital. Son épouse Dianne Feinstein est membre du Sénat US (Dém.Californie)

3.jpg

  1. Hillary Clinton, ex-First Lady et ancienne Secrétaire d’État US sous l’administration Barack Obama. Candidate malheureuse à la dernière présidentielle US.

4

  1. Selwyn Donald Sussman, financier et philanthrope, fondateur des fonds Paloma et New China Investment Management.

5.jpg

  1. Tom Fahr Steyer, financier et manager de fonds spéculatifs.

6.jpg

  1. Georges Soros (Györgi Schwarz), grand magnat d’origine hongroise, investisseur, spéculateur de haut vol, activiste politique, auteur, théoricien, considéré comme l’un des investisseurs les plus avisés au monde.

7.jpg

  1. X (Steven Spielberg ? )

8

  1. X (Oprah Winfrey ? )

9.jpeg

  1. X. On évoque le propriétaire d’une grande multinationale high tech du complexe militaro-industriel sans arriver à l’identifier.

Bref, la guerre fait rage aux Etats-Unis.

 

 

Des éléments des forces spéciales de l’OTAN dans le nord-est de la Syrie “fichés” comme des délinquants de droit commun par les autorités syriennes

Tous les militaires US, britanniques, canadiens, français, allemands et néerlandais qui sont ou sont passés dans l’extême Nord-Est de la Syrie ont pénétré illégalement le territoire syrien à partir du Kurdistan irakien, ont été accueillis par des forces supplétives kurdes et arabes dont le PKK et les YPG, arborent le drapeau du Kurdistan irakien sur  leurs tenues de combat et assurent, pour la plupart, la formation de nouvelles forces supplétives.

Si les américains, les canadiens et les allemands ont été plus ou moins plutôt bien perçus, les britanniques et les français le sont beaucoup moins, y compris au sein des forces rebelles “amies” que ces deux pays financent et soutiennent. On évoque le conditionnement éducatif syrien, profondément anti-colonial, comme une des raisons poussant les jeunes combattants kurdes vers les forces US plutôt que vers les forces britanniques et françaises.

Ironie du sort, les forces spéciales françaises  ont pris position à Aïn Aissa, l’usine Lafarge de Harabisk, Sarrin, Al-Raqqa et non loin de Ain Al-Arab secondant les forces spéciales US à Minbej. Les sociétés Lafarge et Total sont totalement impliquées dans des opérations de soutien actif au terrorisme en Syrie.

A Damas, on assure que les services de renseignement des forces aériennes surveillent non seulement de près les éléments de ces forces étrangères mais qu’ils ont pu les identifier individuellement et les ficher comme des délinquants de droit commun grâce à l’appui d’éléments infiltrés qui leur servent de “guides” locaux.

 

Syria, Home of Love Amid Bombs… and Reality

Musings from Damascus today, Friday, April 27.

Reality on the ground vs western media reporting: Day vs night is an understatement.

“The Eighth Amendment (Amendment VIII) of the United States Constitution prohibits the federal government from imposing excessive bail, excessive fines, or cruel and unusual punishments.”

But obviously this doesn’t apply to our foreign policy of wars, sanctions, subversion etc., because what the US has been about in Syria is truly cruel and unusual punishment.

It’s breathtaking, how immediately upon entering Syria the entirety of the narrative of the country and conflict breaks down. From the first soldiers at the first border checkpoints saying, “You are most welcome in Syria”, to the numerous casual acquaintances offering tea or coffee, to the deeply personal, intellectual and philosophical discussions, being here is to be, not in an alternate reality, but reality itself.

The contortions and distortions of this reality required to create such an utterly false narrative to support this latest disastrous regime change war are staggering, and would be crushing if not for the inspiration of the resilient and pragmatic Syrian people themselves.

As I’ve explained before, Syrians do not exist in a vacuum. They have full access to the internet and western media. Many traveled extensively before the war and have lived and studied abroad. Many have dual passports, US, Canada, European etc.

Their passionate dedication to education and study had resulted in a near 100% literacy rate before the war. The children rescued from US and allies’ sponsored terrorist groups in eastern Ghouta are already back in school – a privilege denied them by the “freedom fighters”. Even there, in eastern Ghouta and at great personal risk for disobedience to the medieval harsh sharia imposed by the “moderate” terrorists, some ladies were holding school underground and in homes.

Chemical weapons attacks by the government? Don’t make me laugh…well most here do just laugh actually…and it would (and should) be the world’s biggest joke if the stakes weren’t so deadly high.

What you have in Syria is one of the world’s oldest, deepest, and most diverse civilizations. You have a country that before the US and allies decided to rip it apart using terrorists and mercenaries was stable, secular, empowering of women, growing in democratic structures and economic success. Thankfully now most people still live under government control where those values are protected.

Are there problems here? Of course. The Middle East has regional and global pressures that are staggering. It has been the “game board” of empires’ armies since empires first appeared. The rich natural resources – gas and oil now, the life blood of the world’s economy – are a blessing and a curse.

The creation of the zionist entity called “Israel” whose leaders decades before 1948 and ever since have made no secret of their ambitions to expand and take over first all of Palestine then most of the region has added immeasurably to the suffering and complexity of this beautiful region and its wonderful people.

The western powers’ support and pandering to the depraved and insane Saud family in Arabia (whose main exports are not just oil but their violent, completely intolerant, Wahhabi ideology), has led directly to the creation and expansion of terrorist groups including ISIS, al Qaeda, the Taliban, Boko Haram etc that have undermined safety and secularism throughout the region and world. In fact, Britain was using terrorist proxies in the early 1900s here and the US has armed, trained, and funded terrorists since at least the 1980s.

What a nightmare. What a mess. Not a civil war – never has been. Not an organic popular uprising against a “regime” – never has been.

But the cruel and unusual punishment of a sovereign, independent nation state that wanted mutually respectful and beneficial relations with the west but refused to be a puppet for western greed and ambitions – greed and ambitions and wars that have destroyed several countries now. Period.

Greetings from Damascus, Syria. Home of love amid bombs … and reality.

Janice Kortkamp

Source: https://www.facebook.com/janice.kortkamp/posts/2045528252438432

https://www.syriaresources.com/
www.youtube.com/channel/UCTWw7o6lq9KT2xzmvJt79_g/feed

Kim Jong-Un parle de réunification, la propagande occidentale évoque la dénucléarisation

Décidément, Kim Jong-Un aura tenu tous ses paris. Il a voulu achevé une force nucléaire d’État. Il a atteint cet objectif contre vents et marées. Il a juré de fouler comme son grand-père le sol de la Corée du Sud. C’est désormais chose faite. Et même plus :  il a invité son homologue sur le territoire de la Corée du Nord. 

Le leader nord-coréen parle ouvertement de la fin de la guerre de Corée, d’une nouvelle ère de paix et de la réunification de la péninsule coréenne tandis que les appareils de la propagande occidentale demeurent dans l’obsession de la dénucléarisation. Une thématique que Kim ne peut concevoir sans le retrait inconditionnel des forces US de Corée du Sud et du Japon ainsi que le retrait des armes nucléaires stationnés en secret dans les territoires de ces deux pays. 

Plus étrange, certains “experts” de la Corée du Nord pensent que l’ouverture subite de Kim Jong-Un est liée avec les pressions et les sanctions internationales. Après 65 ans de guerre et 26 ans de blocus, Pyongyang n’a rien cédé. C’est Kim Jong-Un qui mène la dance comme il veut. 

Le ridicule enfin, l’OTAN, cette organisation militaire d’une époque éculée et qui ne sert plus à rien sinon à bombarder des pays sans défense, a osé se féliciter du rapprochement inter-coréen. Kim Jong-Un a du bien se marrer.

“Quand le sage désigne la lune, l’imbécile regarde le doigt…”

     

Le premier système S-300 syrien opérationnel 

La défense anti-aérienne syrienne a procédé aux premiers essais de missiles Sol-Air du système S-300 en utilisant plus de 24 drones-cibles dans une simulation d’une attaque aérienne. 

Le premier régiment doté du système S-300 vient d’être déployé non loin du Golan syrien. Ce qui complique au plus haut point tout nouveau raid israélien en Syrie. 

Au total, 36 batteries S-300 seront déployées en Syrie avant la fin de l’année.

L’Armée syrienne est en train de renforcer son système défense aérien après la victoire historique du 14 avril 2018 face à une aggression illégale et illégitime aux missiles menée par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni, qui a tourné au fiasco total.     

 

Photos du jour: Kim Jong-Un et Mike Pompeo 

wp-1524783344748.jpg

Tels deux lutteurs se jaugeant avec un calme olympien, Kim Jong-Un, dirigeant de la Corée du Nord, échange une poignée de main martiale avec Mike Pompeo, Directeur de la CIA et actuellement Secrétaire d’État US.

Les yeux dans les yeux, Pompeo est contrit, les muscles bandés et le regard en légère perspective de suspiscion, une attitude militaire ;  Kim est à la fois concentré et relâché, comme un adepte du Taï Chi, s’adaptant comme l’eau mais près à la transformation. Une attitude d’un adepte des arts martiaux asiatiques.

Au delà des deux hommes et des puissances qu’ils représentent, deux philosophies radicalement différentes et non convergentes se font face :  la philosophie de l’action (Pompeo), de la création du potentiel et du réel, face à la philosophie de l’opportunité, de l’inaction et l’exploitation du potentiel.

Les médias dominants n’ont eu de cesse de dénigrer Kim Jong-Un en le présentant comme un dément paranoïaque vivant en hermite.

La photographie de la rencontre secrète entre les deux hommes, survenue lors des vacances de Pâques, est sans appel :  Kim Jong-Un y apparaît comme un redoutable joueur d’échecs rationnel sachant déceler le moment le plus opportun pour manoeuvrer et par dessus tout jauger du potentiel d’une situation.


Niger Air Base 201 à Agadez, la seconde plus grande base de drones armés US en Afrique

Les États-Unis accélèrent l’expansion d’un nouveau “front” au Sahel en établissant une base de drones armés General Atomics MQ-9 Reaper près de la localité d’Agadez, dans le Nord du Niger.

Reaper.jpg

La base, dénommée Niger Air Base 201, est située à la lisière du Sahel et du Sahara, entre les limites méridionales des pays d’Afrique du Nord et les pays du Sahel.

C’est la seconde plus grande base de drones armés après celle de Djibouti sur le continent africain.

Le choix d’utiliser des drones armés intervient après un grave incident en octobre 2017 au cours duquel des éléments des forces spéciales US ont été tués en opération dans une embuscade meurtrière.

92.jpg

Niger Air Base 201 sera une base permanente qui acceuillera un nombre croissant de personnels militaires et de drones armés.

Agadez.jpg

Mosquée d’Agadez

Le General Atomics MQ-9 Reaper block 5 est l’un des drones chasseurs tueurs les plus avancés dans l’arsenal US. Équipé d’un turbopropulseur de 950 cv et pouvant emporter des missiles Air-Sol AGM-114 Hellfire, des bombes guidées au Laser GBU-12 Paveway II, ainsi que des JDAM (Joint Direct Attack ), le MQ-9 peut atteindre une altitude de 15 000 mètres et une portée opérationnelle de plus de 1850 kilomètres, couvrant en théorie l’intégralité du territoire libyen, l’ensemble du Tchad, le Mali, le Burkina Faso, le Nigeria, une partie de la Mauritanie, le Golfe de Guinée, une partie du Sahara algérien (jusqu’aux  gisements d’hydrocarbures de Hassi Messaoud) et le sud de la Tunisie.

Si les opérations militaires incluant ces drones armés ne posent aucun problème en Libye ou dans les pays du Sahel, il en va tout autrement pour l’Algérie, pays qui refuse absolument l’ouverture de son espace aérien pour ce genre d’opérations en dépit de multiples pressions occidentales. Au point où certains cercles influents US s’interrogent ” Why we can’t just drone Algeria

Fait rarissime, l’Algérie a autorisé à des aéronefs de guerre français de survoler son territoire, contre une opinion publique résolument contre et enragée par une telle décision, lors de la guerre du Mali.

Indubitablement, la construction de cette base US près d’Agadez marque l’influence croissante des États-Unis dans ce qui était le pré-carré français, notamment après l’échec total des opérations françaises au Sahel dont le résultat a abouti certes à la sauvegarde de l’existence des États malien, nigérien et burkinabé mais la perte d’une partie non négligeable de vastes territoires au profit d’acteurs non-étatiques plus puissants que jamais.

Il semble également admis une fois pour toutes que le Sahel et la Libye sont le nouveau Afghanistan, un foyer chronique d’instabilité délibérément entretenu par des puissances tierces pour y intervenir militairement dans un cadre stratégique plus vaste incluant entre autres objectifs la lutte contre l’influence chinoise en Afrique mais également la mise au pas de cette région et son remodelage.

90.jpg

91.jpg

78.JPG

74.JPG

76.JPG

77.JPG

83

Crédit photos USAF

En savoir plus:  New York Times: https://www.nytimes.com/2018/04/22/us/politics/drone-base-niger.html

 

Les données chinoises révèlent d’étranges incohérences dans le déroulement de l’agression tripartite contre la Syrie–Des missiles n’auraient jamais été tirés

878798

Les analystes militaires chinois sont perplexes. L’exploitation des images fournis par leurs satellites-espion au dessus du Levant et de la Méditerranée orientale leur a donné du tournis.

Première constatation assez surprenante, les bâtiments de surface de la marine française supposés avoir pris part à l’attaque tripartite de la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril n’auraient lancé aucun missile de croisière. Les trois frégates multimissions “Aquitaine”, “Auvergne” et “Languedoc”, traqués au mètre près par les satellites chinois et russes, apparaissent n’avoir tiré aucun projectile lors de la fenêtre de tir spécifique de l’opération.

Cela a laissé incrédules nombre d’analystes chinois, mais l’analyse des signaux électroniques et un échange limité de données avec la Russie a confirmé les premières déductions.

La marine de guerre française n’a tiré aucun missile sur la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril 2018.

Politique délibérée? Brouillage russe? Panne informatique des systèmes de contrôle et de commandement?

Dans un premier temps, Paris a annoncé que tous les missiles MBDA Scalp EG auraient atteint leurs objectifs puis des sources militaires anonymes ont commencé à répandre l’information selon laquelle seuls trois missiles sur douze auraient été lancés suite à une série de dysfonctionnements. Il s’avère maintenant que nous n’en savons rien.

Plus surprenant est le comportement des aéronefs de combat britanniques Tornado GR-4. Les trajectoires suivies par les appareils britanniques sont totalement incompréhensibles au regard de l’objectif supposé de la mission consistant à approcher l’espace aérien syrien pour y lancer dans des conditions optimales des missiles MBDA Storm Shadow. Selon les données chinoises, les pilotes britanniques n’ont pas lésiné sur les moyens pour faire échouer leur mission.

Enfin, les tirs de BGM-109 Tomahawk US à partir de navires de guerre en Méditerranée orientale ou en mer rouge ont connu quelques anomalies et pas des moindres: certains missiles se sont abattus avant d’atteindre l’espace aérien syrien et d’autres, ayant pénétré cet espace, semblaient suivre des trajectoires aléatoires avant de disparaître.

Les analystes chinois ne confirment pas le tir de 103, 105, 110 ou 120 missiles tirés mais estiment que le nombre de missiles devant être lancés devait dépasser les 200 unités.

Bref, on a connu la drôle de guerre en 1940. Maintenant on assiste à de drôles d’attaques où l’on ne sait même pas si les missiles ont été tirés ou non. Décidément, les dessous de cette affaire sont loin d’être connus.

 

 

 

« Entrées précédentes