Analysis

Israël prouve encore une fois que cette entité est le principal protagoniste de la guerre au Levant, un fait que les médias passent sous silence ou nient

En attaquant avec des missiles de croisière lancés par des avions de combat la base militaire syrienne de T4 sise dans le gouvernorat de Homs (centre de la Syrie) et non pas dans la périphérie de Damas, Israël vient encore une fois de prouver-s’il en est besoin, qu’il est le seul et unique protagoniste de la guerre en Syrie en particulier et des guerres dans l’ensemble du Levant et du Moyen-Orient élargi. 

Le reste des pays impliqués ne fait que suivre l’obsession israélienne d’anéantir tout pays ou puissance susceptible de menacer la supposée hégémonie strategique israélienne au Levant ou de poser une menace éventuelle aux plans d’expansion et de subversion sionistes comme ce fut le cas de l’Irak. 

Le ciblage de la base T4 à Homs en dit long sur le degré d’implication des israéliens dans le déclenchement et la conduite de la guerre hybride en Syrie à l’aide de hordes salafistes et les Frères musulmans, deux sectes créés par les renseignements britanniques et exploités par les services israéliens à des fins de déstabilisation politique et de noyautage de l’islam en vue de sa destruction comme ce fut le cas avec le catholicisme et du protestantisme. 

L’attaque contre la base T4 a exploité une campagne mediatique hostile et ennuyeuse contre la Syrie et ses alliés russe et iranien après la defaite des supplétifs terroristes d’Israël à la Ghouta Orientale mais a été contrée par la Syrie :  huit missiles ennemis interceptés et détruits en plein vol. 

Israël est le seul « État artificiel » au monde dont la politique officielle est de propager le terrorisme et le chaos à des fins d’hégémonie sans être inquiété par la communauté internationale. 

Publicités

Catégories :Analysis

13 réponses »

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.