Analysis

Une mutinerie avortée à Ryad

Une force militaire multinationale privée au service du prince héritier du Royaume d’Arabie Saoudite, soutenue par des forces spéciales US, est parvenue à mettre fin, assez promptement, à un début de mutinerie au sein des forces armées, menée par la Garde Nationale saoudienne. Des drones piégés-  on en évoque une demi-douzaine- ont été abattus par la garde personelle du prince Mohamed Ben Salman.

Selon une autre thèse, les cousins de Mohamed Ben Salman, le puissant prince héritier du Royaume, ont tenté de s’opposer par les armes aux projets  de privatisation du géant pétrolier ARAMCO, l’introduction de nouvelles réformes sociétales, la poursuite de la chasse aux sorcières visant les grands dignitaires du royaume et la poursuite d’une guerre onéreuse au Yémen voisin.

Les forces armées saoudiennes sont démoralisées par la tournure des évènements au Yémen et malgré l’appui de sociétés mercenaires privées et de la logistique de l’OTAN ainsi que le soutien militaires de pays alliés, la Garde Nationale saoudienne continue de subir le harcèlement des guérillas Houthis et des missiles balistiques yéménites.

La force d’élite superbement armée du prince, formée principalement d’ex-soldats d’élite US, britanniques, australiens, sud-africains, pakistanais, jordaniens, soudanais, marocains, kozovars et népalais,  est parvenue à rétablir l’ordre en un temps record.

Officiellement, la garde royale aurait ouvert le feu suite au survol du palais royal par un drone civil.  Cependant, l’intensité du feu et surtout sa durée démentent de façon catégorique cette version.

Ryad mène une coalition arabe au Yémen et s’apprête à former un OTAN pan-islamique avec la Turquie pour renverser le régime politique en Syrie, qu’il considère comme un allié de l’Iran « perse », perçu comme un ennemi juré et mortel. D’où le rapprochement stratégique spectaculaire avec Israël.

 

 

Publicités

Catégories :Analysis

17 réponses »

    • traduction :
      Le Quotidien: Arab Intel annonce que le prince héritier saoudien est probablement tué
      TEHERAN (FNA) – Le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman est probablement mort après une tentative d’assassinat sur sa vie le mois dernier, a rapporté un quotidien en langue persane qui revendique des informations du service de sécurité d’un Etat arabe.

      Selon le journal en langue persane, Keyhan, un rapport de service secret envoyé aux hauts responsables d’un état arabe non identifié a révélé que bin Salman avait été touché par deux balles lors de l’attaque du 21 avril sur son palais, ajoutant qu’il pourrait bien être mort comme il n’a jamais paru dans le public depuis.

      Des tirs nourris ont été entendus près du palais du roi saoudien à Riyad, en Arabie Saoudite, le 21 avril, tandis que le roi Salman a été emmené dans un bunker américain sur une base aérienne de la ville.

      Un nombre croissant de vidéos ont fait surface sur les médias à l’époque, montrant qu’un tir nourri a éclaté autour du palais du roi Salman bin Abdulaziz Al Saud dans la capitale, Riyad.

      Les rapports ont indiqué que le roi et son fils, le prince héritier Mohammed bin Salman, ont été évacués vers un bunker sur une base aérienne dans la ville qui est sous la protection des troupes américaines.

      Alors que les responsables saoudiens et les médias étaient silencieux sur l’incident, il y avait des rapports contradictoires sur l’incident. Les témoins et les résidents des quartiers proches du palais ont déclaré qu’un coup d’État était en cours, ajoutant que les soldats attaquant le palais étaient guidés par des images et des informations qu’ils recevaient d’un drone volant au-dessus du palais.

      Les membres de l’opposition saoudienne ont affirmé qu ‘ »un officier supérieur de la force terrestre a mené un raid sur le palais pour tuer le roi et le prince héritier ».

      Des vidéos ont également montré qu’un nombre croissant de véhicules blindés étaient déployés autour du palais. La «garde spéciale de Bin Salman» a ensuite pris en charge la sécurité dans la capitale. Le ciel de Riyad était alors fermé à tous les vols civils et militaires alors que des hélicoptères militaires de la «garde spéciale de Bin Salman» survolaient le palais.

      Bin Salman était un homme qui a presque toujours comparu devant les médias, mais son absence de 27 jours depuis les tirs à Riyad a soulevé des questions sur sa santé.

      L’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a connu une série de changements politiques radicaux au cours de l’année écoulée lorsque Mohammed bin Salman a évincé son cousin comme prince héritier et emprisonné des princes bien connus dans une épuration anti-corruption.

      De plus, bin Salman supervise les réformes sociales et économiques qui ont été censurées par plusieurs clercs wahhabites puissants.

      L’Arabie saoudite est également mêlée à un long conflit dans son voisin du sud, le Yémen, qualifié par les Nations unies de pire crise humanitaire au monde.

      Notamment, bin Salman n’a fait aucune apparition dans les médias lors de la visite, le 28 avril, du nouveau secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo à Riyad, son premier voyage à l’étranger en tant que diplomate américain.

      Pendant son séjour à Riyad, les médias saoudiens ont publié des images des rencontres de Pompéo avec le roi Salman et le ministre des Affaires étrangères Adel al-Jubeir.

      C’est alors que les médias d’Etat publiaient des images des réunions tenues à Riyad entre bin Salman et l’ancien secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson.

      Quelques jours après l’incident du 21 avril, les médias saoudiens ont publié des images et des images de bin Salman rencontrant plusieurs responsables saoudiens et étrangers. Mais la date des réunions n’a pas pu être vérifiée, donc la sortie des vidéos pourrait viser à dissiper les rumeurs sur les conditions de bin Salman.

      Il n’est pas clair si la disparition de bin Salman est due à des raisons telles que se sentir menacé ou être blessé dans l’incident.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.