Analysis

Le président Abbas affirme qu’il n’y a jamais eu d’antisémitisme mais que les juifs européens ont suscité l’hostilité à leur égard par leur pratique de l’usure et la spéculation

Le vieux président de l’Autorité palestinienne a énoncé une vérité élémentaire devant des centaines de délégués du parlement palestinien à Ramallah en rappelant que la pratique effrénée de l’usure, des prêts sur gage, le chantage et la spéculation par les juifs était la cause principale des pogroms en Europe et en Eurasie et non pas un quelconque sentiment antisémite inexistant au sein des populations européennes.

Mahmoud Abbas a également souligné qu’il n’était pas normal qu’une population donnée fasse l’objet d’un pogrom ou un massacre tous les 10 ou 15 ans à travers l’histoire en rappelant les nombreux pogroms survenus en Russie Tsariste à partir de 1868 ou encore ceux, très nombreux,  qui ont eu lieu en France et en Angleterre au Moyen-Âge.

Devant le parlement palestinien de Ramallah, Abbas s’est interrogé: « Pourquoi est-ce arrivé? » avant de donner la réponse habituelle des juifs « Parce que nous sommes juifs! », « Faux! » s’exclame le vieux routier de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) habituellement prudent avant de rendre un verdict:  » c’est parce qu’ils (les juifs) pratiquent l’usure et les prêts à taux exagérés…Ils érigent la spéculation fictive en économie et là où ils passent le coût des commodités et de la vie connaît une hausse exponentielle et folle ».

Abbas fera remarquer que malgré ses travers, les juifs n’ont jamais été persécutés dans les pays arabes et/ou musulmans du fait d’une certaine flexibilité ou fatalité dans l’acceptation des coups du sort et de la pauvreté.

Par contre en Europe, les populations finissaient par être excédées et passaient à l’action en persecutant ces banquiers aux agissements criminels. Enfin il concluera que l’Etat d’Israël est un facteur de troubles et de guerres depuis son implantation au Moyen-Orient et qu’il en serait de même si cette entité fut implanté au coeur de l’Europe ou en Amérique du Nord… »Ils ne peuvent pas rester en paix! »

Les agences de presse internationales se sont bien avisées de rapporter les propos exacts du président Abbas en évoquant la fonction sociale des juifs dans le domaine bancaire.

Ces déclarations anodines et existant dans tous les livres d’histoire ont fait réagir l’inamovible premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, qui se croit un chef de guerre messianique. Ce dernier a qualifié Mahmoud Abbas de « négationniste » et a publiquement appelé à sa disparition « Il est temps qu’il disparaisse! »

« De la façon la plus grossière, il prétend que les juifs d’Europe ont été persécutés et massacrés non pas parce qu’ils étaient juifs, mais parce qu’ils pratiquaient le prêt à intérêt », a affirmé M. Netanyahu, appelant « la communauté internationale à condamner cet antisémitisme ». En d’autres termes Netayahou s’insurge contre l’idée que l’antisémitisme per se n’existe pas mais que les gens à des époques différentes se sont élevés contre la tyrannie de ce que l’on appelle aujourd’hui les « banksters » (un mélange de banquier cherchant le profit malhonnête et de gangster).

Condamner une vérité au nom du mensonge n’est pas moral. Mais il est fort à parier que les 300 personalités de pacotille qui viennent de signer une pétition contre le nouvel antisémitisme vont devoir se mobiliser contre l’ancien sans honte aucune.

Autre réaction, celle de l’ambassadeur US en Israël, David Friedman un israélien aux convictions sionistes bien tranchées, qui a affirmé que « M. Abbas était tombé plus bas que jamais »

Le ministre de la sécurité intérieure israélienne, Guilad Erdan, celui-là même qui a décrété que le fait de tirer à balles réelles contre des enfants n’enfreint en aucun cas le droit international a comparé le vieux Mahmoud Abbas, usé jusqu’à la moelle à Joseph Goebbels, ministre de l’information du temps de l’Allemagne Nationale-Socialiste (1933-1945).

Mais au fait, que risque le vieux Abbas? Pas grand chose. Entre les quatre dents qu’il a sauvé de plus de 50 ans de luttes, son âge avancé et l’état fort délabré des composantes de la résistance palestinienne. Il ne peut que dire des bribes de vérité que le système financier mondial basé essentiellement sur la spéculation et l’usure ne peut en aucun cas admettre.

 

Publicités

Catégories :Analysis

42 réponses »

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.