Des start-ups ayant investi dans le  créneau très lucratif de collecte d’ADN humain sous le couvert d’une fausse quête généalogique mais en réalité pour des recherches dont le but n’a jamais été divulgué,  commencent à se plaindre du piratage de leurs données. C’est le cas de la société israélienne MyHeritage,Continue Reading/Continuer à lire

Publicités