Analysis

Une guerre entre l’Ukraine et la Russie est hautement improbable mais sa survenue sera fatale pour l’Europe

En cas de conflit militaire ouvert entre la Fédération de Russie et l’Ukraine, le conflit risque d’être bref-un Blitzkrieg-, très violent et au détriment total de Kiev.

Les responsables ukrainiens qui appellent à lancer une offensive terrestre contre la Russie sont soit inconscients ou suicidaires.

Le régime en place à Kiev place en priorité la récupération de la Crimee mais ne dispose pas des moyens militaires ou logistiques pour le faire en usant de la force brute.

Les dirigeants ukrainiens soutenus par l’OTAN ont une perception erronée de la situation stratégique. Toute action contre la Russie entraînera systematiquement la disparition du régime ukrainien et son remplacement sous le regard de l’OTAN. L’Alliance connaît les lignes rouges historiques de Moscou.

Au cas où l’OTAN décide d’intervenir “ouvertement” aux côtés du régime de Kiev, l’ensemble de l’Europe, des confins du Caucase à l’océan atlantique sera embrasée. 

Advertisements

Catégories :Analysis

23 réponses »

  1. jusqu’à quel point la Chine est elle près a soutenir la Russie ?
    je dirai tant que cela ne prive pas le PCC de la croissance dont il a besoin pour contrôler le peuple chinois !
    le pire scénario serait que la chine joue cavalier seul espérant que d’ici là le système de Ponzi des USA se soient effondré !

  2. Les occidentaux sont effectivement en train d’en faire voir de toutes les couleurs au Russes par là déculottée qu’ils ont une énième fois subit .
    Leurs plans ont étés très contrarié en Syrie en Irak et ailleurs.
    Les israéliens n’ont pas appréciés que leurs avions , sont dorénavant cloués au sol à causes des batteries S-300 .
    Ce qui laisse clairement à pensé que les provocations du régime l’Ukrainiens de Kiev contre la Russie , n’est pas en lien avec l’objectif d’un nouveau mandat électorale du président ukrainien Petro Porochenko.
    L’Ukraine est un pion sur l’échiquier mondial permettant à l’oligarchie de faire pression sur le seuil de la maison russe.
    Mais les risques d’un coup de sang russe n’est vraiment pas à négliger.
    Comme ont le dit souvent la goutte d’eau peut faire débordée le vase.
    Et boum badaboum boum boum.
    Sincèrement il y a péril en la demeure Europe et surtout au moyenne orient.
    Si la Russie se trouve asphyxié économiquement par la faute des mêmes morpions qui lui cherche des poux depuis déjà un bail.
    Sauve qui peut.

  3. Poutine s’est pourtant défendu de toute velléité guerrière. Vladimir Poutine a affirmé ce jeudi que tout agresseur voulant frapper la Russie avec des armes atomiques sera « détruit ».

    « L’agresseur doit comprendre que le châtiment est inévitable (…). Et nous, en tant que victimes d’une agression, en tant que martyrs, nous irons au Paradis. Eux, ils crèveront tout simplement, ils n’auront même pas eu le temps de se repentir », a lancé le président russe au cours d’une conférence du club Valdaï organisée à Sotchi (sud-ouest).

    Si une guerre nucléaire se produit, la Russie ne « peut pas être l’initiatrice d’une telle catastrophe car nous n’avons pas de concept de frappe préventive », a nuancé Vladimir Poutine. « Dans une telle situation, nous attendons d’être frappés par des armes nucléaires, mais nous ne les utiliserons pas » en premier, a-t-il précisé.

    […]

    En mars dernier, il avait également vanté dans un discours devant le Parlement russe les nouvelles armes « invincibles » mises au point par son pays, faisant craindre une nouvelle course aux armements avec les États-Unis.
    Source: 20 minutes

  4. Poutine s’est pourtant défendu de toute velléité guerrière. Vladimir Poutine a affirmé ce jeudi que tout agresseur voulant frapper la Russie avec des armes atomiques sera « détruit ».

    « L’agresseur doit comprendre que le châtiment est inévitable (…). Et nous, en tant que victimes d’une agression, en tant que martyrs, nous irons au Paradis. Eux, ils crèveront tout simplement, ils n’auront même pas eu le temps de se repentir », a lancé le président russe au cours d’une conférence du club Valdaï organisée à Sotchi (sud-ouest).

    Si une guerre nucléaire se produit, la Russie ne « peut pas être l’initiatrice d’une telle catastrophe car nous n’avons pas de concept de frappe préventive », a nuancé Vladimir Poutine. « Dans une telle situation, nous attendons d’être frappés par des armes nucléaires, mais nous ne les utiliserons pas » en premier, a-t-il précisé.

    […]

    En mars dernier, il avait également vanté dans un discours devant le Parlement russe les nouvelles armes « invincibles » mises au point par son pays, faisant craindre une nouvelle course aux armements avec les États-Unis.
    Source: 20 minutes

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.