Stats

  • 6 163 176 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
22/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Syrie: un début de retrait « Flash »!

La situation évolue vite en Syrie septentrionale où il est constaté depuis 48 heures des mouvements inhabituels vers la Turquie.

Un convoi de véhicules escorté par des hélicoptères a évacué les personnels civils et assimilés déployés auprès des forces US et kurdes à Hassaka et à Afrin.

Cette évacuation éclair a coïncidé avec un début de manifestations des proches et des familles des « tués » et des victimes de la guerre appartenant aux Forces Démocratiques Syriennes (Hêzên Sûrya Demokratîk), une alliance de forces kurdes, arabes, syriaques et turkmènes soutenues par Washington et ses alliés de l’OTAN, protestant avec véhémence contre le retrait des forces de Marines US, qualifié de trahison et en réclamant des indemnités pour les familles des combattants ou des visas de séjour aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni.

Les manifestants kurdes s’en sont pris aux infrastructures qu’ils ont saccagé et pillé.

Aucun observateur ne s’attendait à un retrait aussi rapide des personnels du Département d’Etat et de la kyrielle d’agences plus ou moins liées à la pléthorique communité du renseignement américain.

C’est probablement l’un des retraits les plus rapides de l’histoire.

Pour le moment et jusqu’à l’écriture de ces lignes, les militaires US basés à Al-Tanf sont toujours sur place. Par contre des camps clandestins dotés de pistes d’atterrissage ad-hoc le long de l’Euphrate sont en train d’être évacués via un ballet incessant d’hélicoptères de transport de troupes à quelques dizaines de kilomètres des positions de milices pro-iraniennes, non loin de la frontière irakienne.

Officiellement un peu plus de 4000 militaires US sont déployés en Syrie. Le sort du matériel et des équipements lourds demeure incertain. Lors du retrait US d’Irak, les forces armées américaines avaient du abandonner des centaines de tonnes de matériel militaire sur place.

Les forces spéciales US continueront leurs missions secrètes au Nord, à l’Est et au Sud de la Syrie mais l’US Air force n’interviendra plus. Le programme des drones d’attaque est géré la CIA et échappe donc au non-interventionnisme.

Les militaires des pays de l’OTAN déployés en Syrie et avant tout auprès des forces kurdes indépendantistes – certains se présentent comme de simples volontaires ayant rejoint le combat des kurdes contre Daech, la belle et intenable couverture!, s’inquiètent au plus haut point de l’exécution express de la décision de l’administration Trump à évacuer les lieux. D’autant plus que celui-ci s’annonce en mode Flash.

Les autorités de Damas observent avec satisfaction cette évolution tout en menant une féroce campagne informationnelle contre la Turquie. Un ordre du commandement militaire syrien instruit l’Armée Arabe de Syrie de réoccuper les sites militaires US abandonnés.

Damas a également réitéré sa détermination à recouvrer l’ensemble de son territoire dans ses frontières reconnues internationalement et à ne pas accepter une éventuelle indépendance kurde. La question de l’enclave rebelle d’Idleb dans le nord fera l’objet d’un traitement militaire mené conjointement avec les alliés russe et iranien en cas d’expansionnisme déguisé ou d’agression militaire.

La question du Golan demeure prioritaire.

Enfin une note transmise par les services du ministère syrien de l’Intérieur à l’ensemble des unités militaires et paramilitaires déployées au Nord les instruit à intercepter et à arrêter toute personne étrangère entrant illégalement en Syrie depuis le gouvernorat rebelle d’Idleb.





%d blogueurs aiment cette page :