Stats

  • 6 167 060 Hits
360TotalSecurity WW
Paradox [CPS] WW
Paradox [CPS] WW
24/09/2020

Strategika 51

 Πάντα ῥεῖ…

Essouflement des gilets jaunes ou transformation des formes de lutte ?

Contrairememt aux cris de victoire des médias de la pensée dominante en France, le mouvement des gilets jaunes ne s’est pas essoufflé mais est en train de se transformer.

Les personnes qui croyaient vivre dans un État relativement « libre » ont découvert le véritable visage du régime politique en vigueur en France  :  une sorte de dictature fermée à peine déguisée sous un régime présidentiel à caste oligarchique évoluant en milieu clos.

La plupart des gens ne croient plus qu’un dialogue ou à un quelconque référendum populaire puisse changer la nature du régime en France et c’est là que réside le danger.

Dans le moyen terme, le mouvement des gilets jaunes a enclenché un mécanisme susceptible d’aboutir à une forme de désobéissance civile dans un premier temps, sinon une guérilla ou une forme de  rébellion armée.

La nature réelle du régime politique français étant criminelle, le pouvoir d’État, incapable de restaurer l’ordre via ses services de propagande et ses bras syndicaux et associatifs, pourrait déclarer n’importe quel mouvement similaire à celui initié par les gilets jaunes comme une organisation terroriste et donc mobiliser la force armée et l’ensemble des moyens de répression pour neutraliser toute contestation même légitime.

Pour l’instant le système est en mode panique. Il n’y a plus de gardes-fou et les populations sont de plus en plus apathiques aux messages et au matraquage de la propagande officielle. Pire, les syndicats et les associations sont démasqués comme étant de simples outils de contrôle socio-politique, servant de soupapes au service du pouvoir d’État.
L’essoufflement des gilets jaunes ne doit en aucun cas être considéré comme une bonne nouvelle pour les tenants de l’ordre. C’est un signe funeste annonciateur de graves troubles sociopolitiques à venir.

Le système peut sacrifier le fusible Macron ou l’un des membres du gouvernement si la situation empire. Cela ne changera rien au mouvement de fond initié en France.

On a oublié que l’État ne tient que grâce à la confiance de ses administrés. On y croit. Cette foi se manifeste par des représentations mentales et un sentiment d’appartenance et d’identification à une entité morale semi-fictionnelle. Une fois cette confiance minée, il ne reste que la dissuasion coercitive. Comme toute dissuasion, celle-ci se base avant tout non sur la puissance des armes mais sur des facteurs psychologiques impressionnant la psyché collective. Elle ne fonctionne que parce que les personnes et la collectivité y croit et a intérêt à sauvegarder l’ordre établi.
Une fois la confiance détruite, la dissuasion entre en action. Plus elle sévit sur la collectivité et plus elle engendre du ressentiment. Si a ce ressentiment j’ajoute un vif sentiment d’injustice, c’est la révolte ou la révolution.

Il en est ainsi depuis l’aube de l’humanité et ce, en dépit du développement des techniques de contrôle socio-politique et psychologique des masses.

Il aurait mieux fallu laisser les gilets jaunes s’exprimer. Or, le pouvoir a choisi de le réprimer et l’étouffer symboliquement.

Ce cas de figure rappelle ce qui s’est passé en Algérie entre 1940 et 1958.  L’autisme du pouvoir d’État vis à vis de simples revendications égalitaires et économiques a causé l’une des guerres d’indépendance les plus meurtrières , les plus sanglantes et les plus violentes du 20ème siècle.

Un tel scénario s’est produit dans ce qui était trois départements français.

Le même scénario existe aujourd’hui.

C’est pour cela que la joie des médias système s’apparente à la proposition naïve de Marie-Antoinette à la veille de la Révolution de 1789…La suite ne fut pas l’un des moments les plus beaux de l’histoire de France.

L’histoire ne pardonne rien. 

    

 

%d blogueurs aiment cette page :