Analysis

Paris rapatrie ses mercenaires du Nord de la Syrie

Sous couvert de rapatrier quelques 134 combattants français “capturés” par les forces kurdes soutenues par les Américains (en fait par ces derniers) dans l’extrême Nord de la Syrie, Paris s’apprête à rapatrier plus 2280 de ses mercenaires partis guerroyer pour le grand Djihad Otanien contre le “méchant Bashar Al-Assad”.

Ces combattants français d’obédience islamiste radicale sont tous issus des banlieues des grandes villes de France et ont tous été recrutés par des intermédiaires et des indicateurs des services de renseignements français pour les envoyer en Syrie.

Une fois en Syrie qu’ils pénètrent à partir de Turquie avec la bienveillance des autorités turques, ils rejoignent soit Daech ou Al-Nosra et reçoivent des subsides de la part de mystérieuses organisations “caritatives”.

Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues directement par les Américains en ont capturé des dizaines lors d’accrochages avec Daech dans l’extrême nord de la Syrie, non sans parfois subir de lourdes pertes.

Il semble que les disputes entre mercenaires français et kurdes portaient sur des idéologies irréconciliables et incompatibles (Salafisme islamiste vs. Extrême gauche populiste et ethnique) mais surtout le butin et les très généreuses subventions accordées par les États soutenant le terrorisme en Syrie. 

Ces combattants français étaient fort encombrants et parmi les plus violents aux côtés de combattants venus du Caucase. 

Les “djihadistes” français capturés étaient parqués provisoirement près de Hassaka et à Rumaila avec leurs femmes et enfants dans des facilités gérées par Washington, mais le départ des Marines US de Syrie a pris de court Paris.

Si les forces spéciales et les agents de liaison sont en train de quitter le bateau dans la plus grande discrétion, ce n’est pas le cas pour les mercenaires “islamistes” vu leur nombre et l’absence de couverture. L’État se contentera de les désigner aux yeux de l’opinion comme des “djihadistes prisonniers”. Histoire de faire passer la pilule.   

Pour Castaner, ces combattants “vont vouloir revenir en France” et “tous ceux qui rentreront en France seront judiciarisés et confiés aux juges. Lorsque le juge estimera qu’il faudra les mettre en prison“…C’est assez clair :  quelques mesures cosmétiques pour enfumer les français et ces gars là seront en fait libres. Prêts à l’emploi en cas de besoin. En France cette fois-ci et si possible contre un éventuel ennemi intérieur tel que le mouvement des gilets jaunes. Du coup plus besoin d’utiliser le LBD-40.

Un attentat par ci, un autre par là et le tour est joué. La scène sera verrouillée.

Jouer avec le feu comporte toujours un risque.

L’envoi de centaines d’individus dans le cadre d’operations clandestines gérées via proxy pour ne pas remonter la source en manipulant ces individus sur la base de leur convictions religieuses et/ou idéologiques pour atteindre des objectifs géostratégiques à l’étranger s’est toujours avéré dangereux, peu productifs et surtout aléatoire et risqué. A fortiori après l’echec de toutes les tentatives visant à abattre le régime syrien.

Or, tenter de gérer des individus revenus de zones de combat et s’étant habitués à l’argent facile ne sera certainement pas aisé une fois en France. Beaucoup d’entre-eux se sentiront “trahis” par leurs mentors et pourront se radicaliser encore plus et même passer à l’acte.

Voilà où a mené la politique étrangère d’un gouvernement aux abois.

L’utilisation d’individus radicalisés comporte toujours un retour de boomerang.

Dans quelques années, on saura un peu plus sur la politique étrangère française criminelle dans la guerre en Syrie et son impact sur les événements qui ont eu lieu sur le territoire français, notamment les attaques sous faux drapeau montées de toutes pièces pour maintenir l’opinion française dans la peur permanente afin de mieux la manipuler et la contrôler.

En bref, un scandale de plus que les médias bien pensant vont couvrir avec des formules à l’arrache-pièce relevant de thématiques surannées n’ayant rien à voir avec la réalité.

Parfois, la réalité dépasse de loin la fiction narrative des médias de la propagande officielle au point de transparaître au grand jour.

Ce qu’il faut retenir est que des terroristes français vont être rapatriés après l’échec patent de leur mission en Syrie, laquelle était de semer le chaos et faciliter un effondrement ou un changement de régime dans ce pays.

Tout le reste n’est que de la pure propagande mensongère. 

 

Publicités

Catégories :Analysis

38 réponses »

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.