Nous avons vu juste quand la plupart des médias prenaient la vague du buzz et reprenaient sans aucune réflexion l’information relative au retrait militaire US du Nord de la Syrie.

Nous étions parmi les quelques observateurs à souligner que ce « retrait » ne peut être q’un redéploiement rapide en Irak où les États-Unis disposent d’une trentaine de bases militaires.

Ce redéploiement vise évidemment à surveiller l’Iran et la Syrie. Deux pays alliés séparés par un Irak où sont positionnés des avions et des forces US.

C’est le syndrome de l’échiquier.

Baghdad a tenté de se dédouaner, très mal. Le gouvernement irakien, l’un des plus corrompus sur la planète terre, a repris comme un perroquet la vieille antienne de la lutte contre Daech sans trop y croire.

Les forces US en Irak y sont dans le cadre d’une stratégie globale, la grande stratégie et non pas pour lutter contre un épiphénomène local créé et dont les conditions de vie sont sous contrôle.

Les dirigeants Proche et Moyen-Orientaux semblent toujours avoir un sérieux problème d’idéologie et un goût prononcé pour les faux-semblants.

Le gouvernement irakien ainsi que l’autorité du Kurdistan sont basés exclusivement sur la corruption à grande échelle.

Maintenant que le schéma [Leaving Syria, Staying in Iraq to Watch Iran] est publiquement reconnu, il faut réapprendre à appréhender la grande image selon la bonne perspective.

  

 

Publicités

3 commentaires


  1. On peu voir la situation à l’envers. La stratégie US n’a pas de vision autre qu’un vieux concept hégémonique colonial qui lentement s’érode. Le redéploiement en Irak était une évidence, mais comme étant un pure réflexe reptilien dans l’état où sont les US, tout comme ils s’accrochent en Afghanistan officiellement pour les même raison ( « surveiller Moscou, l’Iran, la Chine et on ne sait quoi … » ), alors que manifestement ils perdent et même méchamment. Ça ressemble foutrement à la chaîne de postes isolés français de de Lattre en Indo : « les plus cons dans le béton », et on a vu la suite.
    Patience messeigneurs, la stratégie est un long fleuve tranquille qui finit par engloutir les petits enfants égarés qui ne la comprennent pas, simple question de temps.
    Ce serait plutôt à mon sens une guerre d’usure, en attendant que l’autre, la nouvelle guerre – économique celle-là – produise les effets bénéfiques qu’on attendait de l’action militaire. Auquel cas, le positionnement en Irak n’est qu’un pion dans un dispositif global et non régional, et qui a le mérite d’enrichir les cimentiers et d’occuper djihad’jo.

  2. Chers Vous,

    « Les dirigeants Proche et Moyen-Orientaux semblent toujours avoir un sérieux problème d’idéologie et un goût prononcé pour les faux-semblants.

    Le gouvernement irakien ainsi que l’autorité du Kurdistan sont basés exclusivement sur la corruption à grande échelle. »

    Faudrait bien balayer devant sa porte surtout!

    Le grand pré-requis en stratégie militaire, sur un théâtre d’opération mais également sur le territoire national, est la supériorité aérienne. Depuis quelques temps, il semble que cette donnée commence à poser problème.

    Sur théâtre d’opération, les derniers fauteurs de trouble se cachent dans l’ombre radar de vols commerciaux ou militaires afin de ne pas se faire purement et simplement dégommer. Bien qu’il semble qu’il y ait eu de l’hydrazine dans l’air syrien près de Palmyre…
    Les tirs massifs de missiles de croisière sont interceptés au grand étonnement des petites mains « défenseurs des droits humains ».

    Je rappelle aussi les survols en « rase motte » de bâtiments us et français ultra équipés en détections et protégés, laissant leurs équipages bien perplexes à tout le moins.

    Ceci pour vous faire comprendre que la maîtrise de l’air est l’enjeu primordiale et que celui qui l’a oblige l’autre à revoir ses positions.

    Appelez cela comme vous voudrez redéploiement, retrait, manœuvre de déception, lorsque le dôme de protection des uns explose, le dôme des autres se déploie.

    Sans oublier que, les avions, batteries DCA, ne servent à rien contre des armes hypersoniques, suivant le camp dans lequel on se trouve bien entendu…

    Comme d’habitude l’avenir nous permettra de compléter le catalogue déjà très fourni des mensonges du « monde libre » 😉

    Bien à Vous et aux Vôtres,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.