Analysis

New Israeli Attacks and Missile Factory in Tartus (South Front)

Publicités

Catégories :Analysis

4 réponses »

  1. Si vous vous permettez un avis , les armes tel-que TOW ou l autre franco Allemand Milan remis par les occidentaux aux bons terroristes selon la version des services occidentaux doivent avoir une puce de traçage personne n est dupe l armée Irakienne on a eu l amer expérience du temps de sadam avec ses avions mirage ,ceci dit la résistance théoriquement devrait le savoir autrement ils ramèneraient le loup dans la bergerie .

  2. traduction :
    Rapport sur la guerre en Syrie – 11-13 février 2019: Nouvelles frappes israéliennes et «fabrique de missiles secrets» à Tartous

    Tard le 11 février, les forces israéliennes ont attaqué des positions de l’armée arabe syrienne (SAA) dans la province de Quneitra, près des hauteurs du Golan, selon des sources locales. Des obus et des missiles auraient touché au moins 8 bâtiments et positions, dont l’hôpital de la ville de Quneitra et un poste d’observation près du mont al-Shaab.

    Plus tard, les médias israéliens ont affirmé que les Forces de défense israéliennes (FDI) avaient frappé les positions du Hezbollah libanais. Les FDI n’ont publié aucun commentaire officiel sur l’incident.

    L’attaque fait suite à une série de reportages dans les médias affirmant que le mouvement libanais était en train d’acheter des armes et du matériel américains et britanniques d’anciens membres de l’Armée syrienne libre (FSA). Celles-ci incluaient des missiles à guidage antichar TOW de fabrication américaine et des systèmes de surveillance thermique fabriqués au Royaume-Uni. Les militants auraient caché ces armes, ignorant les termes et les conditions de l’accord de réconciliation avec le gouvernement de Damas.

    Orient TV, basée aux Emirats arabes unis, a émis l’hypothèse que les prétendus accords illégaux entre les anciens membres de la FSA et le Hezbollah étaient soutenus par la Direction du renseignement de l’armée de l’air syrienne et par la 4ème Division du SAA.

    Jusqu’à présent, aucune source diffusant ces rapports n’a été en mesure de fournir des preuves pour confirmer ses affirmations. De plus, des sources pro-gouvernementales nient que le Hezbollah dispose de postes permanents à proximité des hauteurs du Golan.

    Les accords Hezbollah-FSA ne sont pas la seule rumeur répandue par les médias israéliens et pro-israéliens. Le 7 février, Channel 12 a affirmé que la Syrie, l’Iran et le Hezbollah travaillaient conjointement pour établir une usine de fabrication de missiles secrète dans la ville de Safita, dans la province de Tartus, donc quelque part à proximité de la zone où se trouvent les installations navales russes.

    La chaîne israélienne a déclaré qu’une organisation dénommée «Anas Group» avait été créée pour faciliter le travail de l’usine en achetant des matériaux d’Italie, de Chine et d’autres États asiatiques. L’usine serait présumée dirigée par Jamal Said, qui serait une figure bien connue dans le domaine de la production de missiles au Moyen-Orient, selon la chaîne.

    L’usine de missiles serait supposée participer à la transformation des missiles du Hezbollah en munitions à guidage de précision, qui peuvent frapper des positions à l’intérieur d’Israël avec une grande précision.

    Les experts syriens affirment que ces informations reposent à peine sur de véritables informations et que leur objectif principal est de justifier les actions militaires israéliennes dans ce pays déchiré par la guerre.

    Après l’incident Il-20 et la livraison de la S-300 à l’armée syrienne, Israël avait suspendu temporairement ses frappes contre ce pays déchiré par la guerre. Cependant, en janvier-février 2019, la situation s’est encore aggravée.

    Compte tenu des récents développements, l’armée israélienne est sur le point d’élargir ses opérations jusqu’à ce qu’elle soit confrontée à une réponse douloureuse à ses actions. Très probablement, ce sera le premier cas d’utilisation de la S-300 par l’armée syrienne. En fonction du résultat de cette action, le conflit pourrait se développer dans différentes directions – d’une escalade supplémentaire à une nouvelle période de calme temporaire dans les actions israéliennes.

    Pendant ce temps, la coalition dirigée par les États-Unis et les Forces démocratiques syriennes ont poursuivi leurs opérations contre l’Etat islamique dans la vallée de l’Euphrate. Des sources locales ont rapporté des centaines de frappes aériennes de la coalition dans la région au cours des derniers jours. Si la situation évolue dans le même sens, la poche détenue par ISIS sera éliminée dans quelques jours. Auparavant, le succès de cette avancée avait été qualifié de condition préalable au véritable retrait des forces américaines de la Syrie.

Leave a Comment/Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.