Archives mensuelles : mars 2019

Les experts russes dépêchés au Venezuela confirment l’usage par les États-Unis d’armes électromagnétiques pour saboter le réseau électrique

122

Des experts russes ont inspecté le réseau national électrique du Venezuela, lequel subit depuis des semaines des pannes géantes à répétition malgré les dispositifs d’appoint, et ont conclu à l’usage par les États-Unis de bombes électromagnétiques de nouvelle génération contre le Venezuela.

L’usage des armes électromagnétiques et d’actes de sabotage physique menés par des commandos infiltrés au Venezuela pour abattre le réseau énergétique a été rapporté la première fois en exclusivité mondiale par Strategika51.

Aucun média n’a voulu reprendre cette information capitale à cause de la sacro-sainte règle des sources et références (une entrave artificielle mise en place dans le monde universitaire pour bloquer tout accès à la vérité) jusqu’à ce que les militaires russes la confirment en y allant sur place.

Notre article à ce sujet était pourtant assez pertinent et utilisait des informations de première main fournies par des personnes anonymes occupant une position élevée dans la hiérarchie d’une des entités impliquées dans le suivi de ce nouveau type de guerre.

Enfin, loin d’être complotistes, nos articles visent, en abordant certains aspects occultés du semblant de réalité dans laquelle on croit vivre, à éveiller les esprits et non à les orienter. La guerre électromagnétique est une réalité et elle vise aussi bien des États que des individus.

Les vecteurs de cette guerre invisible ont beaucoup évolué ces dernières années.

La faiblesse de l’OTAN en Afghanistan a permis la résurgence des guerriers Mongols

L’incapacité de l’OTAN à s’adapter et à engager les Talibans au sol sans un soutien aérien massif a amené l’Alliance Atlantique à faire appel à des sous-traitants, privés mais également étatiques pour assurer la sécurité de ses bases militaires en Afghanistan.

Ces “auxiliaires” modernes viennent d’un pays aux traditions guerrières anciennes et prestigieuses : la Mongolie.

Influencée par la tradition militaire soviétique et russe, l’Armée Mongole fut entraînée et équipée par l’Allemagne pour mener à bien sa mission de protection en Afghanistan où les Talibans ont réussi à tenir en échec l’ensemble des contingents de l’OTAN.

Armés de fusils d’assaut G-36 et maniant l’illustre mitrailleuse MG-3 dont les origines remontent à la seconde guerre mondiale (MG-42), les soldats Mongols se distinguent très vite par leur esprit de combat, leur sens tactique en terrain ouvert et une extrême mobilité. Leur capacité de résistance au froid et à la douleur physique sont extraordinaires et fait notable, ils ne se plaignent jamais. Leurs instructeurs Allemands en Afghanistan ont observé chez eux un sens inné de l’occupation optimale de l’espace même sans aucune formation préalable. Ils sont très vifs, doués d’un sens de l’observation fort développé, intelligents et très rapides. Ils savent aussi économiser leurs munitions et ne provoquent jamais les Talibans. 

Contrairement aux soldats de l’OTAN, tenus dans une très piètre estime par la majorité des Afghans,  les Talibans  respectent les soldats Mongols et ne les attaquent pas. 

En réalité, les Talibans Afghans savent reconnaître le caractère guerrier qu’ils retrouvent chez les Mongols. Ces derniers comprennent mieux les Talibans et leurs codes d’honneur militaire. 

Le recours à l’Armée Mongole oubliée par l’OTAN pour assurer la sécurité de ses bases militaire est en train de ressusciter des guerriers mongols que l’on croyait disparus. 

L’histoire est pleine de surprises. Comme au temps du déclin de l’Empire Romain et sa dépendance de plus en plus grande sur des auxiliaires germaniques, la dépendance de l’OTAN sur les nouveaux guerriers Mongols risque de créer un jour un futur Genghis Khan qui emportera ce qui restera de l’Europe, ce petit bout de l’Asie…

Affaire de l’assaut contre l’ambassade de la Corée du Nord à Madrid : un fiasco de barbouzes qui tourne au burlesque…

L’attaque de l’ambassade de Corée du Nord à Madrid par un groupe de mercenaires issus du crime organisé s’est avérée être un acte irréfléchi, inutile, puéril et peu professionnel.

Les commanditaires de cette opération croyaient à tort que les représentations diplomatiques nord-coréennes renfermaient des secrets ou des documents confidentiels. Une similitude de forme ne correspond pas toujours à une similitude de structure : les disques durs volés et les quelques clés USB emportés par gang prebendé ne contenaient que des en-têtes officielles, les Armoiries de la Corée du Nord, des modèles de courrier, des notes verbales de routine et des télégrammes diplomatiques au contenu non chiffré (des messages de félicitations pour la plupart ! ). Autant dire rien qui puisse être exploité !

Le chef de gang est parti au Mexique et s’est vanté de vouloir vendre de fabuleux secrets ! Probablement les plans du futur pas de lancement de fusées Nord-coréennes vers Vénus conçu et élaboré en contemplant la porte du soleil à Madrid… ! Une véritable foutaise.

Le gang n’a donc aucune revendication politique. Ce sont des chasseurs de primes qui s’offrent au plus offrant en général et qui ont été recrutés par un chef de poste zélé d’une agence de la communauté du renseignement nord-américain en poste à Madrid pour prendre d’assaut la représentation diplomatique de Pyongyang dans la capitale espagnole. Pourquoi ? Parce que cet agent zélé et fort ambitieux a cru que ce lieu occupé précédemment par l’un des hommes forts du régime nord-coréen devait nécessairement détenir des secrets hautement sensibles.

On n’est pas loin de la bêtise la plus …

Qu’a cela ne tienne, l’opération tourna au fiasco, voire au burlesque et une obscure agence de communication européenne fut chargée de présenter l’assaut contre l’ambassade de Corée du Nord en Espagne comme l’oeuvre d’un mouvement anti-coréen sans prendre beaucoup de précautions.

On y apprend du reste que les diplomates nord-coréens en poste ne disposent d’aucune arme à l’intérieur de leur représentations diplomatiques. Ce qui n’est pas du tout le cas des représentations diplomatiques occidentales à travers le monde.

Classement actuel de fréquentation des sites d’information indépendants

Pour les non initiés, «ALEXA» est LE site de référence qui réalise un classement de fréquentation pour les 25 premiers millions de tous les sites du web mondial, appelé «traffic rank».

J’en ai extrait quelques classements qui concernent une vingtaine de sites français. Ces extraits concernent des sites de médias mainstream et des sites d’information indépendants qui se proclament eux mêmes, sites de ré-information. Ils vous seront donnés, après l’analyse que j’en tire dans un tableau à 3 colonnes:
1ère colonne: classement parmi les sites web français de toute nature (y compris commerciaux)
2ème colonne: classement parmi tous les sites web mondiaux
3ème colonne: progression ou régression sur trois mois dans le classement mondial

L’analyse des résultats conduit à 10 observations principales :
5 Observations générales :

1 – Le site d’Alexa est un site anglo-saxon. Comme pour les agences de notation économiques, on ne peut s’empêcher de nourrir un léger doute sur la fiabilité et l’objectivité des résultats et sur certains aspects de la méthodologie employée pour «classer».

2 – Dans la fréquentation d’un site d’information, il y a les habitués qui apprécient ce qu’ils y trouvent, mais il y a aussi les adversaires acharnés qui cherchent «la faute» ou le «mot de trop» pour les dénoncer et initier, le cas échéant, des poursuites judiciaires aux fins d’obtenir la fermeture d’un site gênant. Il y a les inévitables trolls subventionnés pour déconsidérer les auteurs et le site par leurs commentaires souvent violents et parfois débiles. Le taux de fréquentation d’un site ne signifie donc pas nécessairement le taux d’adhésion à la «ligne éditoriale du site».

3 – Peut être grâce aux gros moyens financiers et aux subventions gouvernementales dont ils disposent, les médias mainstream restent en tête du classement français. Parce qu’ils travaillent «en meute» sur certains sujets, leur influence reste encore prédominante, notamment auprès des gens pressés, gros consommateurs de «prêt à penser», qui avalent, sans vraiment réfléchir,
l’information «mainstream» et surtout les commentaires associés délivrés par des experts soigneusement sélectionnés pour être «politiquement corrects». L’autocensure et la réserve lorsqu’il s’agit de la critique de l’action gouvernementale sont souvent de mise dans ces médias mainstream.

Une subvention d’état doit se mériter……

C’est peut être pour cette raison que la quasi totalité des sites de médias mainstream reculent dans le classement mondial, alors que d’autres se maintiennent tout juste. Cette perte d’audience pourrait-elle s’expliquer par la perte de crédibilité mise en évidence par de nombreux sondages ?

4 – Aux mains d’une dizaine de milliardaires qui se connaissent bien, la presse mainstream française ne rapporte pas «directement» de l’argent à ses propriétaires malgré les subventions étatiques. En revanche, par son pouvoir d’influence, notamment lors des élections, cette presse mainstream achète le soutien de certains élus et oriente l’action de l’état dans un sens favorables aux autres «affaires» de ces même milliardaires. Ceux ci y gagnent donc «indirectement» beaucoup d’argent.

5 – La totalité des principaux «sites d’information indépendants» où sites de ré-information» progressent de manière significative et parfois spectaculaire dans le classement mondial. Ces performances sont d’autant plus méritoires que ces sites français ne disposent que de maigres moyens financiers et que leur fonctionnement reposent beaucoup sur le bénévolat. Il est aussi d’autant plus méritoire que ces sites sont harcelés en permanence par le pouvoir exécutif et législatif d’une part, et par les médias mainstream d’autre part qui les qualifient régulièrement de fachosphère, de complotistes, d’anti-sémites et les accusent de ne diffuser que des «fake news».

Ces accusations n’ont pas l’air de décourager tous les internautes puisque ceux ci sont toujours plus nombreux à fréquenter ces sites, écoeurés qu’ils sont de percevoir les manipulations et les désinformations dont ils sont les objets de la part des médias mainstream sur certains sujets sensibles de politique intérieure (périodes électorales, Gilets Jaunes….) ou de politique étrangère
(Syrie, Venezuela, Ukraine, Iran, Russie, Chine ….etc )
5 Observations particulières:

6 – Dans l’échantillon retenu (qui n’est pas exhaustif), les places des médias russes RT et Sputnik qui ont déjà dépassé le site Libération.fr continuent de s’améliorer malgré les virulentes attaques de l’exécutif et des médias mainstream nationaux et européens. Au rythme où vont les choses, la fréquentation des 2 sites russes pourrait bientôt dépasser celle de Nouvelobs.com, de ouest-france.fr voire de bfmtv.com, qui reculent inexorablement. Cherchez donc à qui la faute et surtout évitez de dire que les Français préfèrent les présumées «fake news» des médias russes aux vraies «news» des médias mainstream français. Qui a gagné et qui a perdu en crédibilité ? La faute à qui ?

7 – Dans l’échantillon retenu (qui n’est pas exhaustif) la remontée la plus spectaculaire est celle du site «Stop Mensonge»: 13 673 places gagnées dans le classement mondial en trois mois. Cette percée d’un site portant un tel nom est très révélatrice de l’affaissement de la crédibilité des médias mainstream et de l’aspiration des internautes à connaître une «autre vérité» que celle qui nous est assénée quotidiennement par BFMTV.

8 – Le site UPR.fr, 1er site de parti politique français mais aussi site d’information indépendant, gagne 7441 places au classement mondial. C’est un résultat spectaculaire pour un site de parti dont le chef est superbement ignoré par les médias mainstream mais dont le nombre d’adhérents (35 300) a plus que triplé en deux ans et continue de progresser très vite. Notons, pour mémoire, que ce parti prône le FREXIT, la sortie de l’Euro et de l’OTAN.

9 – La troisième hausse dans l’ordre d’importance de l’échantillon étudié est celle de Breizh Info, média indépendant traitant de l’actualité bretonne et internationale. Il gagne 4 636 places dans le classement mondial, suivi de près par les sites «Réseau International» et «les crise.fr» qui gagne respectivement 4 332 et 4 293 places.

10- Enfin, il convient de noter les excellentes performances des sites «Médiapart» et «Égalité et Réconciliation» qui occupent les deux premières places des médias d’information indépendants.
Pour ce dernier, la performance est d’autant plus remarquable qu’il se maintient à ce niveau depuis plusieurs années et continue de progresser au niveau mondial malgré les attaques incessantes et coordonnées menées par «les meutes» exécutives, législatives et judiciaires agissant sous l’influence d’un lobby bien connu, qualifiée de «puissante et nocive» par François Mitterrand.
*

La conclusion est simple. Elle se déduit des tendances lourdes observées dans le tableau ci-après. Les médias mainstream sont en perte de vitesse du fait d’un déficit de crédibilité incontestable. Les médias alternatifs montent en puissance et détournent un nombre croissant de lecteurs, d’auditeurs et de téléspectateurs du «prêt à penser» mainstream.

Le combat sera de plus en plus féroce. Les politiques qui souhaitent garder un minimum de contrôle sur cette information multiplieront et durciront probablement les lois visant à limiter la liberté d’expression. Lois anti-fake news, anti-BDS, antisionisme = antisémitisme……etc …etc…

Ils seront aidés par les médias mainstream dont l’intérêt majeur est d’éliminer un maximum de concurrents. Ces derniers s’érigeront toujours plus en «magistère de la vérité» comme ils le font déjà avec des sites bidons de type «Décodex» du Monde qui couvrent, en attaquant les autres, les «fake news» diffusées par leur maison mère (couveuses du Koweït, Timisoara, Ukraine, Libye..etc)
Il n’est pas certains que ces «prohibitions» obtiennent plus de succès que «La Prohibition» de vente d’alcool aux USA entre 1920 et 1933. Le peuple français, de nature rebelle, pourrait bien contourner ces mesures, voire finir par se révolter…

Dominique Delawarde

Source : http://www.wikistrike.com/2019/03/classement-actuel-de-frequentation-des-sites-d-information-independants.html

Turquie : Erdogan affirme que son pays subit une attaque visant le démantèlement de son système monétaire

La lire turque continue de s’effondrer tandis que le président turc, Tayep Reçep Erdogan, affirme que la Turquie sortira victorieuse de la guerre financière qu’on lui impose.

Erdogan n’a pas révélé les pays ou les entités qui oeuvrent à détruire le système monétaire turc et à anéantir l’économie de ce pays hautement stratégique, l’un des membres les plus importants de l’OTAN. Bien que depuis un an, Ankara est soupçonné de vouloir saboter l’Alliance et lui faire mordre la poussière en Syrie.

Le Maroc a participé aux frappes de la coalition internationale en Syrie et en Irak

Le Maroc qui a gelé sa participation dans les opérations de la coalition Arabe dirigée par Ryad au Yémen, a participé aux frappes de la coalition internationale en Irak et en Syrie orientale.

C’est ce que une note de la Defense Security Cooperation Agency mentionne d’ailleurs pour justifier la vente par les États-Unis de 25 avions de combat F-16 V au Royaume du Maroc.

Reste à savoir combien d’autres pays non membres de l’OTAN, ont participé ou participent encore aux frappes aériennes en Syrie ou en Irak sous le fallacieux prétexte de “Daech”

Moscou-Hmeimim-Caracas ou comment la Russie étend le réseaux de ses bases à l’étranger à son corps défendant

Les deux avions russes ayant débarqué une centaine de militaires russes et 35 tonnes de matériel à Caracas, provenaient de la base militaire Basel Al-Assad de Hmeimim en Syrie où ils étaient en transit.

Les militaires russes auraient emporté de Syrie vers le Venezuela un nouveau type de radar très spécial qu’ils veulent tester dans les Caraïbes.

Moscou compte installer une base au Venezuela semblable à celle de Hmeimim en Syrie.

Le triomphe du JF-17

Ce sont des chasseurs JF-17 block 3 “Thunder” pakistanais qui ont abattu un nombre indéterminé de Mig-21 “Bison” indien lors du dernier duel aérien au dessus du Cachemire.

Ce chasseur léger polyvalent fabriqué conjointement par la Chine et le Pakistan a démontré de remarquables capacités au combat aérien.

Officiellement, l’Inde n’a reconnu la perte que d’un seul Mig-21 Bis tout en affirmant avoir abattu un F-16 pakistanais. En réalité le nombre de Mig-21Bis indiens abattus lors d’une véritable nasse aérienne tendue dans le ciel dépasse la dizaine.

Il y a eu des mesures d’apaisement entre les deux puissances nucléaires d’Asie du Sud mais l’envoi par l’Inde d’un sous-marin d’attaque nucléaire près du littoral pakistanais et le test d’un missile anti-satellite (ASAT) relance la course des armements orbitaux.

Le raid israélo-US sur Alep vise l’usure des alliés de Damas

Israël a célébré à sa façon la reconnaissance par le président Donald Trump de ses prétentions sur le plateau occupé du Golan syrien en lançant une attaque aérienne combinée sur la province d’Alep (Nord de la Syrie).

En réalité, les israéliens n’étaient pas seuls sur ce coup. Ils ont été devancés par les Américains. Le raid d’hier sur Alep était israélo-US.

Les objectifs visés sont l’aéroport civil d’Alep, un dépôt de munitions, un centre d’écoutes, une station météorologique, un dépôt désaffecté et quelques immeubles.

Le dépôt de munitions fut touché par les missiles israéliens, de même que le centre d’écoutes et un radar.

Le commandement militaire syrien a affirmé que la défense aérienne syrienne a réussi à intercepter un certain nombre de missiles ennemis sans autres précision. Un autre communiqué militaire syrien laisse entendre que les systèmes de défense Sol-Air assurant la protection de Damas sont entrés en action pour contrer l’agression.

Aucun missile Sol-Air S-300 n’a été utilisé par Damas pour contrer les aéronefs et les missiles adverses.

Ce raid ne change rien à l’évolution de la guerre en Syrie mais revêt une symbolique : il n’y a plus de ligne rouge ni de droit international. Les cibles visées à Alep sont situées à un battement d’aile de bombardier de la base russe de Hmeimim et si Israël va encore une fois évoquer la menace iranienne (fourniture de missiles et d’armes de précision) pour justifier les frappes, personne n’est dupe sur son rôle crucial dans le prolongement forcé d’un conflit long de plus de huit ans afin de discréditer les armes syriennes et par dessus tout celle de ses alliés russe et iranien.

Retour de la piraterie en Méditerranée

La réapparition de la piraterie en Méditerranée est l’une des conséquences directes de la guerre en Libye.

Loin des satisfecits ridicules de l’Alliance Atlantique et du mutisme de la plupart des médias dominants, passant sous silence le véritable déluge de migrants illégaux se déversant sur les côtes méridionales de l’Europe, un navire pétrolier battant pavillon de Palau et appartenant à un armateur turc se dirigeant vers la Libye a porté secours à 108 “migrants” en difficulté en mer méditerranée.

Les turcs sont parmi ceux qui sont le plus activement impliqués dans le marché noir très florissant du pétrole libyen et ils prennent souvent des risques énormes en pénétrant les eaux territoriales et en acostant dans les terminaux pétroliers de la Libye.

Les 108 migrants secourus en mer par l’équipage du pétrolier se sont révoltés et usé de contrainte physique contre l’équipage en apprenant que le navire, qui a changé de cap vers le nord pour les déposer sur l’île de Malte, allait reprendre et continuer sa route initiale. C’est-à-dire accoster en Libye.

Ce fut l’émeute à bord. L’équipage, formés de soudards anatoliens et ukrainiens, n’a pu contenir un noyau dur de meneurs plus excité que les autres. Ce sont les passeurs payés jusqu’à 2000 USD cash par tête qui ont pris d’assaut la passerelle et la timonerie avant de contraindre par la violence le capitaine du navire à changer de cap et de se diriger vers le nord.

Le pétrolier ne disposait officiellement d’aucune arme de guerre.

Des membres de l’équipage tentèrent toutefois de dissuader la prise de contrôle du navire en utilisant un vieux fusil d’assaut FN Fal (7.62×51) et un revolver. En vain.

Le pétrolier Elhiblu 1 fut assailli par des “migrants pirates” qu’il a sauvé d’une mort certaine. Ces derniers veulent débarquer en Europe par tous les moyens possibles.

Selon des informations concordantes, le groupe de migrants serait composé de 77 hommes et 31 femmes.

Le navire a été intercepté tôt ce jeudi par les forces spéciales maltaises soutenues par un bâtiment de surface et un hélicoptère de la marine. Le commandement du navire a été remis au commandant de bord tandis que les migrants et les membres de l’équipage ont été remis à la police maltaise pour enquête.

D’après des officiels maltais, seuls quelques individus violents parmi les migrants auraient piraté le navire. Le reste peut donc solliciter l’asile.

Ce fait n’est pas anodin. Si la piraterie contrôlée au large de la Somalie profitait essentiellement aux assureurs britanniques, qui va profiter d’un phénomène similaire impliquant la traite d’êtres humains avérée en Méditerranée ?

Perturbations…!

Le site connaît de fortes perturbations.

Des articles publiés se sont volatilisés.

Des commentaires sont toujours bloqués.

Notre site est classé comme “peu sûr” par certains navigateurs.

Nous ne connaissons pas l’origine de ces nouvelles perturbations.

Merci à nos lecteurs!

Citation du jour

“As I recall, [Louis XVI] Bourbon, the king of France, banned demonstrations back in 1789. We know what happened next. The French people are not to be excluded from their own streets,

“Si je me rappelle bien, Louis XVI de Bourbon, roi de France, avait interdit les manifestations en 1789. Nous savons ce qu’il en a coûté après. Les français n’ont pas a être exclus de leurs propres rues”

George Galloway, Député britannique

Gilets jaunes, Acte XIX : l’Armée mobilisée contre le mouvement de contestation populaire

Le gouvernement français mobilise les forces armées contre le mouvement de contestation populaire connu sous le nom des Gilets Jaunes en atténuant cette mesure par des techniques de communication et des euphémismes.

La mission “Sentinelle” est une opération militaire anti-terroriste de l’Armée française lancée en 2015 et regroupant l’équivalent de deux divisions. Parmi les effectifs de ces deux divisions, l’équivalent d’une brigade soit 3000 hommes, est en réserve mobilisable à tout moment.

L’objectif prioritaire de la mission “Sentinelle” est la lutte antiterroriste. Ce qui veut dire que le gouvernement français considère désormais de facto certains aspects corrollaires ou collatéraux du mouvement des Gilets Jaunes comme un phénomène terroriste.

Cela nous amène à considérer les thèses attribuant la casse violente et les pillages à des “agents” sous-traitants du pouvoir sous un oeil nouveau car les deux opérations relèvent d’une même stratégie mise en oeuvre afin de discréditer le mouvement et l’assimiler à un mouvement terroriste. Cela a déjà été pratiqué ailleurs.

La passivité relative des forces de maintien de l’ordre lors des violences et des pillages perpétrés lors de l’acte XVIII ainsi que la démission d’un responsable de la sécurité à Paris, préparaient ce type de scénario.

La très étrange arme-poubelle du tireur fou furieux de Christchurch

L’une des armes que le terroriste Tarrant a utilisé dans l’assaut de Christchurch n’est pas réellement un fusil semi-automatique mais une arme étrange qui y ressemble vaguement, et dont la détente n’est pas fonctionnelle.

Le canon de cette arme-poubelle ne dispose pas d’un cache-flammes.

L’une des personnes ayant réussi à désarmer Tarrant à l’intérieur du centre islamique de Linwood s’est emparé de son arme et a tenté de s’en servir contre Tarrant qui fuyait vers l’extérieur où l’attendait un SUV et des complices. En vain car la détente de l’arme n’enclenchait aucun mécanisme de tir.

Une personne préposée au service de la mosquée a alors utilisé un pistolet et a tiré à deux reprises sur le SUV.

Tarrant a également utilisé un fusil à pompe qui n’a pas été retrouvé par la police, ce qui laisse supposer que d’autres complices seraient en cavale.

France : le gouvernement utilise pour la première fois des marqueurs chimiques et des nano-particules sur des manifestants

Capture+_2019-03-06-19-29-44.png

A leur insu, des Gilets Jaunes et des passants sont devenus des cobayes pour la première expérimentation mondiale sur des humains de nano-particules et de marqueurs chimiques dont l’effet sur les organismes biologiques est encore très mal connu.

Pour le gouvernement français, il s’agit de “produits de marquage chimique codé” inoffensifs qui imprègnent la peau, les cheveux et les vêtements des personnes visées pour une durée variant entre plusieurs semaines et des dizaines d’années.

Officiellement cette technologie floue n’a jamais été utilisée contre des êtres humains.

Cependant, des informations précises recueillies auprès de certains professionnels de la sécurité indiquent que lors de l’Acte XVIII des Gilets jaunes, des canons à eau et des gaz contenant des marqueurs d’ADN et des nano-particules ont été utilisés contre les manifestants sans que ces derniers n’en aient été avertis au préalable.

Outre les marqueurs chimiques et les nano-particules dont on connaît très mal les effets sur la santé humaine, l’adjonction de nouvelles substances psychotropes aux gaz CS s’assimile à une véritable expérimentation à grande échelles de nouvelles techniques de contrôle social similaires à celles des pires dystopies des films et romans de science-fiction.

Ces “armes à ADN” développés en Grande-Bretagne et largement utilisés en Israël contiennent des substances chimiques et biologiques dont la nocivité sur la santé humaine a été délibérément ignorée, notamment en Israël ou des détenus palestiniens affirment avoir contracté divers types de cancers suite à leur marquage ADN ou l’usage d’autres techniques de contrôle impliquant des nano-particules susceptibles d’avoir endommagé le matériel génétique des cellules de leurs organismes.

Le gouvernement français a reconnu avoir utilisé des marqueurs chimiques sur des manifestants à titre d’expérimentation lors des manifestations du 01er mai 2018. Or les populations auraient du être averties qu’elles allaient faire l’objet d’expériences interdites.

Pour les défenseurs de tels procédés, les produits de marquage ADN ou ARN ne représentent aucun danger mais leur propos ne sont étayées par aucune évidence scientifique.

On sait que l’impact de la plupart des produits biochimiques utilisées par ou sur l’homme ne peut être décelé qu’après des années puisque la plupart des études non positives sont systématiquement censurées par les grandes compagnies de l’industrie chimique.

L’usage des substances psychotiques pour le contrôle des manifestations et des émeutes urbaines s’est révélé bien plus dangereux sûr le terrain.

En 2014, les forces de maintien de l’ordre en Ukraine ont expérimenté des bombes à gaz contenant du LSD fournies par une société israélienne sur des manifestants à Kiev et le résultat fut catastrophique : les manifestants ciblés sont devenus bien plus agités et violents et certains ont commencé à avoir des convulsions violentes avant de se lancer à corps perdus vers les véhicules de police, nécessitant l’usage de balles réelles pour les arrêter.

Au Brésil, la police a expérimenté dès 2016 des substances chimiques sensées calmer les émeutiers mais l’expérience tourna mal et la police avait fini par réduire les violences par l’usage d’armes de guerre. En réalité, la substance utilisée ressemblait à une drogue neurotoxique extrêmement dangereuses qui avait un impact direct sur le système nerveux.

En Israël, certains gaz utilisés contre les manifestants contiennent outre des perturbateurs endocriniens, des substances hallucinogènes et du LSD afin de rendre les manifestants plus violents par effet recherché afin de justifier l’usage des snipers et des tirs de très haute vélocité (balles en alliage spécial pouvant avoir une vitesse initiale de 1200 m/seconde).

Les gaz utilisés en France pour le maintien de l’ordre incluent le CS ((2-chlorobenzylidene malononitrile), des irritants mais depuis peu des neurotoxiques pouvant profondément altérer les capacités de perception et de conscience.

D’autres types de nano-particules sont de plus en plus utilisés dans le maintien de l’ordre mais leur usage reste secret car même les policiers qui les utilisent ne savent pas toujours la nature de l’arme non-létale qu’ils utilisent.

Avec les marquages chimiques des individus, nos sociétés viennent de franchir un pas supplémentaire dans le contrôle totalitaire de l’individu, jusqu’aux racines de ses cheveux et son ADN.

Le Brésil veut rejoindre l’OTAN

Jair Messias Bolsonaro, le président du Brésil, l’un des plus grands pays des Amériques et l’un des membres des BRICS est un agent de la CIA, l’agence centrale des renseignements US et un membre affilié d’une fraternité secrète dont les membres ont occupé ou occupent des postes importants ou sensible au sein de l’État profond US. Il a en outre suivi une formation militaire dans la fameuse école des Amériques, spécialisée dans la contre-insurrection, les interrogatoires (torture) et la guerre psychologique.

De facto, le Brésil a perdu toute souveraineté et n’est plus un État indépendant et se retrouvé gouverné par un Pinochet bis, le nationalisme en moins.

« Entrées précédentes