US Ambassador to Australia Arthur Culvahouse Jr. wasted no time at his new diplomatic post to begin strong-arming Canberra into adopting Washington’s confrontational policy vis-à-vis Beijing.

A Reuters article published by the South China Morning Post titled, « China using ‘payday loan diplomacy’ in the Pacific, claims new US ambassador to Australia, » would claim:
China is using “payday loan diplomacy” to exert influence in the Pacific, the new US ambassador to Australia said on Wednesday, in comments that threaten to inflame regional tensions.

The United States and its regional allies have been battling China for greater influence in the Pacific – a region that has votes at international forums like the United Nations and controls vast swathes of a resource-rich ocean.

The geopolitical competition has seen both sides increase foreign aid to the region in recent months, which the West says is needed to prevent the Pacific falling into financial distress and becoming susceptible to diplomatic pressure from Beijing.
The Reuters article would continue by claiming:
The arrival of Culvahouse, the first US ambassador to Australia in more than two years, comes at time of bilateral tensions between Canberra and Beijing.

In 2017, then Australian prime minister Malcolm Turnbull accused China of meddling in domestic affairs. In 2018, Canberra banned companies linked to foreign governments from investing in its nascent 5G network, effectively blocking China’s Huawei.
The article also mentions counter-pressure applied on Australia regarding coal China imports, but describes it instead as, « how Beijing is using trade to punish Canberra for its criticism, » despite already admitting it is in direct retaliation for Australia’s use of trade to punish China first.

The American people for whom Ambassador Culvahouse is a representative, must be perplexed over this diplomat’s obsession with China rather than fulfilling his duties of representing the United States in Australia itself.

As the United States does with many other allies, it is attempting to turn Australia into a partner-proxy in Washington’s own confrontation with China.

In the process of this otherwise unsustainable confrontation, Washington risks dragging Australia down with it, when Australia could instead be bilaterally resolving issues with China and building constructive relations throughout Asia-Pacific, all while redefining for itself a more positive role in the region, breaking free from its historical role as an extension of Anglo-American hegemony.

Geography 101: China is Located in Asia, the United States is Not

Interestingly enough, Reuters failed to notice that China is actually located in Asia-Pacific, while the United States is not.

Just as the US is expected to exert a certain amount of influence in North America where it is actually located, it is not unreasonable to expect China to do likewise in Asia. That US foreign policy seems formed around the notion that the US, not China, should hold primacy in Asia is both counterintuitive and fundamentally flawed.

Such a policy reflects a basic but intentional lapse in geographical awareness widespread across Western media and political circles representing the remnants of European-American imperialism of the 19th-20th centuries. It suggests that Asians lack agency to decide for themselves how « votes at international forums like the United Nations » and « vast swathes of a resource-rich ocean » should be used and that the United States should decide for them instead.

The US currently does this by attempting to surround China with client states and infecting nations across Asia with US government-funded nongovernmental organisations (NGOs). These NGOs impose upon the region US-style institutions that reflect US interests through a process the US itself calls « soft power. »

Examples of this can be seen in Myanmar where US-funded NGOs have managed to bring existing ethnic tensions toward the brink of war, in Thailand where US-backed political forces are attempting to displace the military and constitutional monarchy and roll back recent progress made between Bangkok and Beijing and in Cambodia where the entire opposition is virtually run out of Washington D.C.

The more obvious results of this US « soft power » in action are ongoing « colour revolutions, » but a more subtle attempt to overwrite Asian culture and institutions with US ideas and institutions is also constantly attempting to take root. It is the latest evolutionary step taken by centuries of European and now American imperialism and it is the tool of choice used by the special interests of today benefiting from this imperialism.

Ambassador Culvahouse’s rhetoric and the accompanying talking points touched on by Reuters brings all of this into focus, with the US openly accusing China of usurping American primacy in Asia, and admitting it is investing across the region to regain it.

Who is Ambassador Culvahouse?

Ambassador Culvahouse had previously served President Ronald Reagan’s administration between 1987 and 1989. He has also been involved in multiple committees within the Republican Party, Australia’s ABC would report.

Ambassador Culvahouse is also listed as a Brookings Institution trustee, which may help explain why in his capacity as US Ambassador to Australia he is openly pursuing policy that serves neither the American nor Australian people but rather the corporate sponsors who control both Brookings’ activities and those of Washington.

He is also a former chairman of O’Melveny & Myers (OMM), a massive international law firm whose clients include equally massive corporations seeking to protect their existing monopolies and to find footing in emerging markets, including in China. Former OMM chairman and now Ambassador Culvahouse stepping into the middle of Australia’s bout with China over 5G and Huawei and OMM’s own role in cases specifically involving Huawei (e.g.), in turn represents equally massive conflicts of interest.

Ambassador Culvahouse is another stark example of « revolving door » politics in which representatives of special interests move in and out of government positions appointed to regulate and hold accountable these very interests.

The entire process that Ambassador Culvahouse represents is the modern manifestation of European-American imperialism, representing the modern equivalence of an elite minority, their greed and the mechanisms instituted to satisfy it, merely dressed up as representative governance serving the majority.

But just like every other empire in history, American hegemony rose on a global scale before beginning to fade. The vector sum of Chinese-Australian economic ties, despite recent setbacks (some might call sabotage), is positive, as noted by the Parliament of Australia itself. As China continues to grow economically, politically and even militarily within the region and upon the global stage, the US will have no choice but to concede its longstanding primacy in Asia-Pacific, a process already well underway.

Without an entirely new, innovative and constructive American foreign policy in Asia-Pacific, Ambassador Culvahouse and his rhetoric serve only to delay the continued, inevitable decline of American power and in the process, increase resentment not only from Beijing, but resentment from all the partner-proxies including Australia the US is using in the process.

Joseph Thomas is chief editor of Thailand-based geopolitical journal, The New Atlas and contributor to the online magazine “New Eastern Outlook”.

Direct source to this article: New US Ambassador to Australia Obsessed with China

Publicités

5 commentaires

  1. Encore un vieux trotskiste sorti de la naphtaline reaganienne. Décidément, les caincains sont au bout du rouleau.
    Mais là n’est pas le sujet, l’Australie, c’est une économie primaire ( des mines ) et captive de son client le plus important : la Chine.
    Que celle-ci s’énerve un peu et s’approvisionne ailleurs et l’Australie est « out ». Pays aussi vaste que géo-stratégiquement insignifiant donc, de la simple chair à canon pour des batailles comme Gallipoli en 1916. .

    1. @Chamfort,

      Géo-stratégiquement l’Australie est à reconsidérer en tenant compte des nouveaux vecteurs stratégiques et des alliances officielles et officieuses.

      Uranium et or sont des plus convoités (outre les énormes ressources en minerais divers) face à un éventuel crash monétaire mondial où l’Australie se révèle un gigantesque coffre fort

      Bien à Vous,

      Marc Edmond

  2. L’ambassadeur des États-Unis en Australie, Arthur Culvahouse Jr., n’a pas tardé, à son nouveau poste diplomatique, à inciter Canberra à renforcer son armement en vue de l’adoption de la politique de confrontation de Washington vis-à-vis de Beijing.

    Un article de Reuters publié par le South China Morning Post intitulé «La Chine utilise la« diplomatie des prêts sur salaire »dans le Pacifique, affirme le nouvel ambassadeur des États-Unis en Australie », affirmerait:

    La Chine utilise la « diplomatie des prêts sur salaire » pour exercer une influence dans le Pacifique, a déclaré mercredi le nouvel ambassadeur américain en Australie, menaçant d’attiser les tensions régionales. Les États-Unis et leurs alliés régionaux luttent pour une plus grande influence de la Chine dans le Pacifique – une région qui a des votes lors de forums internationaux comme l’ONU et contrôle de vastes étendues d’un océan riche en ressources. La concurrence géopolitique a vu les deux parties augmenter l’aide étrangère à la région au cours des derniers mois. L’Occident considère que cela est nécessaire pour empêcher le Pacifique de sombrer dans des difficultés financières et de devenir vulnérable aux pressions diplomatiques de Pékin.

    L’article de Reuters continuerait en affirmant:

    L’arrivée de Culvahouse, premier ambassadeur des États-Unis en Australie depuis plus de deux ans, intervient à l’occasion de tensions bilatérales entre Canberra et Pékin. En 2017, le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a accusé la Chine de s’immiscer dans les affaires intérieures. En 2018, Canberra a interdit aux sociétés liées aux gouvernements étrangers d’investir dans son réseau 5G naissant, bloquant ainsi le chinois Huawei.

    L’article mentionne également la contre-pression exercée sur l’Australie concernant les importations de charbon et de charbon en Chine, mais la décrit plutôt comme « comment Pékin utilise le commerce pour punir Canberra pour ses critiques », alors même qu’elle admettait déjà qu’elle agissait en représailles de l’utilisation du commerce par l’Australie pour punir La Chine d’abord.

    Le peuple américain pour qui l’ambassadeur Culvahouse est un représentant, doit être perplexe devant l’obsession obsessionnelle de ce diplomate pour la Chine plutôt que pour s’acquitter de son devoir de représenter les États-Unis en Australie même.

    Comme les États-Unis le font avec de nombreux autres alliés, ils tentent de faire de l’Australie un partenaire indirect dans la confrontation de Washington avec la Chine.

    Dans le processus de cette confrontation par ailleurs insoutenable, Washington risque d’entraîner l’Australie avec elle, qui pourrait au contraire résoudre bilatéralement ses problèmes avec la Chine et établir des relations constructives dans toute la région Asie-Pacifique, tout en redéfinissant pour elle-même un rôle plus positif dans la région, libre de son rôle historique en tant qu’extension de l’hégémonie anglo-américaine.

    Géographie 101: la Chine est située en Asie, les États-Unis ne sont pas

    Il est intéressant de noter que Reuters n’a pas remarqué que la Chine se situait en Asie-Pacifique, contrairement aux États-Unis.

    Tout comme on s’attend à ce que les États-Unis exercent une certaine influence en Amérique du Nord où ils se trouvent, il n’est pas déraisonnable de s’attendre à ce que la Chine fasse de même en Asie. Le fait que la politique étrangère des États-Unis semble fondée sur l’idée que ce sont les États-Unis, et non la Chine, devraient avoir la priorité en Asie est à la fois contre-intuitif et fondamentalement défectueux.

    Une telle politique traduit une prise de conscience géographique fondamentale mais volontaire de la part des médias et des cercles politiques occidentaux représentant les vestiges de l’impérialisme américano-européen des XIXe et XXe siècles. Il suggère que les Asiatiques manquent d’agence pour décider eux-mêmes comment utiliser «les votes lors de forums internationaux comme les Nations Unies» et «de vastes étendues d’un océan riche en ressources» et que les États-Unis devraient décider en leur faveur.

    Les États-Unis agissent actuellement en tentant de cerner les États clients et de contaminer les pays asiatiques de la Chine avec des organisations non gouvernementales (ONG) financées par le gouvernement américain . Ces ONG imposent à la région des institutions de style américain qui reflètent les intérêts des États-Unis à travers un processus que les États-Unis eux-mêmes appellent le « soft power ».

    On peut voir des exemples de cela au Myanmar, où des ONG financées par les États-Unis ont réussi à ramener les tensions ethniques existantes au bord de la guerre, en Thaïlande, où des forces politiques soutenues par les États-Unis tentent de remplacer la monarchie militaire et constitutionnelle et d’annuler les récents progrès Bangkok et Beijing et au Cambodge, où l’ensemble de l’opposition est pratiquement chassée de Washington DC

    Les résultats les plus évidents de ce «soft power» américain en action sont les «révolutions de couleur» en cours , mais une tentative plus subtile de remplacer la culture et les institutions asiatiques par des idées et des institutions américaines tente également de prendre racine. Il s’agit de la dernière étape évolutive franchie par des siècles d’impérialisme européen et maintenant américain et c’est l’outil de choix utilisé par les intérêts particuliers d’aujourd’hui qui tirent profit de cet impérialisme.

    La rhétorique de l’ambassadeur Culvahouse et les points de discussion connexes évoqués par Reuters mettent tout cela au clair, les États-Unis accusant ouvertement la Chine d’usurper la primauté américaine en Asie et admettant qu’elle investit dans toute la région pour la récupérer.

    Qui est l’ambassadeur Culvahouse?

    L’ambassadeur Culvahouse avait déjà servi l’administration du président Ronald Reagan entre 1987 et 1989. Il a également été impliqué dans de nombreux comités au sein du parti républicain, rapporte l’ABC australien .

    L’Ambassadeur Culvahouse est également considéré comme un administrateur de la Brookings Institution , ce qui peut aider à expliquer pourquoi, en sa qualité d’ambassadeur des États-Unis en Australie, il mène ouvertement une politique qui ne sert ni les Américains ni l’Australien, mais les sociétés commanditaires qui contrôlent les activités de Brookings et de Washington.

    Il a également été président de O’Melveny & Myers (OMM), grand cabinet d’avocats international dont les clients incluent des sociétés tout aussi gigantesques qui cherchent à protéger leurs monopoles existants et à s’implanter sur les marchés émergents, y compris en Chine. L’ancien président de l’OMM et aujourd’hui ambassadeur Culvahouse se sont immiscés dans le conflit australien opposant la Chine à la 5G et le rôle joué par Huawei et OMM dans des affaires impliquant spécifiquement Huawei ( par exemple ), ce qui représente également des conflits d’intérêts aussi considérables.

    L’Ambassadeur Culvahouse est un autre exemple frappant de politique de «portes tournantes» dans laquelle des représentants d’intérêts spéciaux occupent ou non des postes au gouvernement nommés pour réglementer et défendre leurs intérêts.

    Tout le processus représenté par l’Ambassadeur Culvahouse est la manifestation moderne de l’impérialisme euro-américain, qui représente l’équivalence moderne d’une minorité d’élite, de leur cupidité et des mécanismes mis en place pour la satisfaire, déguisés en une simple gouvernance représentant la majorité.

    Mais comme tous les autres empires de l’histoire, l’hégémonie américaine s’est accrue à l’échelle mondiale avant de s’effacer. La somme vectorielle des liens économiques sino-australiens, malgré les récents revers (certains pourraient appeler le sabotage), est positive, comme l’a noté le Parlement australien . Alors que la Chine continue de se développer économiquement, politiquement et même militairement dans la région et sur la scène mondiale, les États-Unis n’auront d’autre choix que de concéder sa primauté établie de longue date en Asie-Pacifique, un processus déjà bien engagé.

    Sans une politique étrangère américaine entièrement nouvelle, novatrice et constructive en Asie-Pacifique, l’Ambassadeur Culvahouse et sa rhétorique ne font que retarder le déclin inévitable et continu du pouvoir américain et, ce faisant, accroissent le ressentiment non seulement de Pékin, mais de tous les partisans. Les partenaires mandataires, y compris l’Australie, sont utilisés par les États-Unis.

    Joseph Thomas est rédacteur en chef du journal géopolitique basé en Thaïlande, The New Atlas, et contributeur du magazine en ligne « New Eastern Outlook ».
    https://journal-neo.org/2019/03/16/new-us-ambassador-to-australia-obsessed-with-china/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.