Des experts russes ont inspecté le réseau national électrique du Venezuela, lequel subit depuis des semaines des pannes géantes à répétition malgré les dispositifs d’appoint, et ont conclu à l’usage par les États-Unis de bombes électromagnétiques de nouvelle génération contre le Venezuela.

L’usage des armes électromagnétiques et d’actes de sabotage physique menés par des commandos infiltrés au Venezuela pour abattre le réseau énergétique a été rapporté la première fois en exclusivité mondiale par Strategika51.

Aucun média n’a voulu reprendre cette information capitale à cause de la sacro-sainte règle des sources et références (une entrave artificielle mise en place dans le monde universitaire pour bloquer tout accès à la vérité) jusqu’à ce que les militaires russes la confirment en y allant sur place.

Notre article à ce sujet était pourtant assez pertinent et utilisait des informations de première main fournies par des personnes anonymes occupant une position élevée dans la hiérarchie d’une des entités impliquées dans le suivi de ce nouveau type de guerre.

Enfin, loin d’être complotistes, nos articles visent, en abordant certains aspects occultés du semblant de réalité dans laquelle on croit vivre, à éveiller les esprits et non à les orienter. La guerre électromagnétique est une réalité et elle vise aussi bien des États que des individus.

Les vecteurs de cette guerre invisible ont beaucoup évolué ces dernières années.

Publicités

41 commentaires

  1. Ah je ne l’avais pas vu cette réponse, tant pis la mienne est partie (que je ne vois pas encore d’ailleurs !) mais je vous j’abandonne le dernier mot, je sens à quel point cela vous enchantera, quant à moi j’ai autre chose à faire !

    1. Madame,
      je suis si distrait que je vous ai prise pour un Monsieur, je vous prie de bien vouloir m’ecxuser pour cette bévue et aussi pour le reste.
      Bien à vous,
      Bartleby rouge de honte

      1. Que je sois Mme ou Mr (et vous saviez très bien que j’étais Madame !) cela ne fait aucune différence quant à vos réponses à mon endroit et je ne changerai pas un iota de ce que je vous ai répondu. Vous n’en avez cure, moi de même. Vous saluerez bien votre autre vous !

      2. Author

        La chevalerie est née au Moyen-Âge et est décédée lors des premiers feux d’arquebuses de la prétendue renaissance.
        Cet esprit chevaleresque chanté par les troubadours puise son origine dans la noblesse et la grandeur d’âme.
        Content que vous ayez rattrapé votre immense bourde! Sinon vous aurez été condamné à chercher pénitence à pieds jusqu’à Saint-Jacques de Compostelle!

        1. « Mais où sont les neiges d’antan ! »

          « Où sont les gracieux galants
          Que je suivaie au temps jadis ? »

  2. Même les ânes savent que la poésie est la reine de l’Art. Pour ces bipèdes aux longues oreilles qui ignorent ce fait admis tardivement même par l’Université, haut lieu du conformisme et de la négation de l’effectivement réel, je conseille la lecture de l’Esthétique de Hegel (Attention ! La seule traduction convenable est celle de Samuel Jankélévitch). Mais enfin, si ces bipèdes ne sont pas cloués à leurs portables, je peux leur expliquer la chose rapidement car je crains que la dite esthétique soit au dessus de leur entendement. Donc, en somme, l’art représente le beau et il y a deux de procéder : soit en s’adressant à intuition extérieure (peinture, architecture, sculpture), soit en s’adressant à celle intérieure (musique, poésie) ; or il se trouve que la poésie eploie le langage, caractéristique d’omo sapiens sapiens. Le langage est né de la libération de la main, elle même produite par l’aquisition de la station verticale, La poésie, paroles rimées a d’abord servi a transmettre l’expérience de l’espèce dans des temps où n’existait ni ordinateur ni écriture. La poésie exprime la vie de l’espèce qui vit, travalle et connait, sa disparition actuelle indique clairement que notre espèce a fait son temps et que son sort est déjà écrit : disparaître.

  3. Et bien voilà, après la flotte Iranienne en direction du Vénézuella pour lui venir en aide, alors que la Russie à déjà envoyer une centaines de militaires dans le pays, c’est aujourd’hui la Chine qui débarque à son tour en soutien à la république Bolivarienne du Vénézuella, pour soutenir son alliés, et défendre le droit international, la charte des nations unis, face à l’Imperialisme sioniste agonisant :

    https://www.presstv.com/DetailFr/2019/04/02/592383/Venezuela-larmee-chinoise-rejoint-larmee-russe

  4. Salut,
    J’ai beau chercher, mais y’a un lien quelque part vers l’annonce officielle des experts russes ?
    Je n’ai pas de doute sur la véracité, c’est juste que c’est le minimum à mettre, et je viens d’aller chercher sur sputnik et RT (version française) et j’ai rien trouvé qui y ressemble.

  5. J’ai certains document qui ne courrent pas les rues. comment les faire parvenir a strategika51

  6. Dans le même genre on pourrait aussi ajouter l’histoire de Siemens, des centrifugeuses iraniennes et de stuxnet


  7. Lucien Dandouille : « Avec les USA, c’est facile. Vous imaginez ce qu’il y a de pire dans l’abjection et vous savez d’instinct que, de toute façon, vous êtes en dessous la vérité ».

    Greta-les-miches-fleuries (quand le monde entier lui passait dessus) : « Moi, chouchou, quand tu compliques, je m’endors. Ça me simplifie les choses et j’en profite pour rêver aux biffetons que tu me devras ».

    Jules : « Un Exocet décodé à celui qui découvre le lien subtil et/ou d’une simplicité désarmante qui unit les deux assertions qui précèdent ».

  8. Rien à ajouter à cet article snon une … citation :
    « Cependant, si la crainte de tomber dans l’erreur introduit une méfiance dans la science, science qui sans ces scrupules se met d’elle-même à l’œuvre et connaît effectivement, on ne voit pas pourquoi, inversement, on ne doit pas introduire une méfiance à l’égard de cette méfiance, et pourquoi on ne doit pas craindre que cette crainte de se tromper ne soit déjà l’erreur même. En fait, cette crainte présuppose quelque chose, elle présuppose même beaucoup comme vérité, et elle fait reposer ses scrupules et ses déductions sur cette base qu’il faudrait d’abord elle-même examiner pour savoir si elle est la vérité. Elle présuppose précisément des représentations de la connaissance comme d’un instrument et d’un milieu, elle présuppose aussi une différence entre nous-même et cette connaissance ; surtout, elle présuppose que l’absolu se trouve d’un côté, et elle présuppose que la connaissance se trouvant d’un autre côté, pour soi et séparée de l’absolu, est pourtant quelque chose de réel. En d’autres termes, elle présuppose que la connaissance, laquelle étant en dehors de l’absolu, est certainement aussi en dehors de la vérité, est pourtant encore véridique, admission par laquelle ce qui se nomme crainte de l’erreur se fait plutôt soi-même connaître comme crainte de la vérité.
    Cette conclusion résulte du fait que l’absolu seul est vrai ou que le vrai seul est absolu. Contre une telle conséquence on peut faire valoir qu’une connaissance, qui ne connaît sans doute pas l’absolu comme la science le réclame, est pourtant encore vraie ; et que la connaissance en général, si elle est incapable de saisir l’absolu, pourrait être cependant capable d’une autre vérité. Mais nous voyons, enfin, que de tels discours à tort et à travers vont aboutir à une obscure distinction entre un vrai absolu et un vrai d’une autre nature, et que l’absolu, la connaissance, etc., sont des mots qui présupposent une signification qu’il faut d’abord acquérir. »
    (Hegel)

  9. … et moi quand je lis tout cela, je me demande comment on est encore vivants !…

    1. Author

      On est vivants grâce à la merveilleuse capacité d’adaptation et de résilience de la vie, telle qu’elle existe sur la planète terre.

      1. Et en même temps nous sommes peut-être déjà morts et nous ne le savons pas… encore.

        1. Author

          C’est fin et profond. Lao Tzeu disait presque la même chose. De même que les mystiques musulmans.
          Sommes nous déjà morts sans le savoir ? Sommes-nous en train de rêver ce niveau de conscience et de réalité ?
          Sommes nous des êtres ou des entités endormies dans un autre niveau de conscience et à semi-éveillés dans un autre ?
          C’est le début d’une prise de conscience sur une conscience qui nous transcende…

          1. … et lorsque nous nous apercevrons que la mort nous avait déjà emportés , nous réaliserons en même temps alors que la vie… continue !
            Je n’ai pas la finesse d’esprit d’un Lao Tzeu ni les connaissances des mystiques quel qu’ils soient, néanmoins je m’interroge sur ce monde chaotique que certains traversent sans en subir la moindre secousse, alors que d’autres sont propulsés de plein fouet dans le magma des guerres, sans y être pour quelque chose.

        2. « nous sommes tissés de l’étoffe dont sont faits les rêves » (Shekespeare)
          « Qu’est-ce que la vie ? Un délire. Qu’est donc la vie ? Une illusion, Une ombre, une fiction ; le plus grand bien est peu de chose, car toute la vie n’est qu’un songe, et les songes rien que des songes. » Calderón)

          1. Il faudrait songer à prévenir ceux qui errent en plein cauchemar, qu’ils sont tissés de l’étoffe dont sont faits les rêves…
            C’est beau la poésie, mais ce ne sont que des mots de salon… 😉

        3. « L’ignorance a toujours tort de faire connaître son avis », apprenez donc pour votre gouverne
          que Shekspeare a passé le plus clair de son temps dans les tavernes parmi les gueux et non dans les salons, c’est la raison pourqui, personne , mieux, que lui, n’a su comment se passe la vie, de sorte que l’on continuera à le lire dans les siècles des siècles, alors que vivant il pensait que « Depuis trente ans, je cache ma renommée dans les tavernes » (Li Po). Pour faire enrager les modernes, je vais par conséquent encore le citer :
          « La vie n’est qu’une ombre qui passe, un pauvre acteur qui se pavane et s’agite durant son heure sur la scène et qu’ensuite on n’entend plus. C’est une histoire dite par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien. ».
          Le but de la modernité est de supprimer le passé et son matérialisme sordide qui fait fi de « Au commencement était le Verbe » mènera le monde à la Ruine et la Mort.

        4. Comme le dit Alain Chanfort… « Souris puisque c’est grave,
          Seule les plaisanteries doivent,
          Se faire dans le plus grand sérieux!!
          Subtilité entre corps, âme et esprit… Selon la situation, chacun s’exprime mais lequel des trois choisis t’on de suivre?!!

          1. Author

            La voie du corps est celle du recipient de terre, creux, périssable, créé pour contenir le fluide de l’âme et l’énergie de l’esprit.
            La voie de l’âme est invisible, floue, semée de faux miroirs dans l’obscurité mais au bout de ce chemin c’est l’illumination éphémère qui vous remplit d’une joie sublime et absolue mais vous anéantit dans les profondeurs d’une autre création ou d’autres univers. L’âme est insaisissable, indéfinissable et eternelle.
            Celle de l’esprit est un chemin linéaire, sans aspérités sur lequel se réverbèrent des ombres primordiales parfaite que l’esprit tente de reproduire sans le pouvoir.

            Les trois voies sont complémentaires dans ce niveau de conscience.

        5. « L’ignorance a toujours tort de faire connaître son avis » cette citation de Guy Debord ne m’était pas destinée, bien que vous ayez tenté de lui faire prendre ma direction. Merci de cette politesse.

          Pour ma part je trouve qu’à trop montrer sa science on risque d’ ennuyer le lecteur ! J’aurais pu moi aussi, trouver une citation bien sentie, mais j’arrive encore à penser par moi-même.

          Shakespeare même s’il a passé son temps-mignon dans les bouges parmi les « gueux », n’en n’était pas moins un grand poète, et quoique vous en pensiez et ne vous en déplaise, la poésie ne trouve pas sa place dans certaines circonstances. C’est ce que j’ai voulu exprimer.
          Je n’ai jamais prétendu que Shakespeare fréquentait des salons littéraires, vu qu’ils ne sont apparus -en France- que vers la fin de sa vie !

          Je vous souhaite une excellente soirée cher monsieur.

          @ STRATEGIKA51 : pardon pour cette légère pollution du billet, mais voilà où nous mènent sans le vouloir,Les experts russes dépêchés au Vénézuela !

          Belle soirée !

          1. Author

            @Dominique : non pas du tout. Il y a un peu de tout ici. C’est le débat. Parfois il tourne à la controverse ou à la polémique. Souvent ça tourne au vinaigre. Cela dépend des personnalités et du vécu de chacun.
            Moi ce qui me chiffonne le plus c’est la mauvaise foi.
            Mais bon, l’anonymat sur le net favorise aussi certains dérapages.

            Bonne soirée à vous !

        6. Cette citation de Guy Debord vous était destinée et à moins d’être un CPP (Commissaire de la Police de la Pensée), vous ne pouvez changer la chose, premiérement. Deuxiémement, si cela vous fait plaisir, je concède que je suis incapable de penser par moi-même, contrairement aux modernes, dont les fruits de leur pensée par eux-mêmes a tout empoisonné et pollué, jusqu’à la Pensée elle-même. Troisièmement, je ne cherche nullement à montrer quoi que ce soit, mais j’ai découvert ce site il y a un peu plus d’un an et son administrateur a explicitement écrit que l’on pouvait y parler de philosophie, de poésie, de politique, de science, de géopolitique …, et étant donné la liberté d’expression qui y règne, je commente ici et nulle part ailleurs ; votre critique à mon égard ressemble aux jérémiades des eunuques qui n’aiment pas que l’on parle de ce qui leur manque, du reste, je ne m’occupe ni de philosophie ni de poésie à titre professionel fort heureusement.
          Mon premier commentaire faisait suite à celui de Strategika 51 qui parlait de la conception de la vie chez les musulmants soufis ou le stratège chinois Sun Tse, je voulais dire que toutes prportions gardées, la Pensée Occidentale anglo-saxonne ou latine a dit grossomodo la même chose, signfiant par là que la vérité est universelle, l’Occident et l’Orient l’ont chacun affirmé sous une forme différente, mais dont le contenu est identique.
          Je m’occupe de choses que Hegel qualifie de quantitatives (je ne suis pas tout à fait d’accord d’avec lui malgré mon incapacité à penser par moi-même), mais si vous relisez la citation que j’ai reproduite ci-dessus de lui, vous comprendrez que faire une citation est déjà penser par soi-même, et par les temps qui courent même mille fois par soi-même, puisque le sujet citant s’extrait de ce pseudo-présent perpetuel et s’exprime par la voix des morts, ce qui suppose déjà de les avoir lus et compris pour pouvoir les citer à propos.
          Quant à Shakespeare, vous dites plus ou moins que son oeuvre se résume à des bons mots ou des traits d’esprit tenus dans des salons dans votre commentaire pour ensuite affirmer le contraire dans le post suivant sous le prétexte spécieux qu’il n’existait pas de salons littérairs à l’époqque en Angletterre ! Par exemple ! Il n’existait pas alors un milieu intellectuel et littéraire !?
          Enfin, je vous prie de m’excuser pour mon amour immodéré pour la poésie, tout me porte à penser que je suis atteint d’une tare congénitale incurable. Il existe plus de 5000 espèces différentes de cloportes et une seule espèce d’hominidés : homo sapiens sapiens. On raconte qu’un pasteur posa la question suivante à un grand naturaliste anglais : « — Que vous a appris l’étude de l’évolution sur Dieu ? », à quoi le naturaliste répondit : « — La passion immodérée de Dieu pour les cafards. »
          Bien à vous

          1. Voici la réponse à laquelle vous avez répondu par une diatribe aussi nébuleuse que ridicule à son égard :

            Je disais :
            « Il faudrait songer à prévenir ceux qui errent en plein cauchemar, qu’ils sont tissés de l’étoffe dont sont faits les rêves…
            C’est beau la poésie, mais ce ne sont que des mots de salon. »
            A quel moment avez vous vu que je faisais entrer en scène Shakespeare ?

            Alors si vous interprétez les écrits de Hegel comme vous interprétez une aussi simple phrase, permettez-moi de vous rire au nez et de vous discréditer pour tout le reste.
            A bon entendeur…

        7. Merdre. Ce S.A est décidément incorrigible. Cet Anonyme n’est autre que l’exécrable réactionnaire, le passéiste, le nostalgique, l’anti-progréssiste, celui qui est incapable de penser par lui-même, l’anti-moderne …, que le lecteur devine.

        8. « on risque d’ ennuyer le lecteur ! »
          Je me rends compte que je n’ai pas répondu à ce genre d’argument.
          1) Je ne cherche pas à divertir le lecteur moderne qui passe en moyenne plusieurs heures par jour devant la machine à décérebrer soi-disant pour se divertir, je cherche sciemment, comme vous dites, à l’ennuyer, c’est à dire à établir un dialogue ou un débat, où il ne s’agit pas de s’éclater mais de réfléchir. Donc je plaide coupable sur ce point.
          2) La vérité nait du dialoge et du débat contradictoire et non de monologues convenus où tout le monde s’ennuie. A ce propos, je me suis toujours étonné des forts applaudissements qui suivent immanquablement une séance de lecture publique de lecture de poèmes, d’autant plus que votre serviteur trouve ces exercices forts ennuyeux. Eh, bien, j’ai trouvé la raison de ce phénomène étrange et c’est le simple bon sens ou bien, la pensée gueuse qui nous fournit l’explication : on est si content que la chose soit finie. La poésie n’est pas démocratique et ne se vend pas sur le marché. Elle a disparu à notre époque mais survit chez les enfants et dans les rêves des gueux.
          3) La science du Beau, c’est à dire l’Art, a disparu. Donc il est naturel que la Poésie, qui est la Reine des Arts, comme l’Arithmétique est la Reine des Mathématiques, ait disparu, elle a jeté ses derniers feux avec les surréalistes.
          Mais comme pensait Novalis, tout un chacun peut faire de sa vie un poème vivant, ici et maintenant.
          Bien à vous.

          1. « Le risque d’ennuyer le lecteur » vient souvent du fait que s’il n’est pas tout à fait sur la même longueur d’onde, il convient de « débroussailler » un tant soi peu pour l’amener à y voir plus clair dans la direction qu’on désire lui montrer. bref : on vulgarise ! C’est tout ce que j’entendais par là.
            Ce que vous dites est intéressant, même si je ne comprends pas très bien quel est le sens que vous donnez à « gueux » quand vous dites que : la poésie survit dans les rêves des gueux. S’agit-il vraiment de… « poésie » ?
            Et puis, qui décrète (simple curiosité) que la poésie est la reine des Arts et qu’elle a disparu avec les surréalistes ? Elle existe encore avec l’art brut qui existe toujours aussi…

        9. Dans un rêve, Carl Gustav Jung découvre un yogi en méditation, qui a son visage et qui le rêve. Il se réveille en pensant : « Ah ! Par exemple ! Voilà celui qui me médite. Il a un rêve et ce rêve, c’est moi. Je sais que quand il se réveillera, je n’existerai plus. »

        10. « Réponds au fou selon sa folie, de peur qu’il ne s’imagine qu’il est sage. »
          « Ne réponds pas à l’insensé selon sa folie, de peur de lui ressembler toi-même. » (Proverbes, 26)

          Le progrès de l’illogisme et la disparition du très simple bon sens caractérisent notre merveilleuse époque comme le premier quidam issu de l’ancien monde en voie de disparition peut le constater. J’ai remarqué que mes citations et mon style suscitaient « des passions parmi des gens qui ne savent pas lire. Des passions forcées de rester lointaines sont généralement malveillantes. Le spectateur contemporain paraît guetter perpetuellement l’occasion fugitive de faire connaître son avis sur une grnde variété de choses qu’il ignore, mais dans tous les cas il n’exprime que ses émotions dominantes : l’envie omniforme, l’ambition sans moyens, la prétention sans illusions. Car tels sont les traits qu’imprime massivement un système productif qui ne peut songer à fabriquer des consommateurs plus réussis que ses marchandises.
          Cette médiocrité desespérée a réguliérement hâte de dire n’importe quoi avec autorité, pour ressembler un peu aux autorités, qui disent n’importe quoi. Elle oublie systématiquement l’évidence, dogmatise à partir de rumeurs qu’elle a elle même inventées, et déraisonne aveuglément sur ses propres falsifications. ».
          Je vais donc illustrer cette mise en bouche par un exemen rapide du post du sieur Dominique.
          Mon péché originel est cette citation du poète Shekspeare que je reproduis :
          « nous sommes tissés de l’étoffe dont sont faits les rêves »
          Mon but était de compléter une réflexion de Stratégika 51 relative à certaine conception de la vie chez les orientaux. Je ne sais quelle mouche transgénique a piqué Monsieur Dominique,mais toujours est-il qu’il y répond par :
          « Il faudrait songer à prévenir ceux qui errent en plein cauchemar, qu’ils sont tissés de l’étoffe dont sont faits les rêves…
          C’est beau la poésie, mais ce ne sont que des mots de salon… 😉 »
          Bien. Donc ce Monsieur s’en prend bien à notre poète en recopiant un bout de ma citation et en serinant qu’il s’agit de mots de salon tout en concédant — c’est l’hommage que le mensonge rend à la vérité — que la poésie est belle. Naturellement, j’ai répondu à cet excès des modernes comme il convient. Mais voilà que notre héros écrit ce qui suit :
          « A quel moment avez vous vu que je faisais entrer en scène Shakespeare ?

          Alors si vous interprétez les écrits de Hegel comme vous interprétez une aussi simple phrase, permettez-moi de vous rire au nez et de vous discréditer pour tout le reste.
          A bon entendeur…»
          Donc ce Monsieur cite le mauvais poète, le diffame,mais il ne parle pas de lui, ou plutôt, pour le dire comme son étrange façon moderne de s’exprimer, ne le fait pas entrer en scène ! Comprenne qui pourra, ilparlait peut-être de Pline l’Ancien à moins que ce ne soit d’Hérédote.
          Par ailleurs, je ne vois pas en quoi on pourrait me reprocher d’avoir interprété Hegél, j’avoue à ma grande honte que je me suis contenté de le lire, et autant se faire que peut, le comprendre, ce qui n’est pas une chose aisée. Les modernes, incultes et impuissants, envieux et obliques, vous pardonneront le braquage de la banque de France mais pas votre liberté d’esprit, ni votre culture, choses qu’ils jugent offensantes envers la démocratie spectaculaire.
          Les sourds ne pevent entendre ni les aveugles voir, je n’y peux rien.
          Je ne puis répondre aux autres questions de ce Monsieur relatives à la poésie, l’art, les gueux … car j’estime il est inutile de discuter avec quelqu’un de mauvaise foi, je me contenterai de dire que l’Art est mort depuis fort longtemps au moins dans l’aire occidentale, et ce depuis le mouvement Dada, et que ce pseudo-art brut est un sous-dadaisme subventionné et ridicule, le surréalisme en poésie ou en peinture est une sorte de supplément de l’art, comme le jazz est le dernier feu jeté par la musique avant sa disparition. Il ne s’agit plus de philosopher ou de peindre, mais de réaliser hic et nunc la philosophie et la poésie.

          «Quand la philosophie peint gris sur gris, une forme de la vie a vieilli et elle ne se laisse pas rajeunir avec du gris sur gris ; elle se laisse seulement connaître ; l’oiseau de Minerve ne prend son vol qu’à la tombée de la nuit.» (Hegel, Phénomélogie de l’Esprit)

          « Quand l’art devenu indépendant représente son monde avec des couleurs éclatantes, un moment de la vie a vieilli, et il ne se laisse pas rajeunir avec des couleurs éclatantes. Il se laisse seulement évoquer dans le souvenir. La grandeur de l’art ne commence à paraître qu’à la retombée de la vie. » (Debord, la Société du Spectacle)

          1. Je me suis mal exprimée ds ma phrase, ce que je voulais dire c’est que bien souvent la poésie n’est vue que comme de jolis mots pour une certaine catégorie de gens. Je ne parlais plus de la phrase de Shakespeare… Donc vous êtes en même temps « l’anonyme » et le pseudo Bartleby ? Monsieur Dominique vous salue bien tous les « 2 » !

        11. @ ce niais « Vraiment ! »
          Oui, Ce vieux bandit de Bartleby qui ne veut ni se convertir à la religion de la modernité ni se repentir de ses crimes de lèse-démocratie ressemble à ces criminels dont parle Balzac (Vautrin …), il ne peut se réformer et pousse l’outrecuidance jusqu’à se réclamer du misonéisme. La modernité a mis hors la loi tout ce qui est beau ou noble, pour elle, rien n’est vrai et tout est permis, dans de telles circonstances, on ne peut rester sobre et la poésie seule nous console :
          La beauté

          Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre,
          Et mon sein, où chacun s’est meurtri tour à tour,
          Est fait pour inspirer au poète un amour
          Éternel et muet ainsi que la matière.

          Je trône dans l’azur comme un sphinx incompris ;
          J’unis un coeur de neige à la blancheur des cygnes ;
          Je hais le mouvement qui déplace les lignes,
          Et jamais je ne pleure et jamais je ne ris.

          Les poètes, devant mes grandes attitudes,
          Que j’ai l’air d’emprunter aux plus fiers monuments,
          Consumeront leurs jours en d’austères études ;

          Car j’ai, pour fasciner ces dociles amants,
          De purs miroirs qui font toutes choses plus belles :
          Mes yeux, mes larges yeux aux clartés éternelles !
          (Beaudelaire)
          https://www.youtube.com/watch?v=cg_a_i4hYYE

          Ils n’y a plus de poètes, les modernes, tels des somnambules drogués à la consommation de pauvres marchandises que l’usure emporte plus vite que le vent , tournent en rond dans la nuit et le brouillard du spectacle, en attendant les sirènes des ambulances ou de la police qui les emporteront de vie à trépas. Ces malheureux, contrairement aux gueux, ne connaitront ni les plaisirs de la pauvreté ou de l’exil, mais seulement les peines de la soumission et du règne du faux.

          1. J’ai rarement lu personnage faisant preuve de tant de pédanterie, vous êtes un seigneur en la matière mon cher ! Sans doute votre inadaptation au monde moderne fait-elle que vous vivez dans une grotte du fond de laquelle et sous divers pseudos pour vous cacher un peu plus encore, accusant la modernité de tous les maux ! Mais monsieur toutes les époques ont été modernes !

            Le « vraiment » concernait la réponse que vous donniez sous le 1er pseudonyme, en effet je n’ai pas été dupe, vous y répondiez de façon trop concernée !

            Bref, j’ai un peu plus que la vague impression que vous vous lisez comme vous vous écouteriez parler : pour vous seul en vous admirant dans ce reflet comme Narcisse l’a fait.

            Désolée de ne pas vous admirer, mais vous en faites trop et le temps que vous perdez à répondre sur des kilomètres à « un si petit rien » est limite ridicule car à aucun moment je ne vous ai interviewé sur le sujet. la seule question que je vous ai posée concernait la poésie dans l’Art brut , et là : motus !

            Soyez gentil cessons-là l’exposition de vos idées très personnelles.

  10. J’ai un ami qui a plus 75 ans ne connaissant rien à l’histoire, et encore moins la politique, tout au moins pas grand chose. On n’avait parlé à baton rompu du Venezuela et du gigantesque Blakc oout qui s’est déroulé. J’ai été etonné quand il m’a sorti que c’était un sabotage US rien de plus, rien de moins. Si meme un vieillard au fin fond de la France profonde affirme que c’est les USA, alors que dire de l’opinion des vénézueliens ? C’est un enieme fiasco US. A mon avis c’est la connerie de trop qu’ont fait les US, et qui aura d’énormes conséquences à moyen et long terme, à la fois politique mais surtout economique.
    Pour la petite histoire, tout le monde sait que la France avait vendu des mirages et des exocet à l’Argentine, or une fois que ce pays avait été en guerre contre le UK, le gouvernement de gauche, Mitterand au pire moment pour les argentins avait balancé les secrets à la sinistre Mere Thatcher. C’est ce qui avait permis aux britaniques de gagner de justesse contre les argentins.
    En 1991, le gouvenrement de goche caviar français recidive en balançant tous les secrets du système anti aérien KARI aux US. Désactivant par là meme les systèmes anti aériens, mais aussi les Mirage F-1. Deux actes qui ont eu des lourdes conséquences. La France se bat avec l’energie du desespoir pour vendre ses Rafale que personne ne veut, à part des cheickh débiles obsédés par des fellations de blondes.
    Aujourd’hui, quand les américains vous vendent du matériel militaire quel qu’il soit, il est déja bridé, et en plus via des composants les amércains peuvent desactiver des elements clefs des moteurs, comme des systèmes electroniques embarqués. Par exemple un F-16 ne pourra pas voler, si son FADEC est piégé. Alors que les matériels militaires russes et chinois ne sont pas bridés. Et à mon avis c’est le chant du signe pour le matériel de guerre US, il ne se vendra plus qu’en Europe, chez ce qu’on appelle des « alliés ».
    Et si maintenant des centrales nucléaires sont piègées, et autres infrastructures civiles importantes originaire de l’OCDE, de meme que des avions de ligne comme les Airbus, et les Boeing, mais qui va faire confiance aux occidentaux ? Jusqu’à présent ils pouvaient vendre, du fait d’un rapport de force brute, en usitant la violence à outrance. Aujorud’hui, c’est de moins en moins possible, surtout quand on pense par exemple à l’Egypte qui a completement mise à jour ses chars, en delaissant les M-1 Abrams pour des T-90 par exemple. La Turquie delaisse le matériel occidentale au profit de l’Est.
    Et maintenant c’est les infrastructures civiles qui sont originaires de Chine et de Russie qui ont la cote. C’est une voie royale pour les futures succés économiques chinois, coréens, et russes. On notera quand meme que c’est le occidentaux qui se sont sabordés, grace aux américains et certainement israèliens. Ce sabotage au Venezuela aura des conséquences.

    1. Author

      Vous rapportez ici des faits historiques incontestables : c’est la livraison par Paris des codes des Exocets argentins à Londres, puis la désactivation du système Kari, le sabotage des Mirage irakiens qui a compromis durablement la vente d’armes françaises dans le monde.
      Côté état-unien, c’est pire et l’on comprend pourquoi un pays comme le Pakistan, confronté à un manque de fonds permanent, se démène comme pas possible pour développer le JF17 avec la Chine afin de s’affranchir des F-16 bridés.

      1. @Strategika51,

        Voici, en quelques lignes, résumée l’imposture des guerres modernes et pourquoi l' »Leurre-Hope » n’aura jamais d’armée commune malgré les budgets conséquents d’ un eurocorps et autres balivernes.
        Les vautours du levant et leurs exécuteurs de basses œuvres vendent des armements et des technologies viciées pour maintenir l’hégémonie et détruisent toutes les possibilités de développement par des états souhaitant leur indépendance.

        Ce qui est intéressant, c’est que les maîtres de l’électromagnétisme et des échecs disposent très probablement des preuves incontestables des sabotages au Venezuela.

        Fort à parier que les pays qui ne voudront voir que le résultat de la vétusté des installations vénézuélienne devront également poser les mêmes constats pour des pannes semblables en des endroits différent…

        A suivre avec grand intérêt!

        Bien à Vous et aux Votres,

        Marc Edmond

      2. « …la livraison par Paris des codes des Exocets argentins à Londres, puis la désactivation du système Kari, le sabotage des Mirage irakiens qui a compromis durablement la vente d’armes françaises dans le monde. »

        On ne le dira jamais assez, loin de moi l’idée de faire la promo de la droite, et encore moins des rois de France, mais l’héxagone a toujours eu une trés solide et forte réputation dans le monde, à travers ces qualités, que sont fiabilité, fidélité, intégrité, et trés haute compétences, le tout construit patiemment à travers des siècles d’histoire. Meme la droite n’a jamais osé toucher à cet atout. La Goche Caviar, la meme que du temps de ces ordures de Thiers, Ferry a en à peine 10 ans a tout détruit, tout balayé des pans entiers de l’histoire. Avec ce qui se passe aujorud’hui, au Venezuela qui peut encore acheter un TGV, une centrale electrique, voir un Airbus ? Pour un acheteur potentiel c’est le garanti qu’en cas de problèmes avec les USA, le TGV comme l’Airbus vont se crasher, la Centrale va sauter. La goche caviar a non seuleument ruiné la réputation, mais en plus ils ont mis en peril tout le savoir-faire.

        J’ai connu un temps où les hélicoptère Gazelle, les AMX-30, et autres Mirage étaient vendus aux quatres coins du monde. Fort heureusement le savoir faire est toujours là, mais l’hélicoptère l’Eurocoptere-Tigre, comme le Rafale, et l’AMX Leclerc ne se vendent pas, dans le meilleur des cas, trés peu. Parce que les acheteurs potentiels se disent que la France c’est les USA mais juste les inconvénients en plus, avec aucun avantage. Le tout grace à Mitterand, Mauroy, et le sinistre Rocard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.