Le mouvement de protestation populaire qui en est à son dixième vendredi en Algérie continue et évolue en dépit des manipulations et des parasitages.

Pour la première fois, une partie non négligeable de l’opinion publique algérienne désigne les véritables coupables derrière l’effondrement du pays : les janviéristes ou la clique des généraux et responsables corrompus ayant pris le pouvoir par la force en 1991 avant de déclencher une guerre civile sanglante qui durera un peu plus d’une décennie.

A ce titre, c’est le général-major Mediene alias Toufik et ses réseaux qui sont désignés à la vindicte populaire, d’autant plus qu’ils continuent à être actifs au sein d’une société perdue afin d’abattre l’état-major de l’Armée dont le chef leur a déclaré une guerre sans merci, mais limitée pour des raisons liées aux rapports de force existant entre les puissances étrangères ayant une certaine influence en Algérie.

La liste des oligarques liés à l’ex-DRS (Direction du Renseignement et de la Sécurité, dénomination officielle des services secrets jusqu’en 2015) est loin d’être close : les ex-premiers ministres Ouyahia et Sellal, deux apparatchiks qui doivent leur ascension au DRS et qui ont renforcé la corruption, ne sont pas encore inquiétés. Si Ouyahia s’est protégé par une batterie de mesures réglementaires taillées sur mesure, le cas Sellal est encore plus problématique : parent de deux des principaux chefs des services spéciaux encore en activité, et disposant d’un passeport britannique, il semble hors de portée des mains de la justice.

Les déboires des clans ayant pris le pouvoir par la force en 1991 n’en finissent plus : les seconds couteaux ou prêtes-noms qui agissaient en public dans la sphère économique comme les Rabrab et compagnie sont ciblés.

Les autres oligarques qui se sont enrichis depuis 2000 le sont aussi mais à des degrés divers. Si Haddad et les frères Kouninefs sont en prison, le général-major Chentouf, ex-chef de la 1ere Région militaire est en fuite où il tente d’organiser une rébellion armée avec l’appui de Toufik, Sellal et les anciens réseaux qui émaillent tous les partis politiques algériens.

Cependant, ces réseaux clientélistes ne peuvent s’opposer ni à un état-major disposant d’une formidable puissance de feu et encore moins à une partie de la population qui les attend au tournant depuis presque trois décennies et qui n’a pas oublié les affres de la guerre civile. Une image qui ne trompe pas : lors de l’enterrement de Abassi Madani, hier à Alger, l’un des co-fondateurs emblématiques de l’ex-FIS (Front Islamique du Salut, dissous), les sympathisants de ce mouvement ont non seulement démontré qu’ils n’ont rien oublié mais qu’ils constituent encore l’une des principales sinon la principale force politique réelle dans un pays ayant sombré en plein naufrage néolibéral.

Publicités

27 commentaires

  1. je reproduis d abord un article lu sur un journal, qui précéde mon commentaire…

    « Avec le mouvement du Hirak, il y a une double exigence : une exigence de rupture avec le système politique mais également avec la déconstruction du système économique. C’est dans ce contexte qu’il faut voir les opérations ‘mains propres’ », a expliqué M. Mekideche sur TSA Direct, rappelant que « c’est la proximité au pouvoir politique qui permettait de faire l’argent, et ensuite on a de l’argent donc on peut peser sur la politique. Et une fois qu’on est dans la politique on fait encore plus d’argent ».

    « La déconstruction de ce système économique, notamment par l’ouverture des opérations mains propres, c’est un pas dans la déconstruction de ce système. Mais il va falloir prendre des mesures en amont aussi, de sorte que finalement les règles de la compétition dans l’économie de marché, c’est celui qui est le meilleur qui passe », a préconisé le vice-président du Cnes.
    « Avec le Hirak on est en train de mettre en place des institutions de fonctionnement d’une économie de marché transparente. Dans la transparence et le contre-pouvoir, on va voir émerger une classe d’entrepreneurs qui ne biberonnent plus à la rente et à la proximité du politique mais à l’efficacité de l’offre qu’elle donne et donc à la sanction du marché », a avancé Mekideche, affirmant que « sans la puissance du mouvement du Hirak du 22 février qui fait sortir des millions d’Algériens tous les vendredis, je pense qu’on n’aurait pas pu casser ce verrou ».

    je pense qu il n y aura pas de révolution politique sans révolution économique !

    En finir avec l’importation tout azimut !

    Nous les algériens devons tous participer à bâtir la nouvelle économie algérienne de demain.
    Les compétences et les talents ne manquent pas en Algérie pour que chacun se lance dans la production et la fabrication nationale et en finir avec l’importation de tout et n’importe quoi !!
    Il est temps de produire nos besoins sur place, ainsi offrir des emplois au peuple au lieu d’alimenter de notre argent les pays étrangers alors que notre peuple est au chômage.

    Oui à l’exportation, non à l’importation !

    Un responsable tunisien dans le tourisme a dit en souriant : l’Algérie nous exporte surtout des touristes…

    Je suis pour un retour massif de notre diaspora à l’étranger

    la Chine du temps de Deng Xiaoping, le président qui dans les années 80 a commencer à rendre l’économie chinoise ce qu’elle est aujourd’hui, avait dit aux immigrés chinois de rentrer au pays et participer au développement de leur pays. 5 millions sont rentrés d’Europe, des USA etc…Nos immigrés compétents doivent en faire de même pour apporter leur savoir faire et leurs idées !

    Étant en Algérie, et parlant a tout le monde, de tout âge, de toutes régions, je peux vous dire, qu il n y aura pas de retour vers les hypocrites qui se servent de l Islam a des fins politiques. La chose est claire pour tout le monde;
    Politiquement, ca bouge beaucoup, et l espoir est bel et bien là…..Il y aura une démocratie algérienne, ça va prendre le temps que ça prendra, mais pas de retour en arrière possible.

  2. Vous avez choisi, le timing précis. Enterrement de Abassi. Comme si lui et ses adeptes n’ont rien fait, et qui essaient de se faire une virginité, et il y a beaucoup d’écervelés qui les croient.
    S’il vous plaît, n’essayez pas de cacher le soleil avec un tamis. Derrière chaque malheur qui s’abat, il y a un barbus derrière. N’essayez pas de nous faire passer un boeuf au travers d’un chas d’aiguille. Ça passe pas.
    Je suis pour le retour de Mille Toufik, pourvu que l’Algérie ne sera gouverné par un hypocrite barbu (mounafiq).

    1. je ne suis ni pour madani ni une autre personne du meme acabit , sinon pour toufik c est ce genre de machiavel qu il faut absolument eviter pour l Algerie car c est ce type et ses acolytes qui font perdurer l injustice sociale qui fait naitre les abassi madani et les barbus takfiristes de tous genres au lieu de redresser le pays économiquement en se dotant d une justice libre qui combat la corruption au sein de l administration, les services de Toufik protègent un systeme qui ne produit que l echec économique et sociale ,autrement comment expliquer des jeunes a la fleur de l age préférant mourir au large de la mer et dans le meilleur des cas un peut être d’une vie meilleure en FRance en Espagne ou en Italie pcq simplement en Algerie il n existe même pas l »e peut etre  » dans l esprit des jeunes Algeriens vu l impunité des fils de et des apparatchiks et des hauts gradés pour ne citer que ceux la ……………

    2. Author

      Il s’agit de l’histoire contemporaine de l’Algerie, laquelle nous sert d’outil pour tenter de comprendre ce qui ce passe dans ce pays.
      Le pseudo général Toufik est fini. Il a causé la perte d’un grand pays du Maghreb.
      Pour les islamistes, si vous êtes un habitué des lieux ici, vous saurez ce qu’on pense d’eux.
      La vérité est que c’est l’État profond Algérien qui a crée ou du moins favorisé la création du FIS avec l’appui de Paris. Le reste de l’histoire on la connaît un peu mieux : une Armée qui n’avait pas les moyens de combattre une insurrection armée, un bain de sang, des guerillas islamistes criminelles et sanguinaires sans foi ni loi, un nouvel exode rural vers les villes, le quatrième depuis les années 50 et pour couronner le tout, une amnistie générale pour tout le monde et l’achat de la paix par la méga-corruption et les passes-droit.
      Je vais dire une chose sur l’Algérie qui reste valable pour tous les pays du Maghreb et la France : « il y a trop de voleurs ! « .


  3. Je prie le lecteur d’excuser mon hors-sujet manifeste. Je ne comprends pas que le tragique incendie de Notre-Dame de Paris ne fasse l’objet d’aucun article ni commentaire. A l’instar du 11 septembre, nous avons assisté à une série de miracles ce quinze avril : une « forêt » de poutres et solives constituées de coeur de chêne quasi-millénaire brûler plus vite qu’un feu de paille, chose que l’on n’a jamais observée auparavant, et ensuite les média debout comme un seul homme derrière le procureur de Paris nous répéter qu’il s’agissait d’un accident. Bien. Comme le sinistre 11 septembre, ce lugubre événement est l’annonce explicite d’une suite de malheurs et catastrophes qui ne manqueront pas d’apparaître au grand jour hic et nuc.

    1. Author

      Je suis d’accord.
      Le problème est que dès qu’on pointe vers la vérité, des esprits malsains vous accusent de « complotite » aiguë. Jusque là ça va. Jusqu’à ce qu’un dingue vois intente un procès en bonne et due forme.
      Quelqu’un vient d’être débouté.

    2. @Bartleby,

      Cher Vous,
      Je vous rejoins également et souhaite faire part d’une approche aussi particulière que le départ du feu en question:
      Ce qui est à présent important n’est pas de faire éclater la vrai Vérité vrai sur ce qui s’est produit, c’est de mettre en évidence toutes les actions qui découleront de l’accident et de cerner le Qui Bono?.

      Sur un autre blog, ce travail est déjà bien avancé et laisse apparaître la mise en place ultra rapide des travaux de l’île de la Cité avec, dans le collimateur, un passage en force pour éviter les mises en concurrence légale et le choix de certaines entités pour la reconstruction sur base de projets et non pas de travaux d’art comme Notre Dame, bâtiment Historique, le mérite. Et à renfort de grandes manifestation montrer aux Zèlites que « On vous voit, on connait vos petits arrangements et on ne laissera pas faire »

      Il est également possible et légitime de se poser des questions:
      Plus de 200 tonnes de plomb ont fondu, le plomb fond à 330°, ne se consume pas, où sont les coulées et flaques de plomb fondu;
      Une de la plateforme Surview a filmé un individu circulant sur le toit de Notre Dame vers 1705Hr et faisant des aller-retours, aucune mention dans les média;
      Comme lors de très nombreux faits « inexpliqués » lors d’autres incidents précédents, un exercice d’évacuation des « Trésors de Notre Dame » avait juste eu lieu (bref une reconnaissance complète des lieux et actions à mener);
      Des mesures « drastiques » de sécurité étaient prises lors des différents chantiers compte tenu de la valeur inestimable de la « Forêt » constituant la charpente. Cependant, aucun système d’extinction automatique (sprinkler, CO2,…) n’a été placé;
      Heures de fermeture et visite modifiées d’une heure la jour de l’accident;
      Pourquoi 5 ans pour reconstruire un tel chef d’oeuvre dans le respect strict d’une reconstruction à l’identique (comme le mérite un tel édifice): 2019+5=2024 pile poil pour les JO;

      La liste est loin d’être exhaustive et ne demande que qu’à s’allonger de même que les listes de pétitionnaires prêts à en découdre tant « on » les prend pour des cons.

      Bien à Vous et aux Vôtres,

      Marc Edmond

    3. Le retour de la loi islamique et de la charia dans tout le Maghreb, voila le prélude à un redressement !

      1. Entièrement d’accord avec toi l’Almoravide.
        Si les cathodes bombardent les anodes cela créera des alternance .
        Qui se transformeront , 50 fois en courent négatives et 50 fois en courent positives par alternances et à chaque seconde.
        Nous aurons un courant maîtriser avec avec apport très appriciable
        Un courant alternatif.

  4. décidément que de personne avec une double nationalité alors que je croyais que c’était interdit pour être élu simplement comme maire.

    1. Je suis né en France, je suis à la fois algerien et français, c’est le fruit d’accords entre les 2 pays…nous n’avons rien demandé.

      1. Author

        La bi-nationalité ou la tri-nationalité est un plus ! Si je pouvais j’opterais pour 15 nationalités car j’ai 15 pays de coeur !

        1. Moi aussi j’ai la double nationalité c’est pas ce que je mets en cause mais une loi interdit au maire qui possède une double nationalité d’être candidat or comment peut-on être premier ministre avec une nationalité étrangère

        2. Pour ma part je suis né en Algérie, vécu et grandit en France depuis l age de 5ans…et je me sens avant tout un Être humain enfant de la Terre et me sens bien partout…par contre j ai toujours garder qu une nationalité, je suis algérien de papier et de cœur, j ai jamais voulu avoir d autre passeport alors que je le pouvais bien sur…c est un principe. Je suis ni franco algérien, ni algérien d origine, je suis algérien qui vit a l étranger même si naturellement on s acculture du pays où l ont vit et on se déculture de celui qu on a quitté automatiquement (ceci est valable aussi pour un breton immigrant à paris par exp).

        3. le plus, n est pas la multiple nationalité à mon avis, mais la multiple culture…comprendre et connaitre la culture de l autre rapproche les gens…
          les nationalismes mal vécus ont plutôt tendance a nous éloignés les uns des autres…

    2. Si tu avais étudier l’histoire de ton pays et les accords d’Evian tu en saurais un peu plus ! Mais tu es à l’image de tout les algériens focaliser sur la France et le Maroc !

      1. c’est l’hôpital qui se fout de la charité c’est toi qui est toujours en train de chier sur l’Algérie moi je n’ai jamais parlé du Maroc, c’est les cons que je n’aime pas.
        avant de te ridiculiser l’Algérie a fait voter une loi pour que ceux qui ont la double nationalité ne peuvent pas devenir maire, je ne parle pas d’une autorisation pour avoir la double nationalité en dehors de ça, arrête de répondre n’importe quoi et évite de me répondre à l’avenir j’en ai rien à foutre de ce que tu écris.

      2. en tant qu algérien, j ai plein d amis marocains…et ca m empêche pas de ne pas aimer la politique pro atlantiste de l Etat Maroc…de sa manière a s aplatir devant les forts et bomber le torse devant les faibles….si tu veux un exemple :
        1 Abdelkrim el Khatabi qui a combattu et a étrier les colonialistes espagnols dans le Rif, jusqu a ce que le Sultan marocains fasse appel au français pour protéger son trône menacé !!! une véritable trahison d un marocain faible sur un autre marocain fort.
        2 Le Sahara Occidental, jamais le Makhzen n a combattu les espagnols pendant qu ils y étaient alors que les sahraouis les ont combattus réellement malgré leur manque de moyen…quand ies espagnols sont partis, il a envahi un peuple désarmé sous couvert d une soi disant marche verte..Hassan Dos avait dit dans une interview en anglais : we will eat them…on va les manger s ils résiste…tu parle d un courage !

        Les algériens en ont rien a foutre du Maroc dans le fond, ils lui veulent du bien. C est le Maroc qui en veut a l Algérie de pas l aider à prendre « son sahara marocain » TOZ….

        Les algérien vous aiderons jamais pour ça, car votre Hassan Dos vénéré, a commis une erreur stratégique majeure en essayant de prendre un bout de l Algérie en attaquant ce pays au lendemain de son indépendance…encore une lâcheté de plus…

        Ramadan Mabrouk, InshAllah i ahdina koul..Amin

        1. Le Sahara occidental fait partie des terres historiquement marocaine, donc arrêtez d’inventer des histoires à dormir debout, alors que votre seul but non avouer est de briser votre géopolitique de l’enfermement et d’obtenir un déboucher sur l’Atlantique, car aujourd’hui vous êtes piéger comme des rats entre le Sahara et la Méditerranée ! De plus tout historien digne de ce nom, sait que quand la France à débarquer en Algérie, elle a retracer les frontières en poussant notamment la frontière algéro-marocaine vers l’ouest, la région de Tindouf et de Colomb-béchar étaient marocaine avant l’arrivée de la France. A la fin de la colonisation, en bons algériens que vous êtes, vous avez garder ces terres marocaines et refuser toute négociation. Mais comme nous sommes de vrais hommes contrairement à vous, nous sommes venus pour vous casser le derrière et laver cet affront, malheureusement la guerre n’a pas durer assez longtemps pour que vous puissiez en payer le prix fort 🙂
          En conclusion mes petits harkis, ne vous attendez pas à ce qu’on rendent le Sahara, mais attendez vous plutôt à ce qu’on revienne récupérer notre du du coté de Tindouf et Béchar !

          1. ouais ouais

          2. Je la trouve très bien la carte géographique qu utilise strategika51 pour cet article…pas toi ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.